Déchets, Sciences & Techniques

N°62


Editorial


Jacques Bourgois et Rémy Gourdon

[Version imprimable]

Texte intégral

Ce numéro de DST regroupe une sélection de 7 articles qui ont fait l’objet de communications orales au dernier Colloque E3D2012 (Eau, Déchets, Développement Durable) qui s’est tenu à Agadir (Maroc) du 21 au 24 mars 2012. Le congrès E3D est organisé tous les deux ans. Les précédentes éditions ont eu lieu à Hammamet (Tunisie, 2008) et à Alexandrie (Egypte, 2010). La prochaine est programmée à Lomé (Togo) en 2014. Les objectifs d’E3D sont de faire échanger et dialoguer les chercheurs, les acteurs et les praticiens de l’environnement et du développement durable du Nord et du Sud au travers d’échanges de bonnes pratiques et de discussions autour de futurs projets en commun.

Le congrès E3D2012 a été organisé par l’Association Innovation et Technologie (AIT) de Sfax, l’Université Senghor d’Alexandrie, les Ecoles des Mines de Saint-Etienne et d’Alès avec le soutien local de la Société RIEGONOR (Kenitra, Maroc) spécialisée dans les travaux d’étanchéité, de l’Institut Français à Agadir et des Collectivités Locales d’Agadir. E3D2012 a rassemblé 160 participants, 20 pays étaient représentés (Afrique, Amérique du Nord, Europe, Moyen Orient, Océanie). Six conférences plénières et cent communications (40 % eau, 40 % déchets, 20 % développement durable) ont été présentées, des ateliers de travail journaliers faisaient suite aux communications.

A l’issue des ateliers et tables rondes, quelques éléments de synthèse peuvent être notés (non hiérarchisés) :

  • De nombreuses technologies de valorisation et de recyclage sont disponibles. Mais subsiste une difficulté de passage au marché. Beaucoup de ces innovations restent au stade du laboratoire ou du pilote.

  • Importance du facteur culturel dans la mise en place (ou le retard dans l’adoption) des bonnes pratiques de développement durable.

  • Nécessité d’une sensibilisation globale des acteurs et des décideurs, ceci afin d’éviter les transferts de problèmes (on résout ici, on aggrave ailleurs). Mais dans le même temps, user modérément de l’approche globale.

  • Eviter de tomber dans le piège du transfert de technologie ou de bonnes pratiques du Nord au Sud sans adaptation au contexte.

  • La question des arbitrages entre urgence/long terme et low tech/high tech est au centre de beaucoup des cas présentés.

  • De nombreux exemples exposés sont en relation avec la dynamique des milieux naturels qui sont, en Afrique, fragiles et métastables.

­

Pour citer ce document

Référence papier : Jacques Bourgois et Rémy Gourdon « Editorial », Dechets sciences et techniques, N°62, 2012, p. 2.

Référence électronique : Jacques Bourgois et Rémy Gourdon « Editorial », Dechets sciences et techniques [En ligne], N°62, mis à jour le : 17/12/2014, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/dechets-sciences-techniques/index.php?id=228, https://doi.org/10.4267/dechets-sciences-techniques.228

Auteur(s)

Jacques Bourgois

Professeur Ecole des Mines de Saint-Etienne Président d’E3D2012

Rémy Gourdon

Professeur à l’INSA de Lyon