Déchets, Sciences & Techniques

N°57


The GeDSeT project: constitution of a decision support tool (DST) for the management and material recovery of waterways sediments in Belgium and Northern France


Bruno Lemière, Pascale Michel, Nor-Edine Abriak, Laurence Haouche, Agnès Laboudigue, Claire Alary, Rabia Badreddine, Benoît Hazebrouck et Jérôme Meerseman

[Version imprimable] [Version PDF]

Texte intégral

Le projet InterReg IV GeDSeT (2008-2011) est une contribution à une gestion globale durable des sédiments des voies d’eau, au développement du transport régional fluvial et de bonnes pratiques pour la protection des ressources en eau et de l’espace urbain.

Les sédiments des voies d’eau sont un enjeu majeur en Europe, et particulièrement dans la région transfrontalière Belgique Wallonie – Nord de la France pour plusieurs raisons, toutes liées à la densité de l’habitat, du tissu industriel passé et présent, et du réseau de voies d’eau. Non seulement les sédiments affectent la navigabilité, mais aussi la qualité des ressources en eau, par la pollution, et la gestion des inondations. Le curage régulier des sédiments permet le développement d’un transport régional fluvial éco-favorable, mais génère d’importants volumes de déchets potentiels. La réutilisation des sédiments pour la construction ou les infrastructures est donc un enjeu clé, en combinant réduction des déchets et des besoins en ressources naturelles pour le même usage.

Afin de prendre en compte la problématique des sédiments fluviaux dans sa globalité, le projet GeDSeT va capitaliser l’état de l’art sur les critères pertinents pour une gestion durable, et les incorporer dans une méthodologie d’aide à la décision applicable au contexte transfrontalier. Cette méthodologie vise à développer des bonnes pratiques en harmonie avec la gestion des ressources en eau, et le développement du transport fluvial régional.

Les critères pertinents comprennent notamment :

  • ceux évaluant les caractéristiques physiques et chimiques des sédiments à curer, leur aptitude au réemploi et leur niveau de contamination,

  • le coût des opérations de curage et d’élimination, et le bénéfice tiré de la meilleure navigabilité,

  • la valeur potentielle des matériaux réutilisables, et le coût des traitements requis, par rapport à l’ensemble des coûts de mise en dépôt des sédiments.

La méthodologie d’aide à la décision s’appuie sur l’expérience du BRGM et de ses partenaires européens lors du développement d’un modèle Entrées/sorties physiques quasi dynamique pour la gestion des déchets municipaux, incluant les émissions. L’expérience acquise sur des outils spécifiques d’aide à la décision sur les sédiments portuaires sera valorisée avec les partenaires du projet. L’outil développé en différera en ce sens qu’il propose un environnement pour tester des scénarios (what-if tools) et non une solution optimisée. Le cœur du système est un diagramme opérationnel, similaire au « flow chart » d’un processus industriel. Il est alimenté par des modèles élémentaires et par des bases de données sur la problématique. La récupération potentielle de ressources secondaires à partir de sédiments curés sera abordée à partir d’une revue et d’une évaluation économique des technologies disponibles, des contraintes techniques et économiques, des effets secondaires sur l’utilisation des matériaux récupérés, et un bilan global des coûts et bénéfices environnementaux, non limité à la seule opération de curage. Les impacts sociétaux et sur l’emploi, à travers le développement de nouvelles filières, ainsi que l’occupation des sols dans cette zone densément peuplée constituent également des critères primaires dans l’aide à la décision. Le bénéfice escompté du projet comprend en outre la comparaison transfrontalière de situations et méthodologies spécifiques, héritées d’une histoire différente. L’outil a pour objectif final de mettre en commun les approches des opérateurs, des acteurs des secteurs des travaux et du BTP, et des collectivités territoriales.

Pour citer ce document

Référence papier : Bruno Lemière, Pascale Michel, Nor-Edine Abriak, Laurence Haouche, Agnès Laboudigue, Claire Alary, Rabia Badreddine, Benoît Hazebrouck et Jérôme Meerseman « The GeDSeT project: constitution of a decision support tool (DST) for the management and material recovery of waterways sediments in Belgium and Northern France », Dechets sciences et techniques, N°57, 2010, p. 5.

Référence électronique : Bruno Lemière, Pascale Michel, Nor-Edine Abriak, Laurence Haouche, Agnès Laboudigue, Claire Alary, Rabia Badreddine, Benoît Hazebrouck et Jérôme Meerseman « The GeDSeT project: constitution of a decision support tool (DST) for the management and material recovery of waterways sediments in Belgium and Northern France », Dechets sciences et techniques [En ligne], N°57, mis à jour le : 27/04/2015, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/dechets-sciences-techniques/index.php?id=238, https://doi.org/10.4267/dechets-sciences-techniques.238

Auteur(s)

Bruno Lemière

BRGM, Service Environnement et Procédés, Orléans, France

Pascale Michel

BRGM, Service Environnement et Procédés, Orléans, France

Nor-Edine Abriak

Ecole des Mines de Douai, Douai, France

Laurence Haouche

Institut scientifique de service public, Colfontaine, Belgique

Agnès Laboudigue

Ecole des Mines de Douai, Douai, France

Claire Alary

Ecole des Mines de Douai, Douai, France

Rabia Badreddine

INERIS, Comportement des Contaminants dans les Sols et Matériaux, DRC Pôle Risques,Verneuil en Halatte, France

Benoît Hazebrouck

INERIS, Comportement des Contaminants dans les Sols et Matériaux, DRC Pôle Risques,Verneuil en Halatte, France

Jérôme Meerseman

Centre technologique international de la Terre et de la Pierre (CTP), Tournai, Belgique