" Îlot de sécheresse et d’humidité à Strasbourg (France) " href="index.php?page=backend&format=rss&ident=1392" />
Climatologie

2019

Îlot de sécheresse et d’humidité à Strasbourg (France)

Drought and humidity island at Strasbourg (France)

Pierre P. Kastendeuch, Georges Najjar et Nathalia Philipps

[Version PDF]

Résumé

Les différences d’humidité entre domaines urbain et rural ont été analysées pour la ville de Strasbourg (France, 48.583° N, 7.745° E), à partir des données horaires de trois stations météorologiques sur une période de huit ans (2011-2018). Notre attention s’est focalisée sur les différences d’humidité relative et de pression partielle en vapeur d’eau de deux stations situées en ville (représentatives d’un parc et d’un quartier urbain) comparées à une référence rurale. L’humidité relative traduit nettement les spécificités des différents sites, ne serait-ce qu’au niveau des moyennes annuelles : l’îlot de sécheresse urbain (ISU) est quasiment permanent, avec un pic d’intensité en été et la nuit. Spatialement, cette intensité peut être modulée par la présence de végétation ainsi que par l’îlot de chaleur urbain (ICU). Cependant, la ville peut aussi parfois devenir un îlot d’humidité urbain (IHU) couplé à un îlot de fraicheur urbain (IFU). Ce couplage est plus fréquent en hiver et augmente avec la présence de végétation. Pour la pression partielle en vapeur d’eau, les spécificités des sites apparaissent surtout au niveau mensuel et horaire : la ville alterne entre un IHU en hiver (ou la nuit) et un ISU en été (ou en journée). La fréquence des ISU intenses (Δ< ‑0,5 hPa) est nettement plus faible dans le parc (18,7 %) que dans le quartier (28,3 %), ce qui prouve que la ville ne forme pas forcément toujours un ensemble homogène du point de vue de la vapeur d’eau : dans 30 % des cas, on a même des situations où le parc et le quartier sont classés dans des catégories opposées.

Abstract

The urban/rural humidity differences were analysed for Strasbourg city (France, 48.583° N, 7.745° E) by the means of meteorological series of three stations during a period of eight years (2011-2018). The main analysis concerns the temporal variation of relative humidity and vapour pressure between two sites located in the town (a park and an urban district) and one in a rural area. The average annual values of relative humidity show a clear drought urban island (ISU) during the whole year and particularly during summer and night. The intensity of this ISU can be controlled by the vegetation density and by the value of the urban heat island (ICU). However, the town can sometimes become an urban humidity island (IHU) coupled with an urban cool island (IFU). This situation is more frequent in winter and increases with the presence of vegetation. The vapour pressure shows clear differences between sites at the monthly and hourly time step : the town is an IHU in winter (or during the night) and an ISU in summer (or during the day). The frequency of the intense ISU (Δe < ‑0.5 hPa) is clearly lower in the park (18.7 %) than in the urban district (28.3 %), which proves that the city does not always forms a continuum : in 30 % of the cases we even get opposite situations between the park and the district.

Entrées d'index

Mots-clés : îlot de sécheresse, humidité, pression de vapeur, climat urbain, Strasbourg

Keywords: drought island, humidity, vapour pressure, urban climate, Strasbourg

Texte intégral

Ce travail de recherche a été mené dans le cadre du projet COOLTREES financé par l’ANR.

En climatologie urbaine, le phénomène de l’îlot de chaleur urbain nocturne (ICU) accapare l’essentiel des activités de recherches. Pourtant, l’urbanisation affecte aussi les autres variables météorologiques et notamment l’humidité de l’air. Bien que secondaire par rapport à la température, l’humidité de l’air mérite pourtant une certaine attention : des chercheurs ont en effet démontré qu’elle exerce une influence sur l’îlot de chaleur urbain (Lee, 1991 ; Holmer et Eliasson, 1999), le bilan radiatif en ville (Weber et Kuttler, 2005), le confort thermique humain (Mayer, 1993) ou facilite le développement du smog (Rubio et al., 2002).

Cette variable a été étudiée pour un certain nombre de villes dans le monde : Mexico, Londres, Vancouver, Leicester, etc. (Kopec, 1973 ; Hage, 1975 ; Ackerman, 1987 ; Adebayo, 1991 ; Lee, 1991 ; Jauregui et Tejeda, 1997 ; Unger, 1999). Ces études ont montré que les agglomérations sont en général caractérisées par une humidité globalement plus faible que celle des zones rurales (e.g. Chandler, 1967). La ville forme alors un îlot de sécheresse urbain (ISU), aussi bien du point de vue de l’humidité relative que de celui de la pression partielle en vapeur d’eau. Pour l’humidité relative, c’est particulièrement le cas la nuit et en été, quand les îlots de chaleur sont maximums. En effet, les variations d’humidité relative sont particulièrement sensibles aux moindres variations de températures et ces deux variables évoluent en sens inverse. Ainsi, lorsque l’air est proche de la saturation à la campagne en raison du refroidissement radiatif nocturne, ce n’est pas le cas en ville. En ce qui concerne le contenu en vapeur d’eau, l’ISU se manifeste surtout le jour, en été, pour les raisons évoquées par Chandler (1967) : i) les températures en ville sont équivalentes et parfois même plus basses qu’à la campagne en journée du fait de l’îlot de fraicheur urbain (IFU) qui limite la capacité hygrométrique de l’air ; ii) la turbulence/convection urbaine est particulièrement active en journée, ce qui élimine la vapeur d’eau ; iii) les émissions de vapeur d’eau par les surfaces artificielles sont négligeables, comparé aux surfaces naturelles.

Dans certaines circonstances exceptionnelles, le contenu de vapeur d’eau en ville peut parfois devenir supérieur à celui de la campagne (Ackerman, 1987 ; Kuttler et al., 2007). Ce phénomène forme alors ce que certains auteurs appellent « l’îlot d’humidité urbain » ou IHU (Richards, 2005). Selon ces auteurs, cela se produit surtout durant les nuits claires d’été, sans vent, alors que l’humidité relative urbaine est plus faible qu’à la campagne ! Cet excédent de vapeur d’eau s’explique par : i) le manque de condensation nocturne et dépôt de rosée en ville ; ii) l’émission de petites quantités d’eau anthropique (combustion) ou naturelle (évapotranspiration) ; iii) la présence d’air chaud au sein des rues (ICU) permettant le maintien d’une forte capacité hygrométrique. Cet IHU a été étudié dans la littérature aussi bien du point de vue de son évolution temporelle (e.g. Kuttler et al., 2007) que de sa répartition spatiale (Chandler, 1967).

Ce travail a pour objectif principal de vérifier dans quelle mesure ce qui a été constaté sur différents cas urbains s’observe à Strasbourg. Il vient compléter les précédents travaux menés sur le climat de cette ville (e.g. Najjar et al., 2005 ; Kastendeuch et al., 2006 ; Kastendeuch et al., 2010) pour lequel il n’existe pas encore d’étude approfondie sur l’humidité de l’air ni d’ailleurs, à notre connaissance, pour aucune autre ville française. L’article s’articule en trois grandes parties : 1) le site d’étude ainsi que le matériel et les méthodes ; 2) une analyse de l’humidité relative ; 3) l’étude de la pression partielle en vapeur d’eau.

1. Site d’étude, matériel et méthodes

1.1. Description de l’agglomération de Strasbourg

L’agglomération de Strasbourg (France, 48.583° N, 7.745° E) consiste en un regroupement de 33 communes sur une superficie de 340 km², qui rassemble 489 767 habitants (en 2013), soit une densité de 1 440,5 hab./km². Elle est située dans la partie nord-est de la France, dans une plaine agricole, à 140 m d’altitude moyenne, sur la rive gauche du Rhin qui forme la frontière entre la France et l’Allemagne (figure 1). Etant donné sa situation topographique, la ville est quasiment plane et contient très peu de dénivelé (10 m au maximum). C’est un atout essentiel dans ce type d’étude car on sait depuis longtemps que, du point de vue topoclimatique, le relief « perturbe » la répartition des températures et de l’humidité (Geiger, 1965 ; Yoshino, 1975 ; Barry, 1981), ce qui ne sera pas le cas ici.

