"
Climatologie

Un mot pour Gérard Beltrando. Hommages de douze de ses ancien(ne)s doctorant(e)s

Hommage de Igor Sarmir


La Champagne et le Champagne

Thèse soutenue le 17 novembre 1995 à l’Université Paris VII et intitulée « Variabilité spatio-temporelle des températures minimales et des dégâts du gel printanier dans le vignoble champenois ».

­ 

En dehors du mot « climatologie », « la Champagne et le Champagne » constituent indéniablement le symbole le plus caractéristique des années d’amitié et de collaboration entre Gérard Beltrando et moi-même. Accompagné par lui, j’ai fait la découverte de la région et du produit. Malgré une première impression un peu décevante, car il pleuvait tout le temps pendant les deux jours du printemps 1991 lors de notre premier déplacement à Epernay, j’ai progressivement appris à aimer, moi, amateur de la haute montagne, ce pays d’une topographie vallonnée, mais peu accentuée. Quant au produit, les dégustations régulières m’ont permis de découvrir les finesses du Champagne, de le distinguer d’autres vins mousseux et de comprendre, pourquoi il est à juste titre trois fois plus cher.

Gérard Beltrando a été pour moi beaucoup plus qu’un codirecteur de ma thèse (le directeur officiel a été un autre ami, Michel Lecompte, décédé en 2001). Gérard a été non seulement une source d’inspiration pour mes études, mais surtout quelqu’un qui m’a beaucoup aidé à acquérir la confiance en moi-même dans un contexte politique, économique et social nouveau pour moi. En effet, ma vie antérieure s’est déroulée derrière le « rideau de fer », qui est tombé une année à peine avant mon arrivée en France. Les gens ordinaires dans les pays « socialistes » avaient, à tort ou à raison, beaucoup de respect pour les compétences professionnelles et les performances de travail des citoyens des pays « capitalistes », et il leur fallait un certain temps pour comprendre qu’un progrès individuel, sur le plan humain et scientifique, demande partout plus ou moins le même effort indépendamment du régime politique sur place. L’approche désinvolte et détendue de Gérard par rapport aux défis de la vie quotidienne m’a beaucoup aidé à surmonter une certaine incertitude subconsciente dont je souffrais au début.

Quant à la préparation de ma thèse, l’influence de Gérard a été également décisive. En fait, l’article rédigé par lui sur la base des données relevées sur le terrain par moi, m’a montré clairement le sens de mes futurs travaux. C’était Gérard qui dans une revue scientifique1 a présenté pour la première fois l’hypothèse de l’impact de l’interaction des vents catabatiques avec le vent général sur la répartition spatiale du gel de printemps. Dans ma thèse, j’ai repris cette hypothèse, je l’ai vérifiée sous l’angle de quatre approches différentes et indépendantes, et j’ai montré sa pertinence et ses limites (le modèle fonctionne parfaitement dans le cas des versants donnant sur les plaines, mais pas dans les vallées). Gérard m’a également beaucoup aidé lors de la rédaction de la thèse et juste avant la soutenance.

La dernière fois, j’ai vu Gérard Beltrando en février 2009, à l’occasion d’une de mes missions à Paris. Je l’ai trouvé en pleine forme et plein d’optimisme malgré les épreuves graves de santé, qu’il avait subies auparavant et dont il m’a parlé. Pour cette raison, j’ai été vraiment choqué par son décès, parce que, lorsqu’on a un certain âge, la vigueur et la volonté de vivre, qui ne lui manquaient manifestement pas, sont essentielles pour la survie.


Igor SARMIR - (Slovaquie)

Notes

1  Beltrando G., Lecompte M., Sarmir I., 1993 : Le gel dans le vignoble champenois : itinéraires topoclimatique pour la mesure de l'infrarouge thermique. Publications de l'AIC, 5, 335-343.

Référence électronique : « Hommage de Igor Sarmir », Climatologie [En ligne], mis à jour le : 14/02/2017, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/climatologie/index.php?id=1159