Déchets, Sciences & Techniques

N°17


Bioremédiation des métaux lourds par les bactéries sulfato-réductrices


Caroline Michel, Bruno Chardin et Mireille Bruschi

[Version imprimable] [Version PDF]

Résumé

Le traitement des sols et nappes pollués par des métaux lourds constitue un enjeu économique et environnemental. Le développement de nouveaux procédés impliquant des micro-organismes pourrait permettre d’apporter des solutions alternatives écologiques et moins coûteuses que les procédés chimiques actuellement utilisés. De par leur activité métal-réductase, les bactéries sulfato-réductrices sont de bonnes candidates pour une dépollution à l’échelle industrielle. La caractérisation des enzymes compétentes pour la réduction des métaux par ces bactéries permettra d’améliorer le processus de bioremédiation.

Abstract

The treatment of soils and ground water polluted by heavy metals is of economical and environmental interest. The development of new processes using micro-organisms may offer alternative ecological solutions less expensive than usual chemical processes. In addition to the chemical indirect reduction due to the production of H2S, sulfate-reducing bacteria can also reduce metals directly by an enzymatic way. So, these bacteria are good candidates for industrial metal removal. The characterization of competent enzymes for metal reduction will improve the bioremediation process. Among them, a low redox potential tetrahemic cytochrome c3 is a constitutive enzyme of the sulfate-reducing bacteria. The reduction of U (VI) and Cr (VI) by this cytochrome has already been demonstrated. Studies presented here show that others homologous cytochromes can reduce V (V), Mn (IV), Fe (III) and Cr (VI). The results indicate that only the low redox potential cytochromes present in sulfate-reducing bacteria can act as metal-reductases. We also observed that sulfatereducing bacteria rapidly reduce chromate. Growth with Cr (VI) induces morphological changes and a decrease in the growth rate of the bacteria.

Pour citer ce document

Référence papier : Caroline Michel, Bruno Chardin et Mireille Bruschi « Bioremédiation des métaux lourds par les bactéries sulfato-réductrices », Dechets sciences et techniques, N°17, 2000, p. 34-37.

Référence électronique : Caroline Michel, Bruno Chardin et Mireille Bruschi « Bioremédiation des métaux lourds par les bactéries sulfato-réductrices », Dechets sciences et techniques [En ligne], N°17, mis à jour le : 07/01/2015, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/dechets-sciences-techniques/index.php?id=332, https://doi.org/10.4267/dechets-sciences-techniques.332

Auteur(s)

Caroline Michel

CNRS - Bioénergétique et ingénierie des protéines - Institut de biologie structurale et microbiologie - 31, chemin Joseph Aiguier - 13402 Marseille cedex 20

Bruno Chardin

CNRS - Bioénergétique et ingénierie des protéines - Institut de biologie structurale et microbiologie - 31, chemin Joseph Aiguier - 13402 Marseille cedex 20

Mireille Bruschi

CNRS - Bioénergétique et ingénierie des protéines - Institut de biologie structurale et microbiologie - 31, chemin Joseph Aiguier - 13402 Marseille cedex 20