Agrandir Image 10000000000003E8000003D734D537E9.jpg

Figure 1. Carte de localisation de la ville de Strasbourg en France (48.583° N, 7.745° E)
Location map of Strasbourg in France (48.583° N, 7.745° E)

Selon la classification internationale des Local Climate Zones (LCZ) mise au point par Stewart et Oke (2012) et appliquée localement par Gourguechon (2018) et Montauban (2019), l’occupation du sol au sein de la métropole strasbourgeoise se répartit selon quelques classes majeures (figure 2) : l’aire urbaine est constituée par les LCZ 8 (large low-rise), 6 (open low-rise), 5 (open mid-rise), 3 (compact low-rise) et 2 (compact mid-rise) ; la campagne est représentée par les LCZ D (low plants), A (dense trees) et G (water).

Agrandir Image 10000000000003CD00000338E449576C.jpg

Figure 2. Carte des Local Climate Zones (LCZ) à Strasbourg d’après Montauban (2019)
Map of Local Climate Zones (LCZ) at Strasbourg after Montauban (2019)

Le climat régional est de type tempéré (Cfb dégradé) selon la classification de Köppen-Geiger actualisée par Kottek et al. (2006). A cette distance de l’océan, les hivers sont frais et les étés peuvent être chauds : la température moyenne est de 10,9°C (normale climatique 1981-2010, Météo-France), avec un minimum mensuel moyen de 1,8°C en janvier et un maximum mensuel moyen de 20,1°C en juillet. Le cumul annuel de précipitations est de 665 mm, avec un minimum de 32,2 mm en janvier et un maximum de 81,9 mm en mai.

1.2. Les sites de mesures

Strasbourg bénéficie d’un réseau de stations météorologiques qui est maintenu par trois organismes : Météo-France, ATMO Grand Est (qualité de l’air) et ICube (laboratoire de recherche de l’université, UMR 7357). Par simplification, nous ne présenterons dans cet article que les résultats obtenus pour trois stations sélectionnées selon deux critères principaux : i) l’originalité du site ; ii) l’étendue de la série temporelle. Ces trois stations sont :

  1. la station météorologique d’Entzheim qui fait partie du réseau d’observation synoptique de Météo-France ;

  2. la station du Jardin Botanique qui fait partie du réseau secondaire de Météo-France ;

  3. la station DRIRE maintenue par ATMO Grand Est.

DRIRE (figure 3) est une station purement urbaine, installée au cœur de la ville, dans une LCZ de type 2 (compact mid-rise), sur le toit d’un bâtiment à 20 m de hauteur : elle donne une mesure originale à l’interface entre la canopée urbaine et la couche limite urbaine. La station du Jardin Botanique est installée à proximité (à 640 m environ à vol d’oiseau), dans une clairière au sein d’un petit parc très arboré, qui s’insère lui-même dans une zone densément bâtie de type LCZ 2 : c’est une station représentative d’un parc urbain (le parc représente 38 % de l’occupation du sol dans un rayon de 200 m autour du site). Entzheim est une station rurale qui se situe à 9,8 km au sud-ouest de DRIRE, près de l’aéroport (figure 2), loin des pistes, dans une LCZ de type D (low plants) qui contient plus de 95 % de surfaces naturelles dans un rayon de 200 m autour du site (figure 3) : elle constitue une bonne référence rurale pour cette étude.

Agrandir Image 10000000000003E8000001E6CF35D96B.jpg

Figure 3. Carte d’implantation des trois principaux sites de mesures à Strasbourg
Map of the three measurement sites in Strasbourg

Entzheim (à gauche), DRIRE et Jardin Botanique (à droite). Le cercle blanc délimite l’environnement immédiat de chaque station dans un rayon de 200 m.
Entzheim (left), DRIRE and Jardin Botanique (right). The white circle delimits the immediate surroundings of each site with a radius of 200 m.

Oke (2004) déconseille d’utiliser les stations installées sur les bâtiments du fait que leur toiture influence les températures, ce qui est le cas pour le site DRIRE. Par précaution, nous avons comparé les données de ce site avec celles d’une autre station installée dans la même LCZ, au niveau de la chaussée, mais possédant une série de mesures bien moins longue. Le comportement obtenu est assez similaire pour les températures, avec un coefficient de corrélation (r) de 0,999 et une erreur type (ET) de 0,367°C. Pour l’humidité relative, on obtient r = 0,995 et ET = 1,75 % ; pour la pression partielle de vapeur, r = 0,995 et ET = 0,392 hPa.

1.3. Matériel et méthodes

Rares sont les stations implantées au cœur des villes qui permettent des études climatologiques sur le long terme. Ackerman (1987) a pu néanmoins réaliser une étude sur les différences d’humidité ville-campagne à Chicago sur une période de 7 ans. Pour garantir une certaine robustesse statistique à ce travail, nous avons choisi d’exploiter les données horaires d’une période de huit ans (2011-2018). La température de l’air (T, °C) et l’humidité relative (HR, %) sont mesurées à 1,5 m par rapport au sol, avec des capteurs électriques à résistance de platine pour T, capacitif pour HR placés dans des abris identiques de type SOCRIMA à coupelles (Lacombe et al., 2011). Ces capteurs sont régulièrement étalonnés par les organismes gestionnaires et fonctionnent avec la précision préconisée pour les standards météorologiques. Comme notre étude porte à la fois sur les valeurs d’humidité relative et de pression partielle en vapeur d’eau (cette dernière variable n’étant pas directement mesurée), nous avons d’abord calculé les valeurs de pressions saturantes en vapeur (ew, hPa) à l’aide de la formule de Tetens (Eq. 1), qui fournit une précision inférieure à 1 Pa (Haurwitz, 1941) :

ew = 6.107 × 10(7.5×T/(237.3+T))

Eq. 1

Ensuite, la pression partielle en vapeur d’eau (e, hPa) est obtenue en pondérant les valeurs de ew avec celles de l’humidité relative (Eq. 2) :

e = ew × HR/100

Eq. 2

Cette variable (e) est communément utilisée en météorologie pour interpréter le contenu en vapeur d’eau de l’air. Cependant, du fait des incertitudes provenant de la mesure de T et HR, la valeur obtenue pour e est entachée d’une marge d’erreur. Par exemple, pour T = 20°C et HR = 50 %, si on tient compte d’une précision instrumentale classique de ± 0,2°C pour T et de ± 2 % pour HR, la valeur estimée de e peut se situer dans une fourchette de ± 0,61 hPa autour de la valeur attendue (résultat obtenu en appliquant la règle des valeurs extrêmes), soit une erreur maximale relative de ± 5,2 %.

Pour bien faire apparaître les différences ville/campagne, on s’appuie aussi sur les écarts horaires entre stations ainsi que sur les taux horaires de variation. Les écarts horaires (Δ) entre stations sont calculés en prenant systématiquement Entzheim comme référence rurale (Martin-Vide et al., 2015). On obtient ainsi les différences d’humidité relative (ΔHR, %, Eq. 3) et de vapeur d’eau (Δe, hPa, Eq. 4) entre une station x et Entzheim :

ΔHR = HRx ‑ HREntzheim

 

Eq. 3

Δe = ex ‑ eEntzheim

 

Eq. 4

Les taux de variations (τ) sont calculés pour une variable d’une station donnée. Ils sont obtenus en faisant la différence entre la valeur obtenue à l’heure n et n-1. On calcule ainsi les taux horaires d’humidité relative (τHR, %/h, Eq. 5) et de vapeur d’eau (τe, hPa/h, Eq. 6) :

τHR = HRn ‑ HRn‑1

 

Eq. 5

τe = en ‑ en‑1

 

Eq. 6

Comme les variables adoptent souvent des comportements différents selon les saisons, ces dernières sont définies selon la convention météorologique habituelle où hiver = D+J+F, printemps = M+A+M, été = J+J+A, automne = S+O+N. A noter que les pertes de données ont été peu nombreuses durant la période de 8 ans, ce qui permet d’éviter des biais statistiques majeurs, notamment lors du calcul de fréquences d’apparition : les lacunes sont inférieures à 1 % pour les deux stations gérées par Météo-France et de l’ordre de 6 % pour celle d’ATMO Grand-est (tableau 1).

