Déchets, Sciences & Techniques

N°32


Étude de la biodisponibilité des métaux lourds dans des sols agricoles irrigués par des eaux polluées


K. El Ass, A. Laachach et M. Azzi

[Version imprimable] [Version PDF]

Résumé

La teneur en métaux lourds dans les sols pollués est une donnée relativement accessoire si ce n’est pour déterminer le danger global (concentration maximale mobilisable). L’important est de déterminer la fraction biodisponible, c’est-à-dire la partie accessible au végétal. La biodisponibilité du cuivre, zinc, plomb, nickel et chrome dans des sols agricoles irrigués par des eaux polluées, rejets urbains et industriels de la ville de Fès (Maroc), a été évaluée au travers de deux approches : (i) en mesurant l’extractibilité des éléments métalliques étudiés par des extractions chimiques simples (EDTA) et séquentielles (protocole BCR) et (ii) en analysant les teneurs en ces éléments et/ou quantités de ces éléments bio-accumulées dans quelques plantes.
La subdivision définissant les éléments dans les différentes fractions du sol a montré que tous les éléments étudiés présentent une grande affinité envers la fraction organique. La fraction acido-soluble est dominée par le nickel et le plomb. L’extractibilité à l’EDTA nous a permis de mettre en évidence la fraction potentiellement biodisponible. En effet, le plomb, le cuivre et le zinc sont extraits à ~ 30 % ce qui représente des teneurs importantes. Le chrome semble nécessiter des conditions plus agressives pour qu’il présente un risque de contamination. L’analyse de quelques plantes cultivées sur ce sol nous a permis de confirmer en partie les résultats obtenus. En effet, le Cu et le Zn sont les plus mobilisés par les plantes alors que le Pb, Cr et Ni ne dépassent pas les 3 % de leur teneur totale dans le sol. Ces mobilisations restent d’une manière générales faibles mais une certaine vigilance sanitaire vis à vis de la présence de ces éléments dans les sols, notamment pour la prise en considération des risques en développement est nécessaire.

Abstract

The sequential extraction procedure proposed by the Standard, Measurements and Testing program “SM&T” of the European Union has been applied to evaluate the amounts of Cr, Cu, Ni, Pb and Zn, extracted at each stage of the procedure and indirectly their mobility and bioavailability in agricultural soils irrigated by a polluted water.
Analysis of the extracts was carried out by flame atomic absorption spectrometry (FAAS). No significant matrix interferences were found except for Cr in the acetic acid and hydroxylammonium chloride extracts, which required determination by the standard additions method.
The results obtained by sequential extraction showed that all the studied elements present a great affinity towards the organic fraction whereas the acido-soluble fraction was dominated by nickel and lead. The extractability with the EDTA showed that lead, copper and zinc are potentially bioavailable ( 30 %). Chromium seems to require more aggressive conditions to presents a risk of contamination. The results of the analysis of some crop plants on this soil confirm partly the results obtained. Indeed, Cu and Zn are mobilised by the plants whereas Pb, Cr and Ni do not exceed 3 % of their total content in the soil.

Pour citer ce document

Référence papier : K. El Ass, A. Laachach et M. Azzi « Étude de la biodisponibilité des métaux lourds dans des sols agricoles irrigués par des eaux polluées », Dechets sciences et techniques, N°32, 2003, p. 31-36.

stract" dir="lcination">Référence électronique : K. El Ass, A. Laachach et M. Azzi « Étude de la biodisponibilité des métaux lourds dans des sols agricoles irrigués par des eaux polluées », Dechets sciences et techniques [En ligne], N°32, mis à jour le : 11/02/2015, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/dechets-sciences-techniques/index.php?id=2501, https://doi.org/10.4267/dechets-sciences-techniques.2501

Auteur(s)

K. El Ass

Laboratoire d’analyse physico-chimiques. Ecole nationale de l’industrie minérale (ENIM) Rabat - Maroc

A. Laachach

Laboratoire d’analyse physico-chimiques. Ecole nationale de l’industrie minérale (ENIM) Rabat - Maroc

M. Azzi

Laboratoire d’électrochimie et chimie de l’environnement. Faculté des Sciences Aïn Chock Casablanca - Maroc