Déchets, Sciences & Techniques

N°40


Editorial


De 1996 à 2006, déjà dix années de parution de la revue Déchets, Sciences et Techniques
Pierre Moszkowicz

[Version imprimable] [Version PDF]

Texte intégral

La revue Déchets, Sciences et Techniques est arrivée, avec le numéro 40, au terme de sa dixième année d’existence. L’éditorial du premier numéro (janvier 1996), rédigé par Alain Navarro, concepteur de la nouvelle revue, s’intitulait :

« Une réponse exclusivement technique au problème des déchets n’est pas suffisante, mais a contrario, la société ne peut en exclure la part nécessaire. »

Le contexte de l’époque, dans les premières années de la mise en œuvre d’une politique « déchets » définie par la loi de 1992, faisait apparaître le besoin de travaux scientifiques pour contribuer à l’amélioration indispensable des pratiques en matière de gestion des déchets industriels et urbains. Comme pour toute problématique impliquant très directement l’ensemble de la population, l’organisation de l’articulation entre science et société, entre experts et citoyens, apparaissait comme nécessaire, et la revue a été créée pour répondre à ce besoin. Alain Navarro définissait les « maillons » d’une telle démarche rationnelle : connaissance du système déchets, définition des stratégies et des filières de valorisation et des filières d’élimination, évaluation des impacts, réhabilitation des sites pollués, approches psychologique, économique et juridique. Il définissait ainsi les objectifs de l’implication de la recherche scientifique et les thèmes de la revue, dont le rôle serait de favoriser le lien entre les chercheurs et la société.

Dans ce même premier numéro, Paul-Henry Bourrelier, alors président du Club Crin Environnement, faisait le bilan du Congrès international sur les procédés de solidification et de stabilisation des déchets, qui s’était tenu à Nancy, en 1995. En soulignant le succès de cette manifestation, qui avait permis de mobiliser largement et pour la première fois les acteurs français — tant les scientifiques que les écoindustriels et les responsables institutionnels —, Paul-Henry Bourrelier dégageait les perspectives ouvertes : autour de la problématique de la gestion et du traitement des déchets, une communauté française très dynamique se révélait capable de développer une véritable stratégie de recherche pour répondre aux attentes de la société. Depuis sa création, la revue a publié près de 300 articles, présentés par plus de 600 chercheurs, avec une participation internationale croissante, diffusant les résultats d’une activité scientifique toujours très active.

Dix ans après….

Le colloque international WasteEng., qui s’est tenu à Albi en avril 2005, a connu à son tour un succès important, en se focalisant sur les procédés de valorisation des déchets. L’ouverture internationale de la communauté scientifique s’est affirmée, dans un contexte européen mieux structuré qu’en 1995. Les enjeux de la recherche ont aujourd’hui dépassé la problématique du traitement et de l’élimination des déchets ultimes (concept défini par la loi de 1992) pour développer les stratégies de recyclage et de valorisation des déchets. La revue Déchets, Sciences et Techniques, associée à cette manifestation, reste un vecteur privilégié pour le dialogue toujours nécessaire entre les scientifiques et les acteurs industriels et socioéconomiques, impliqués dans la problématique des déchets, et plus largement dans celle des conséquences environnementales des activités industrielles et urbaines.

Pour citer ce document

Référence papier : Pierre Moszkowicz « Editorial », Dechets sciences et techniques, N°40, 2005, p. 2.

Référence électronique : Pierre Moszkowicz « Editorial », Dechets sciences et techniques [En ligne], N°40, mis à jour le : 18/03/2015, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/dechets-sciences-techniques/index.php?id=2794, https://doi.org/10.4267/dechets-sciences-techniques.2794

Auteur(s)

Pierre Moszkowicz

Rédacteur en chef