Tableau 1. Statistiques descriptives des principales variables climatiques pour les trois stations étudiées sur la période 2011-2018
Basic statistics of the main variables for the 2011-2018 period

 

Températures (T)

Humidité relative (HR)

Pression partielle (e)

 

Entzheim

Jardin Botanique

DRIRE

Entzheim

Jardin Botanique

DRIRE

Entzheim

Jardin Botanique

DRIRE

Lacunes (%)

0,01

0,23

1,73

0,01

0,22

6,55

0,02

0,23

6,55

Min.

-14,8

-13,1

-12,3

13,0

15,0

13,0

1,4

1,2

1,4

Max.

38,4

38,8

39,5

100,0

99,0

100,0

29,2

27,7

26,5

Moyenne

11,7

12,1

13,4

75,4

73,2

67,2

10,7

10,8

10,5

Quartile1

5,5

6,1

7,3

63,0

61,0

54,0

7,2

7,2

7,2

Quartile2

11,4

11,9

13,1

80,0

77,0

70,0

9,9

10

9,8

Quartile3

17,5

17,8

19,2

90,0

88,0

83,0

13,8

13,9

13,3

Ecart-type

8,1

7,9

8,0

18,0

17,8

18,6

4,4

4,5

4,1

2. L’humidité relative

L’humidité relative est une variable dont le comportement dépend fortement de la température de l’air. Le caractère plus ou moins urbain des stations apparait immédiatement dans les statistiques du tableau 1 : plus la surface construite est importante dans le périmètre d’une station, plus celle-ci enregistre une température annuelle moyenne élevée. On passe ainsi de 11,7°C (Entzheim) à 12,1°C (Jardin Botanique) et à 13,4°C (DRIRE), soit une différence de 1,7°C en faveur de DRIRE. Ces données annuelles révèlent l’existence d’un îlot de chaleur urbain nocturne (ICU) puisque les différences de températures sont systématiquement plus fortes la nuit que le jour (+1°C la nuit en moyenne annuelle pour Botanique par rapport à Entzheim et aucune différence le jour). Compte-tenu de ces températures, il n’est pas étonnant de constater que les sites annuellement les plus chauds sont aussi ceux qui possèdent l’humidité relative la plus basse : on passe ainsi de 75,4 % (Entzheim) à 73,2 % (Jardin Botanique) et 67,2 % (DRIRE), soit 8,2 % d’humidité relative en moins, en moyenne annuelle, pour DRIRE. Ce déficit est la démonstration d’un îlot de sécheresse urbain persistant (ISU) auquel Strasbourg n’échappe pas, comme bien d’autres villes (Chandler, 1967). L’humidité relative est analysée en trois étapes : d’abord, son évolution mensuelle, puis celle horaire et enfin, le lien avec l’îlot de chaleur.

2.1. Evolution mensuelle de l’humidité relative

L’humidité relative évolue mensuellement en suivant un rythme contraire à celui de la température (figure 4, à gauche) : les valeurs sont élevées en saison froide et faibles en saison chaude. Pour toutes les stations, avril apparait comme le mois le plus sec et novembre le plus humide. Le léger regain d’humidité relative observé en mai s’explique par les précipitations, puisqu’il s’agit en moyenne du mois le plus pluvieux à Strasbourg (normale 1981-2010). Conformément à ce qui a été noté pour les moyennes annuelles, la station rurale (Entzheim) est celle qui possède les valeurs d’humidité relative mensuelle les plus élevées, tandis que la station urbaine (DRIRE) enregistre les plus faibles. La station du parc (Jardin Botanique) adopte un comportement intermédiaire : elle se rapproche des valeurs de la station urbaine lors de la saison froide et de celles de la station rurale lors de la saison chaude. Cette caractéristique se voit sur le graphique des ΔHR (figure 4, à droite) : les valeurs de ΔHR sont plutôt négatives en hiver (de l’ordre de ‑4 %), ce qui révèle un déficit d’humidité relative notoire, mais elles se rapprochent de zéro entre mai et septembre-octobre. Ce comportement peut s’expliquer à la fois par la température et par l’évaporation : en hiver, la chaleur urbaine et l’absence notable d’évapotranspiration font chuter l’humidité relative du parc, qui adopte alors un comportement plus proche de surfaces urbaines, tandis qu’en été, l’intense évapotranspiration des arbres et de la pelouse, couplée à la fraicheur relative du parc, confèrent à la station un comportement plus rural.

Agrandir Image 10000000000003E800000116356D3C12.jpg

Figure 4. Evolution mensuelle de l’humidité relative moyenne (à gauche) et du ΔHR moyen (à droite) pour trois stations à Strasbourg pendant la période 2011-2018
Monthly change of average relative humidity (left) and average ΔHR (right) for three measurement sites at Strasbourg during the period 2011-2018

La station DRIRE a tendance à être constamment plus sèche qu’Entzheim, ce qui traduit la présence d’un ISU quasi permanent dans ce quartier. Ce comportement peut s’expliquer par deux facteurs liés à ce site : i) l’ICU intense fait baisser automatiquement HR (cf. 2.3) ; ii) il y a très peu d’émission de vapeur d’eau. Cet ISU est particulièrement marqué pendant les mois de juillet et août, car le ΔHR mensuel descend alors sous le seuil de ‑10 %. Ces valeurs très basses pourraient s’expliquer par un renforcement des émissions de vapeur d’eau à la campagne du fait de l’irrigation agricole qui est une pratique courante dans la région en été.

Ainsi, à l’échelle mensuelle et à partir de l’humidité relative, on constate que l’ISU est quasiment permanent en ville, mais que ce phénomène peut être modulé par la présence notable de végétation, notamment en été, comme le démontre le comportement de la station du parc.

2.2. Evolution horaire de l’humidité relative

L’évolution horaire de l’humidité relative doit s’analyser en fonction des saisons car la cinétique de cette variable peut être complètement différente. Pour simplifier la démonstration nous ne présentons ici que les données des deux saisons extrêmes : l’hiver et l’été (figure 5).

Agrandir Image 10000000000003E800000204E3CB0578.jpg

Figure 5. Evolution horaire de l’humidité relative moyenne (à gauche) et du ΔHR moyen (à droite) en fonction des saisons : l’hiver (en haut) et l’été (en bas). Pour trois stations à Strasbourg durant la période 2011-2018
Hourly change of average relative humidity (left) and average ΔHR (right) according to the seasons : winter (top) and summer (bottom) ; for three measurement sites at Strasbourg during the period 2011-2018

Sans surprise, les valeurs horaires de HR reflètent également le comportement de la température de l’air : i) elles augmentent avec le refroidissement nocturne et diminuent avec le réchauffement diurne ; ii) l’amplitude diurne est plus faible en hiver qu’en été.

