Déchets, Sciences & Techniques

N°22


Étude de la qualité physico-chimique du sol d’un champ d’épandage d’eaux usées (Zemamra, Maroc)


Khadija El Falaki et El Kebir Lhadi

[Version imprimable] [Version PDF]

Résumé

La daya Z3 est un champ d’une dizaine d’hectares soumis à l’épandage des eaux usées brutes de la ville de Zemamra (Maroc). Ceci constitue un risque potentiel pour le sol et la nappe phréatique. Des caractérisations du sol ont été effectuées au cours de l’année 1995/96. Le sol d’épandage ne recevait à cette époque, marquée par une sécheresse, que les eaux usées de la ville. Les eaux usées de la ville de Zemamra sont un mélange d’eau usée domestique, d’une partie des rejets d’une sucrerie, des eaux pluviales et des eaux d’un abattoir. L’effluent apporte une charge polluante importante au niveau de la daya Z3 ; soit 512 kg/j en DCO, 207 kg/j en DBO5, 227 kg/j en MES, 55,8 kg/j en NTK et 14,3 kg/j en Pt. Ces charges augmentent particulièrement pendant la campagne sucrière (du début mai à la mi-juillet). En effet l’égout de la ville reçoit en cette période une partie des rejets de la sucrerie. En comparant la qualité physico-chimique du sol de la daya Z3 à celle d’un sol témoin (sol situé à proximité du champ d’épandage et qui ne reçoit pas les eaux usées) et d’autres sols non contaminés, on constate que les teneurs en sels et en métaux lourds sont plus élevées dans le sol de la daya. Ceci est dû à une accumulation de sels et de métaux suite à l’épandage continu des eaux usées brutes. D’ailleurs, la conductivité électrique (CE) du sol de la daya Z3 accuse des valeurs élevées allant de 7,7 à 8,1 ms/cm, ce qui peut qualifier ces sols de salins. La CE du sol pris comme témoin ne dépasse pas 1,2 ms/cm.

Abstract

The Zemamra wastewater is a mixture of domestic, from sugar rafinery’s waste and slaughterhouse one. In 1990, a natural lagoon treatment system was established. However, this system was not efficient because of the increasing wastewater volume as a result of the demographic expansion and the economic growth. As a matter of fact the system was useless and so system was abandoned and all wastewater is evacuated in open waste-pipe established in south west of the town where this wastewater is speeded without any control in a sewage farm of 10 ha superficies (called daya Z3). The sewage brings a cost not negligible pollution to the level of the daya Z3. The influent bring a important pollution load to daya Z3: 512 kg/day in COD (chemical oxygen demand), 227 kg/j in SS, 55,8 kg/day in TKN (total kjeldhal nitrogen) and 14,3 kg/day in TP (total phosphorus). These costs increase particularly during the countryside sugar rafinery. Indeed the sewer of the city receives in this period a part of rejects of the sugar rafinery. In order to evaluate the impact of spreading of the Zemamra wastewater relatively to daya, we have relied on such physicochemical quality of soil. The comparison physicochemical quality of the soil of daya Z3 to a witness soil (soil situated near the daya Z3 and that does not receive used waters) and others soil not contaminated, the salts and the heavy metals are more raised in the soil of the daya Z3. The electrical conductivity of the soil of the daya Z3 accused raised values going from 7.7 to 8,1 ms/cm, what can qualify these soil of saline. The electrical conductivity of twin soil does not exceed 1,2 ms/cm. The results show that this uncontrolled spreading of this wastewater caused first some problems to human being bay the smell and disease, second for the soil by accumulation of salts and heavy metals and last

Pour citer ce document

Référence papier : Khadija El Falaki et El Kebir Lhadi « Étude de la qualité physico-chimique du sol d’un champ d’épandage d’eaux usées (Zemamra, Maroc) », Dechets sciences et techniques, N°22, 2001, p. 21-24.

Référence électronique : Khadija El Falaki et El Kebir Lhadi « Étude de la qualité physico-chimique du sol d’un champ d’épandage d’eaux usées (Zemamra, Maroc) », Dechets sciences et techniques [En ligne], N°22, mis à jour le : 23/01/2015, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/dechets-sciences-techniques/index.php?id=1352, https://doi.org/10.4267/dechets-sciences-techniques.1352

Auteur(s)

Khadija El Falaki

Université ChouaIb Doukkali - Faculté des sciences - Département de chimie - Laboratoire de l’eau et de l’environnement - BP 20 - El Jadida (Maroc)

El Kebir Lhadi

Université ChouaIb Doukkali - Faculté des sciences - Département de chimie - Laboratoire de l’eau et de l’environnement - BP 20 - El Jadida (Maroc)