En hiver (figure 5, en haut), l’ISU est présent en moyenne toute la journée aux deux stations : ΔHR moyen de ‑4,3 % pour Botanique et de ‑7,7 % pour DRIRE. En été (figure 5, en bas) l’ISU persiste pour DRIRE et plus particulièrement la nuit (ΔHR moyen de -17 % à 21h). Cet important ISU nocturne s’explique surtout par l’intensité de l’ICU (cf. partie 2.3). Par contre, Botanique a un comportement estival différent de celui observé en hiver : l’ISU n’est plus permanent, puisque les HR deviennent équivalentes à celles d’Entzheim le jour, voir même parfois légèrement supérieures. Nos mesures et modélisations (Bournez, 2018) montrent que ce comportement traduit bien le rôle de la végétation du parc, qui émet de la vapeur d’eau en journée en quantité quasiment égale à la zone rurale, pour une température de l’air presque identique. Pendant la nuit en revanche, l’ISU se reforme puisque l’évapotranspiration s’arrête et que la température du parc reste en moyenne à 1°C au-dessus de la référence rurale. Ces résultats montrent que la végétation est capable d’exercer une influence notable sur le niveau d’humidité relative lors d’une journée d’été.

2.3. Ilot de sécheresse et d’humidité

Par définition, l’ISU correspond aux situations où le ΔHR est inférieur à 0 alors que l’IHU traduit celles où le ΔHR est supérieur ou égal à 0. Avec ce critère, on constate que les fréquences d’apparition des phénomènes ne sont pas les mêmes pour DRIRE et Botanique. Pour DRIRE, l’ISU équivaut à 94 % des cas (IHU = 6 %) alors que pour Botanique, l’ISU ne concerne plus que 63,7 % des cas (IHU = 36,3 %), ce qui confirme que la végétation du parc atténue fortement l’ISU.

L’IHU devient même très fréquent à Botanique en journée, durant la saison chaude, puisque dans certains cas, le phénomène se produit pendant 50 % du temps (comme en mai et septembre) et plutôt en matinée et en soirée (figure 6). Phénomène plutôt étonnant, la fréquence de l’IHU diminue pour Botanique en juillet-août, ainsi qu’en plein milieu de journée. L’explication pourrait être double, avec l’intensification de la convection dans le parc qui accélère l’évacuation de la vapeur d’eau lors des fortes chaleurs, et la production accrue de vapeur d’eau dans la zone rurale en pleine période végétative.

Agrandir Image 10000000000003E8000000F98C68F1CE.jpg

Figure 6. Fréquence mensuelle (à gauche) et horaire (à droite) de la survenue de l’îlot d’humidité urbain (ΔHR ≥ 0), pour deux stations à Strasbourg pendant la période 2011-2018
Monthly (left) and hourly (right) urban humidity island frequency (ΔHR ≥ 0) for two measurement sites at Strasbourg during the period 2011-2018

Charciarek (2003) a démontré que l’intensité de l’îlot de sécheresse ne dépend pas uniquement du niveau de végétation de la zone urbaine, mais aussi de l’intensité de l’ICU. Cette relation tendrait à prouver qu’en agissant sur l’ICU, il serait possible d’agir sur l’ISU. Nous avons cherché à vérifier cette hypothèse en établissant la corrélation linéaire entre ICU et ISU pour le site DRIRE (figure 7). Comme ce site est très minéral, il possède un ICU marqué et permet d’éliminer au maximum l’influence de la végétation sur l’humidité. En été, saison durant laquelle l’ICU joue le plus fortement, la corrélation entre les deux variables est bonne (r = ‑0,85), ce qui signifie que plus l’îlot de chaleur est fort (ΔT positif), plus l’îlot de sécheresse s’affirme (ΔHR négatif). On obtient même des cas extrêmes qui présentent un ISU de ‑40 % pour un ICU voisin de 8°C (18 juillet 2014, 26 juillet 2018…). Ces situations surviennent essentiellement entre 20 h le soir et 2 h du matin (84 % des cas).

Agrandir Image 10000000000003E8000000F976AC7215.jpg

Figure 7. Relation horaire entre le ΔT (axe des abscisses) et le ΔHR (axe des ordonnées), pour DRIRE, en été (à gauche) ; fréquence mensuelle de la survenue simultanée de l’IHU et de l’IFU pour DRIRE (à droite) pour la période 2011-2018
Relationship between hourly ΔT and ΔHR, for DRIRE in summer (left) ; monthly occurrence of the cool and humidity island at DRIRE (right). Period 2011-2018

La relation obtenue pour DRIRE (figure 7, à gauche) montre aussi que, dans certains cas, cette station enregistre un îlot de fraicheur (ΔT négatif) en même temps qu’un îlot d’humidité (ΔHR positif). Cette situation correspond à un couplage entre IHU et IFU. Les analyses montrent que ce couplage ne se produit que très rarement (environ 1,9 % sur la période étudiée), essentiellement pendant la journée (95 % des cas), notamment entre 7 h et 13 h (73 %), par précipitation nulle (91 %) mais pour des jours durant lesquels la fraction d’insolation est en général inférieure à 0,5 (66 % des cas). Il semblerait que le phénomène se forme surtout lorsque les conditions météorologiques ne sont pas propices à un réchauffement de la zone urbaine au cours de la matinée, ce qui favorise la conservation d’une humidité relative plus élevée dans les canyons urbains confinés, alors que l’espace ouvert en zone rurale permet un certain réchauffement, accompagné d’une baisse de l’humidité relative. Aucune relation avérée n’a pu être établie avec la vitesse du vent.

En hiver, la relation entre le ΔT et le ΔHR horaire est un peu moins forte qu’en été (le coefficient de corrélation n’est plus que de ‑0.64 pour le site DRIRE). Le couplage simultané entre IHU et IFU reste toujours possible, mais de façon encore plus anecdotique (seulement 0,52 % des cas). La survenue du phénomène se produit exactement dans les mêmes conditions qu’en été, à savoir : essentiellement en journée (entre 7 h et 14 h à 71 %), par précipitation nulle (87 %) et par fraction d’insolation faible (< 0,5 dans 80 % des cas).

La répartition mensuelle du couplage (IHU + IFU) révèle que le phénomène est plus fréquent en saison chaude qu’en saison froide (89 % des cas ont lieu entre les mois de mars et octobre, figure 7 à droite). Par ailleurs, septembre et octobre sont les mois les plus propices à ce couplage. Comme à cette période de l’année, les récoltes ont quasiment toutes été réalisées et que les champs sont souvent à nu, cela pourrait expliquer pourquoi ces zones agricoles s’échauffent plus facilement que les canyons urbains confinés : la température sur sol nu s’élève à la campagne et l’humidité relative chute d’autant plus facilement que l’évapotranspiration reste faible (pas de végétation). En même temps, en ville, le fond des canyons reste frais et confère à ce milieu une humidité relative plus élevée (exemple des 2, 3 et 4 septembre 2012). L’analyse qui a été faite pour la station Botanique suggère que la présence de végétation augmente considérablement la fréquence d’apparition du couple IHU + IFU : jusqu’à 24,4 % en été et jusqu’à 6 % en hiver (contre 1,9 % et 0,52 % pour DRIRE).

3. La pression partielle en vapeur d’eau

La variation de la pression partielle en vapeur d’eau n’est pas aussi facile à interpréter que celle de l’humidité relative pour laquelle la température joue un rôle vraiment primordial. L’augmentation en vapeur d’eau peut provenir de l’évapotranspiration locale ou d’un apport par advection ; la diminution peut provenir de la condensation locale (formation de rosée) ou d’une perte par advection. Ainsi, les caractéristiques du site influencent le contenu local en vapeur d’eau (Geiger, 1965) : le type des surfaces environnantes (naturelles ou artificielles), l’état hydrique de ces surfaces, l’activité des plantes, les pratiques culturales, les sources d’émissions anthropiques. La situation météorologique a également un rôle significatif.

En moyenne annuelle, la pression partielle en vapeur d’eau est assez similaire pour les trois sites (tableau 1). C’est une situation conforme à l’observation faite par Ackerman (1987) pour différents sites à Chicago. La pression partielle en vapeur est de 10,5 hPa pour DRIRE, 10,7 hPa pour Entzheim et 10,8 hPa pour Botanique. Ces valeurs sont également proches de celles qui ont été relevées par Kuttler et al. (2007) à Krefeld en Allemagne ou par Charciarek (2003) pour Lodz en Pologne. Un constat évident s’impose : si le contenu en vapeur d’eau est identique en moyenne annuelle entre les trois stations étudiées, mais que leurs valeurs d’humidité relative sont très différentes, alors c’est bien essentiellement du fait de la température, et notamment de l’ICU. Cette homogénéité annuelle de la teneur en vapeur d’eau masque de subtiles différences au niveau mensuel ou horaire.

3.1. Evolution mensuelle de la teneur en vapeur d’eau

L’évolution mensuelle de la pression partielle en vapeur d’eau montre que celle-ci atteint son niveau minimum en fin de saison froide et son maximum en fin d’été (6,4 hPa en moyenne en février, pour 15,5 hPa en moyenne en août ; figure 8, à gauche). Ce doublement du contenu en vapeur d’eau dans l’air peut s’expliquer à la fois par l’évolution de la capacité hygrométrique et par l’évapotranspiration (Chandler, 1967).

Agrandir Image 10000000000003E8000000FAD4BC8784.jpg

Figure 8. Evolution mensuelle de la pression partielle moyenne en vapeur d’eau (à gauche) et du Δe moyen (à droite) pour trois stations à Strasbourg durant la période 2011-2018
Monthly change of average vapour pressure (left) and of average Δe (right) for three measurement sites at Strasbourg during the period 2011-2018

L’évolution mensuelle en vapeur d’eau est quasiment identique pour Botanique et Entzheim, comme le prouve d’ailleurs la valeur du Δe qui est toujours très proche de zéro (figure 8, à droite). En septembre et octobre, on observe tout de même une exception puisque le Δe entre Botanique et Entzheim devient soudain positif : le parc urbain produit un léger IHU de vapeur (+0,37 et +0,36 hPa respectivement). Comme notre méthode de calcul nous donne la teneur en vapeur d’eau avec une marge d’erreur de ± 0,6 hPa (cf. 1.3), cet IHU mensuel pourrait être discutable, puisque dans la marge d’erreur. Or ce phénomène reste statistiquement significatif car il paraît peu probable que le même biais se produise sur plus de 5 700 données horaires mensuelles pendant deux mois consécutifs. Rappelons aussi que ces deux mois sont également ceux au cours desquels on obtient une fréquence élevée du couplage entre IHU et IFU pour l’humidité relative (cf. 2.3).

Contrairement à Botanique qui est toujours assez similaire d’Entzheim (sauf en septembre et octobre), le comportement de DRIRE est marqué par son caractère très urbain qui se voit immédiatement sur la courbe des Δe (figure 8, à droite). Le contenu en vapeur d’eau y est en moyenne supérieur à celui de la campagne durant la saison froide (Δe positif d’octobre à février) et largement inférieur durant la saison chaude (Δe négatif de mars à août). Ce site alterne entre une situation d’IHU prédominante en hiver et d’ISU prédominante en été. L’IHU hivernal peut s’expliquer par la chaleur de la ville (ICU + chaleur anthropique) qui maintient une bonne capacité hygrométrique de l’air, tandis que le déficit estival s’explique plutôt par la faiblesse des émissions en vapeur d’eau du côté urbanisé qui contraste avec l’intense évapotranspiration de la zone rurale.

3.2. Evolution horaire de la teneur en vapeur d’eau

Pour simplifier l’exposé, nous ne présenterons ici que les résultats des deux saisons majeures hivernale et estivale (figure 9). En hiver, la pression partielle en vapeur d’eau est à un niveau globalement faible au cours de la journée (environ 6,7 hPa en moyenne, figure 9, en haut à gauche) et l’amplitude journalière est très faible (moins de 0,5 hPa à Entzheim). Cette absence notable de dynamique journalière révèle la particulière faiblesse des processus d’enrichissement/appauvrissement en cette saison.

Agrandir Image 10000000000003E8000002041107602C.jpg

Figure 9. Evolution horaire de la pression partielle en vapeur d’eau moyenne (à gauche) et du τe moyen (à droite) en fonction des saisons : l’hiver (en haut), l’été (en bas) pour trois stations à Strasbourg durant la période 2011-2018. Les lignes verticales en pointillés indiquent le lever et le coucher du soleil.
Hourly change of average vapour pressure (left) and average τe (right) according to the seasons : winter (top), summer (bottom) for three measurement sites at Strasbourg during the period 2011-2018. The dashed vertical lines indicate sunrise and sunset.

La pression en vapeur d’eau atteint son niveau minimum au moment du lever du soleil dans toutes les stations car c’est le moment durant lequel l’air est le plus froid et que le maximum de rosée se dépose. L’heure du maximum ne se produit pas au même moment partout : il est plus précoce à Entzheim (13 h) et le plus tardif à DRIRE (18 h). Ces horaires correspondent peut-être aux moments du maximum d’émission en vapeur d’eau dans ces zones respectives : sols naturels d’un côté et émissions anthropiques de l’autre. Le graphique des taux horaires (τe, figure 9, en haut à droite) montre de subtiles différences de dynamique entre les stations : i) la campagne ne connait qu’une seule phase d’enrichissement qui s’étend du lever du soleil à 13 h (taux horaire positif) et une seule phase de perte le reste du temps (taux horaire négatif) ; ii) les stations urbaines (Jardin Botanique et DRIRE) connaissent deux phases d’enrichissement et de perte plus ou moins marquées. Ce comportement de la vapeur d’eau est bien documenté dans la littérature et s’explique facilement (Fortuniak et al., 2006) : après le lever du soleil, tandis que l’évapotranspiration reprend, la vapeur d’eau s’accumule dans l’air car il y a encore une période de stabilité thermique (inversion) ; plus tard dans la journée, par le réchauffement diurne, l’air devient instable et la vapeur d’eau est perdue en surface au profit des couches d’air supérieures ; vers le soir, lorsque l’air redevient stable (inversion) et que l’évapotranspiration est encore active, on observe une seconde phase d’accumulation ; la nuit venue, l’évapotranspiration s’arrête et le refroidissement radiatif provoque le dépôt de la vapeur.

En été, le contenu en vapeur d’eau de l’air augmente dans toutes les stations pour atteindre 15,4 hPa en moyenne puisque la capacité hygrométrique générale de l’air augmente et que l’évapotranspiration s’active. C’est aussi la saison qui connait le maximum d’amplitude journalière avec plus de 2 hPa pour DRIRE (soit plus de quatre fois l’amplitude hivernale). Cette dynamique souligne la vigueur des processus d’enrichissement/appauvrissement au cours de cette saison. Entzheim et Botanique ont des teneurs en vapeur d’eau très proches et leur évolution horaire suit une courbe qui possède un double maximum très net : le premier se produit entre 8 et 9 h du matin ; le second vers 20 h du soir. Les courbes montrent aussi un double minimum : le premier juste au moment du lever du soleil ; le second vers 16 h. Ces deux stations suivent le comportement classique décrit par Fortuniak et al. (2006). En revanche, la station DRIRE ne suit pas du tout cette dynamique horaire : la vapeur d’eau oscille entre un seul maximum vers 6 h du matin et un minimum vers 15 h. On voit d’ailleurs sur le graphique des taux horaires (τe, figure 9, au milieu à droite) que DRIRE n’enregistre qu’une seule alternance entre enrichissement et perte, alors que pour Botanique et Entzheim, il y en a deux. Le contraste entre Entzheim et DRIRE est particulièrement frappant la nuit : alors qu’Entzheim obtient très vite un τe négatif après le coucher du soleil, jusqu’à son lever le lendemain matin (signifiant une perte continue en vapeur d’eau), le τe reste positif à DRIRE quasiment pendant toute la nuit (signifiant un gain presque continu en vapeur d’eau). S’agit-il d’une production locale ou d’un gain par advection ? Des investigations supplémentaires seraient nécessaires pour répondre à cette question.

En hiver, la ville est un IHU la nuit et un ISU le jour (figure 10, en haut à gauche). Comme la durée de la nuit est supérieure à celle du jour, l’IHU nocturne l’emporte en fréquence sur l’ISU diurne. Ce comportement est d’autant plus marqué qu’il y a peu de végétation active dans l’entourage des stations, ce qui signifie qu’il est plus intense pour DRIRE que pour Botanique.

En été, l’ISU l’emporte à nouveau sur l’IHU, à la fois en intensité et en durée (figure 10, en haut, à droite). L’IHU ne concerne plus que les quatre heures qui précèdent le lever du soleil mais avec une intensité de +0,5 hPa en moyenne horaire (1,47 fois plus intense qu’en hiver). Le fait que l’IHU ne se produit plus toute la nuit est certainement lié au fait que le refroidissement rural n’est plus assez puissant en début de soirée pour provoquer le dépôt de rosée. L’ISU se produit le reste du temps (83 % des heures) avec une intensité qui atteint en moyenne ‑1,7 hPa à 14 h (5,8 fois plus intense qu’en hiver). Bien que les deux stations urbaines ont tendance à se comporter globalement de la même manière, on voit bien que l’émission de vapeur d’eau dans le parc y limite considérablement l’intensité de l’ISU diurne (intensité maximale de seulement ‑0,39 hPa à 14 h).

Agrandir Image 10000000000003E8000001EEE2DBC54E.jpg

Figure 10. Evolution horaire du Δe moyen en fonction des saisons : l’hiver (à gauche), l’été (à droite), et l’automne (en bas) pour deux stations à Strasbourg durant la période 2011-2018
Hourly change of average Δe according to the seasons : winter (left) summer (right) autumn (bottom) for two measurement sites at Strasbourg during the period 2011-2018

L’évolution horaire de la pression partielle en vapeur d’eau en automne confirme qu’il existe bien une particularité en cette saison. L’IHU redevient permanent la nuit et de façon très intense (figure 10, en bas). Dès 22 h, il est déjà à plus de 0,5 hPa et il atteint même 0,93 hPa peu avant le lever du soleil à DRIRE. Ces intensités d’IHU nocturnes ne sont jamais atteintes au cours des autres saisons. Nos analyses montrent clairement qu’en automne, l’IHU nocturne est un phénomène qui survient surtout pour des ICU intenses, plutôt par vents faibles et avec une humidité relative maximale à la campagne (conditions propices aux brumes et brouillards).

3.3. Intensité des îlots d’humidité et de sécheresse

Au niveau annuel, le quartier de la DRIRE n’est que très légèrement plus sec qu’Entzheim, puisque les Δe moyen et médians sont légèrement négatifs (‑0,17 hPa et ‑0,04 hPa respectivement, tableau 2). Par contre, Botanique ne montre quasiment pas de différence avec Entzheim (Δe moyen et médian de 0,02 et 0 respectivement). Cette apparente homogénéité annuelle cache pourtant une importante variabilité, puisque l’écart-type du Δe atteint 0,82 hPa pour Botanique et 1,13 hPa pour DRIRE. Ces écarts indiquent que ces deux stations connaissent des phénomènes d’ISU/IHU intenses à certains moments. Si on se réfère au seuil de 0,5 hPa qui a été défini pour les Δe par Kuttler et al. (2007), il est possible de classer les ISU/IHU selon différentes intensités :

  • fort ISU (Δe < -0,5 hPa) ;

  • faible ISU (-0,5 ≤ Δe < 0 hPa) ;

  • faible IHU (0 ≤ Δe ≤ 0,5 hPa) ;

  • fort IHU (Δe > 0,5 hPa).

Contrairement à ce qu’on avait observé pour l’humidité relative (cf. 2.3), la ville ne se comporte plus comme un ISU permanent puisque Botanique est soumise à un IHU dans 49,6 % des cas et DRIRE dans 47,3 %. Les IHU forts obtiennent même des fréquences non négligeables dans les deux stations : 21,3 % pour Botanique et 20,3 % pour DRIRE. L’IHU est un phénomène qui survient essentiellement en période froide et nocturne (Unkasevic et al., 2001 ; Fortuniak et al., 2006), ce que confirme également la figure 11. Dans ces conditions, l’évapotranspiration joue peu sur la formation de l’IHU qui est essentiellement causé par le maintien de la bonne capacité hygrométrique de l’air en ville du fait de la présence de l’îlot de chaleur urbain nocturne.

Tableau 2. Statistiques descriptives du Δe par classe d’intensité sur la période 2011-2018 pour les stations urbaines DRIRE et Botanique
Basic statistics by category of Δe during the period 2011-2018 for two urban stations DRIRE and Botanique

 

Δe

Δe<‑0,5 hPa (fort ISU)

-0,5≤Δe< 0 hPa (faible ISU)

0≤Δe≤ 0,5 hPa (faible IHU)

Δe>0,5 hPa (fort IHU)

Botanique

Fréquence %

100

18,7

31,7

28,3

21,3

 

Moyenne hPa

0,02

-1,1

-0,2

0,2

1,1

 

Ecart-type hPa

0,82

0,6

0,1

0,1

0,6

 

Médiane hPa

0,0

-0,9

-0,2

0,2

0,9

DRIRE

Fréquence %

/

28,3

24,4

27,0

20,3

 

Moyenne hPa

-0,17

-1,5

-0,2

0,2

1,2

 

Ecart-type hPa

1,13

1,0

0,1

0,1

0,7

 

Médiane hPa

-0,04

-1,1

-0,2

0,2

0,9

Agrandir Image 10000000000003E80000011691374EF8.jpg

Figure 11. Fréquence mensuelle (gauche) et horaire (droite) par classe d’intensité d’ISU/IHU, selon les données de DRIRE. Période 2011-2018
Monthly (left) and hourly (right) frequency by ISU/IHU intensity classes, according to data from DRIRE. Period 2011-2018

En outre, le phénomène d’IHU fort est marqué par une fréquence d’apparition singulière en octobre, avec un total de 2 355 heures en 8 ans, soit 294 h en moyenne dans le mois, ce qui représente l’équivalent de 39 % du temps. Trois processus physiques différents peuvent expliquer cette fréquence élevée :

  1. Kuttler et al. (2007) ont démontré que l’IHU se forme le plus fréquemment en fin de nuit quand on obtient la saturation en vapeur d’eau à la campagne permettant un dépôt de rosée. Le refroidissement radiatif nocturne intense sur des sols nus en automne pourrait favoriser ce phénomène, d’autant plus que cette saison est propice à la formation de brumes et brouillards nocturnes qui peuvent même persister plusieurs heures en matinée, comme le prouve le taux très élevé de HR bien après le lever du soleil (figure 12 en bas) ;

  2. cette période de l’année coïncide avec la remise en route du chauffage urbain en Alsace, ce qui entretient un ICU d’autant plus fort au cours des nuits de ciel clair (figure 12 au milieu) ;

  3. l’automne est la période de l’année au cours de laquelle on observe aussi l’occurrence maximale du couplage entre IHU d’humidité relative + IFU en journée (cf. 2.3), à l’exemple de ce qu’on observe à 12 h sur la figure 12.

Les ISU intenses (Δe < ‑0,5 hPa) ne concernent que 18,7 % des heures pour Botanique mais atteignent 28,3 % pour DRIRE, ce qui représente une différence non négligeable. Comme il s’agit d’un phénomène essentiellement diurne et de saison chaude (figure 11), cette différence de fréquence reflète l’influence de l’évapotranspiration du parc.

Agrandir Image 10000000000003E8000006FA55120EE5.jpg

Figure 12. Données du 1 octobre 2011. Δe DRIRE-Entzheim (en haut) ; ΔT DRIRE-Entzheim (au milieu) ; humidité relative (en bas). Les traits verticaux représentent le lever et le coucher du soleil
Data obtained during October 1, 2011. Δe DRIRE-Entzheim (top) ; ΔT DRIRE-Entzheim (middle) ; relative humidity (bottom). Sunshine and sunset are presented with vertical lines

3.4. Homogénéité spatiale et concordance temporelle de l’ISU/IHU

Pour explorer l’homogénéité spatiale et la concordance temporelle des phénomènes ISU/IHU, un tableau élémentaire de contingence à deux entrées (tableau 3) confronte les valeurs de Δe obtenues au même moment dans les deux stations urbaines. Le test du Chi‑2 montre que les évènements ne se produisent pas au hasard et que leur répartition est hautement significative (seuil de 0,001). D’emblée, on remarque que les Δe des deux stations se comportent de manière plutôt identique dans 70 % des cas (chiffres en gras, tableau 3) : plus exactement, les Δe de DRIRE et de Botanique concordent parfaitement dans 48,8 % des cas et vont dans le même sens dans 21,2 % des cas. La ville se comporte donc comme un ensemble assez homogène par rapport à la campagne une grande partie du temps : elle forme un vaste ensemble tantôt plus humide tantôt plus sec que la campagne. Néanmoins, il arrive que ce ne soit pas le cas et cette configuration se produit tout de même environ 30 % du temps. Lorsque cela se produit, les Δe du parc urbain et du quartier sont de signe opposés : tandis que DRIRE est un îlot de sécheresse (Δe négatif), le parc est un îlot d’humidité (Δe positif) ou vice-versa.

La configuration ISU à DRIRE et IHU à Botanique survient dans 16,2 % des cas. C’est bien la preuve qu’une certaine hétérogénéité peut exister au sein d’une ville, au point d’engendrer parfois de très forts contrastes entre des zones proches. Elle se produit essentiellement entre avril et septembre (75 % des cas) et surtout en pleine journée (68 % des cas). C’est la période pendant laquelle la végétation du parc est active et capable de produire son maximum d’évapotranspiration, parfois à un point tel que le contenu en vapeur d’eau de l’air y devient non seulement supérieur à celui des zones urbanisées alentour, mais aussi à celui de la campagne ! Peut-on évoquer ici une sorte « d’effet d’oasis » (Spronken-Smith et al., 2000 ; Potchter et al., 2006, 2008) ?

Tableau 3. Tableau de contingence des Δe pour DRIRE (colonnes) et Botanique (lignes), par classe d’intensité, pour la période 2011-2018. Fréquences en pourcentage
Δe contingency table for DRIRE (columns) and Botanique (lines), by intensity classes, during the period 2011-2018. Data are in percent

DRIRE

Δe<‑0,5hPa (fort ISU)

-0,5≤Δe<0hPa (faible ISU)

0≤Δe≤0,5hPa (faible IHU)

Δe>0,5hPa (fort IHU)

 

Botanique

Δe<‑0,5 hPa (fort ISU)

13,6

3,6

1,3

0,1

18,6

‑0,5≤Δe<0 hPa (faible ISU)

7,3

11,9

10,5

1,8

31,6

0≤Δe≤0,5 hPa (faible IHU)

4,2

5,9

11,7

6,6

28,4

Δe>0,5 hPa (fort IHU)

3,2

2,9

3,6

11,6

21,4

 

28,2

24,4

27,1

20,3

100,0

La configuration opposée (IHU à DRIRE et ISU à botanique) se produit dans 13,7 % des cas, notamment entre octobre et février (74 % des cas) et la nuit (67 % des cas). Les niveaux d’humidité relative sont souvent très importants en zone rurale (88 % en moyenne, même en pleine journée) et le ΔHR est toujours négatif pour les deux stations urbaines. Quel facteur permet à un parc urbain de devenir à la fois plus sec qu’un quartier ou qu’une zone rurale ? Rien dans la littérature existante n’évoque ce problème et nous n’avons pas d’hypothèse satisfaisante qui puisse l’expliquer pour le moment.

Conclusion

Notre analyse de l’humidité en ville indique clairement qu’il faut distinguer le comportement de l’humidité relative de celui de la vapeur d’eau. Par rapport à l’humidité relative, la ville forme un îlot de sécheresse (ISU) quasi permanent dont l’intensité baisse dans les parcs et varie selon l’îlot de chaleur. Ces deux derniers facteurs constituent des leviers sur lesquels il est possible de jouer pour moduler l’intensité de l’ISU. En de rares occasions, nous avons observé que la ville se transforme en un îlot d’humidité (IHU) en même temps qu’un îlot de fraicheur (configuration couplée). De manière étonnante, ce couplage se produit surtout au cours des mois de septembre et octobre. En ce qui concerne la vapeur d’eau, le temps se partage beaucoup plus équitablement entre ISU et IHU. L’ISU de vapeur est un phénomène qui se produit pendant la saison chaude et le jour, tandis que l’IHU de vapeur est plutôt présent pendant la saison froide et la nuit. L’îlot de sécheresse urbain est provoqué par l’intense évapotranspiration en zone rurale qui contraste avec la faiblesse des émissions de la ville, surtout dans les zones les plus artificialisées : la présence d’un parc permet d’en atténuer considérablement l’intensité. L’îlot d’humidité doit sa formation essentiellement à la bonne capacité hygrométrique de l’air en ville qui est causée par la présence d’un îlot de chaleur, alors qu’à la campagne, les basses températures provoquent le départ de la vapeur par dépôt de rosée. Cet IHU de vapeur obtient une fréquence d’apparition inhabituelle au mois d’octobre.

Nos analyses montrent aussi que la ville forme un ensemble homogène pendant environ 70 % du temps, c’est-à-dire qu’elle forme un IHU ou un ISU de vapeur cohérent au niveau spatial, avec de faibles variations entre les quartiers. Mais pendant environ 30 % du temps, il peut exister des configurations complexes au cours desquelles les quartiers obtiennent des teneurs en vapeur d’eau très différentes, au point qu’il peut coexister simultanément des zones à IHU et à ISU. Il existe également un nombre limité de cas où le parc urbain parait simultanément plus sec (au sens de la teneur en vapeur d’eau) que le quartier voisin et que la zone rurale, sans qu’on puisse pour l’instant avancer d’explication à cette situation. Des investigations supplémentaires seraient nécessaires pour résoudre ce point précis. Pour étudier la variation spatiale de l’îlot d’humidité, il serait aussi nécessaire de s’appuyer sur un plus grand nombre de stations de mesures, cela permettrait peut-être de déboucher sur une cartographie de l’îlot d’humidité.

Bibliographie

Ackerman B., 1987. Climatology of Chicago area urban-rural differences in humidity. Journal of Climate and Applied Meteorology, 26, 427-430. https://doi.org/10.1175/1520-0450(1987)026<0427:COCAUR>2.0.CO;2

Adebayo YR., 1991. Day-time effects of urbanization on relative humidity and vapour pressure in a tropical city. Journal of Climatology and Applied Meteorology, 26, 427-430. https://doi.org/10.1007/BF00865039

Barry R.G., 1981. Mountain, weather and climate. London, Methuen, 313 p.

Bournez E., 2018. Etude du rôle de la végétation dans la création de microclimats urbains. Thèse de l’Université de Strasbourg, 217 p. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02166160

Chandler T. J., 1967. Absolute and relative humidities in towns. Bulletin of the American Meteorological Society, 48, 394-399. https://doi.org/10.1175/1520-0477-48.6.394

Charciarek T., 2003. Daily course of vapour pressure and relative humidity differences between urban and rural site in Lodz. 5th International Conference on Urban Climate, Lodz, Pologne, 1, 51-54.

Fortuniak K., Klysik K., Wibig J., 2006. Urban-rural contrasts of meteorological parameters in Lodz. Theoretical and Applied Climatology, 84, 91-101. https://doi.org/10.1007/s00704-005-0147-y

Geiger R., 1965. Climate near the ground. Cambridge MA, Harvard University Press, 611 p.

Gourguechon C., 2018. Classification de données images et vecteur et de nuages de points, dans le but d'extraire des zones climatiques types dans des quartiers de Strasbourg. Mémoire de projet de recherche technologique, 46 p.

Hage K. D., 1975. Urban-rural humidity differences. Journal of Applied Meteorology, 14, 1277-1283. https://doi.org/10.1175/1520-0450(1975)014%3C1277:URHD%3E2.0.CO;2

Haurwitz B., 1941. Dynamic Meteorology. McGraw-Hill, 365 p. https://archive.org/details/dynamicmeteorolo031899mbp

Holmer B., Eliasson I., 1999. Urban-Rural vapour pressure differences and their role in the development of urban heat islands. International Journal of Climatology, 19, 989-1009. https://doi.org/10.1002/(SICI)1097-0088(199907)19:9%3C989::AID-JOC410%3E3.0.CO;2-1

Jauregui E., Tejeda A., 1997. Urban-rural humidity contrasts in Mexico City. International Journal of Climatology, 17, 187-196. https://doi.org/10.1002/(SICI)1097-0088(199702)17:2%3C187::AID-JOC114%3E3.0.CO;2-P

Kastendeuch P., Najjar G., Lacarrere P., Colin J., 2010. Modélisation de l’îlot de chaleur urbain à Strasbourg. Climatologie, 7, 21-36. https://doi.org/10.4267/climatologie.361

Kastendeuch P., Najjar G., Ringenbach N., 2006. Modélisation du bilan radiatif et d’énergie d’un canyon urbain à Strasbourg. Climatologie, 3, 25-42. https://doi.org/10.4267/climatologie.677

Kopec R.J., 1973. Daily spatial and secular variations of atmospheric humidity in a small city. Journal of Applied Meteorology, 12, 639-648. https://doi.org/10.1175/1520-0450(1973)012%3C0639:DSASVO%3E2.0.CO;2

Kottek M., Grieser J., Beck C., Rudolf B., Rubel F., 2006. World Map of the Köppen-Geiger climate classification updated. Meteorologische Zeitschrift, 15, 259-263. https://doi.org/10.1127/0941-2948/2006/0130

Kuttler W., Weber S., Schonnefeld J., Hesselschwerdt A., 2007. Urban/rural atmospheric water vapour pressure differences and urban moisture excess in Krefeld, Germany. International Journal of Climatology, 27, 2005-2015. https://doi.org/10.1002/joc.1558

Lacombe M., Bousri D., Leroy M., Mezred M., 2011. WMO Field Intercomparison of Thermometer Screens/Shields and Humidity Measuring Instruments, Ghardaia, Algeria, November 2008 – October 2009. World Meteorological Organization, Instruments and observing methods report, 106, 101 p. https://library.wmo.int/index.php?lvl=notice_display&id=15530#.XodVuogzY2w

Lee D. O., 1991. Urban-rural humidity differences in London. International Journal of Climatology, 11, 577-582. https://doi.org/10.1002/joc.3370110509

Martin-Vide J., Sarricolea P., Moreno-Garcia M. C., 2015. On the definition of urban heat island intensity : the “rural” reference. Frontiers in Earth Science, 3, 3 p. https://doi.org/10.3389/feart.2015.00024

Mayer H., 1993. Urban bioclimatology. Experientia, 49, 957-963. https://doi.org/10.1007/BF02125642,

Montauban O., 2019. Une approche vectorielle pour classifier des données images et vecteurs dans le but d'extraire une cartographie des zones climatiques locales des quartiers de Strasbourg. Mémoire de projet de fin d’études, 90 p.

Najjar G., Kastendeuch P. P., Colin J. R., Stoll M. P., Nerry F., Ringenbach N., Bernard J., De Hatten A., Luhahe R., Viville D., 2005. Bilans radiatif et d’énergie dans un canyon urbain. Annales de l’Association Internationale de Climatologie, 2, 41-54. https://doi.org/10.4267/climatologie.864

Oke T. R., 2004. Initial guidance to obtain representative meteorological observations at urban sites. World Meteorological Organization, Instruments and observing methods report, 81, 47 p. https://library.wmo.int/index.php?lvl=notice_display&id=9262

Potchter O., Cohen P., Bitan A., 2006. Climatic behavior of various urban parks during hot and humid summer in the Mediterranean city of Tel Aviv, Israel. International Journal of Cimatology, 26, 1695-1711. https://doi.org/10.1002/joc.1330

Potchter O., Goldman D., Kadish D., Iluz D., 2008. The oasis effect in an extremely hot and arid climate : The case of southern Israel. Journal of Arid Environment, 72, 1721-1733. https://doi.org/10.1016/j.jaridenv.2008.03.004

Richards K., 2005. Urban and rural dewfall, surface moisture, and associated canopy-level air temperature and humidity measurements for Vancouver, Canada. Boundary-Layer Meteorology, 114, 143-163. https://doi.org/10.1007/s10546-004-8947-7

Rubio M.A., Lissi E., Villena G., 2002. Nitrite in rain and dew in Santiago city, Chile. Its possible impact on the early morning start of the photochemical smog. Atmospheric Environment, 36, 293-299. https://doi.org/10.1016/S1352-2310(01)00356-9

Spronken-Smith R. A., Oke T. R., Lowry W. P., 2000. Advection and the surface energy balance across an irrigated urban park. International Journal of Climatology, 20, 1033-1047. https://doi.org/10.1002/1097-0088(200007)20:9%3C1033::AID-JOC508%3E3.0.CO;2-U

Stewart I., Oke, T., 2012. Local climate zones for urban temperature studies. Bulletin of the American Meteorological Society, 93, 1879-1900. https://doi.org/10.1175/BAMS-D-11-00019.1

Unger J., 1999. Urban-rural humidity differences in Szeged, Hungary. International Journal of Climatology, 19, 1509-1515. https://doi.org/10.1002/(SICI)1097-0088(19991115)19:13%3C1509::AID-JOC453%3E3.0.CO;2-P

Unkasevic M., Jovanovic O., Popovic T., 2001. Urban-suburban/rural vapour pressure and relative humidity differences at fixed hours over the area of Belgrade city. Theoretical and Applied Climatology, 68, 67-73. https://doi.org/10.1007/s007040170054

Weber S., Kuttler W., 2005. Surface energy-balance characteristics of a heterogeneous urban ballast facet. Climate Research, 28, 257-266. https://doi.org/10.3354/cr028257

Yoshino M., 1975. Climate in a small area. Tokyo, University of Tokyo Press, 549 p. https://doi.org/10.1002/qj.49710243326

Pour citer ce document

Référence électronique : Pierre P. Kastendeuch, Georges Najjar et Nathalia Philipps « Îlot de sécheresse et d’humidité à Strasbourg (France) », Climatologie [En ligne], mis à jour le : 14/04/2020, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/climatologie/index.php?id=1392, https://doi.org/10.4267/climatologie.1392

Auteur(s)

Pierre P. Kastendeuch

Laboratoire Icube (UMR 7357) – Université de Strasbourg, 300 boulevard Sébastien Brant CS 10413 F-67412 Illkirch Cedex, France
kasten[at]unistra.fr

Georges Najjar

Laboratoire Icube (UMR 7357) – Université de Strasbourg, 300 boulevard Sébastien Brant CS 10413 F-67412 Illkirch Cedex, France

Nathalia Philipps

Laboratoire Icube (UMR 7357) – Université de Strasbourg, 300 boulevard Sébastien Brant CS 10413 F-67412 Illkirch Cedex, France