Déchets, Sciences & Techniques

N°77


Éditorial


Mathieu Gautier

[Version imprimable] [Version PDF]

Texte intégral

La diversité étant une richesse et une force dans tous les systèmes dynamiques, quoi que puissent en dire certains esprits trop tournés vers eux-mêmes et vers leurs semblables, j’ai pensé utile d’ouvrir l’édito de la revue à d’autres expressions que la mienne. Pour ce numéro, j’ai sollicité un jeune chercheur de mon laboratoire, Mathieu Gautier, qui a saisi la balle au bond. Jeune mais déjà bien expérimenté, il nous propose son analyse en introduction de ce numéro.

Rémy Gourdon, Rédacteur en Chef de DST

­

Je remercie tout d’abord l’équipe éditoriale de me proposer la plume pour cet édito. Ce numéro 77 sort dans un contexte d’actualités particulières. En effet dans un très récent rapport, la Banque mondiale estime que le volume des déchets ménagers pourrait augmenter de 70 % pour atteindre 3,4 milliards de tonnes dans le monde d'ici à 2050 (Kaza et al., 2018). Le 7 septembre dernier, 700 scientifiques français lançaient un appel dans un quotidien français demandant à nos dirigeants de passer « de l’incantation aux actes pour enfin se diriger vers une société sans carbone »(AFP, 2018). Quelques mois plus tôt, déjà près de 15000 scientifiques de 184 pays alertaient sur l’état de la planète dans une initiative dont l’ampleur n’avait pas de précédents(Ripple et al., 2017).

Dans ce contexte global, les thématiques développées dans chaque numéro de Déchets Sciences et Techniques paraissent plus que jamais d’actualité. En effet, avec plus de 7 milliards d’individus sur la planète, dont une petite partie surconsomme les ressources pendant que la grande majorité n’accède qu’à quelques miettes, les impacts environnementaux et les tensions géopolitiques ne font que s’aggraver. Dans ce contexte, les problématiques de gestion des déchets, d’assainissement des eaux, de pollution des sols et des sédiments, régulièrement mis en avant dans ce journal, résonnent encore comme des défis à surmonter.

Voilà plus de 22 ans que DST apporte sa petite pierre à un édifice dont la construction apparait comme un enjeu primordial de nos sociétés actuelles. En remontant aux origines du journal, il est très intéressant de constater que l’Édito du 1er numéro était déjà d’actualité. Alain Navarro(Navarro, 1996) y écrivait notamment « qu’une réponse exclusivement technique au problème des déchets n'est pas suffisante mais à contrario la société ne peut en exclure la part nécessaire ». Malgré les essors du Zero Waste, du compostage individuel et un début de prise de conscience pour la réduction des déchets, les quantités produites par habitant à l’échelle de la France restent relativement constantes, et les solutions techniques autour de la problématique des déchets restent elles aussi toujours nécessaires.

Dans le précédent numéro, Rémy Gourdon (Gourdon, 2018) tirait la sonnette d’alarme sur le déséquilibre Nord/Sud dans les contributions puisqu’il s’agissait du premier numéro classique dont les articles étaient issus d’auteurs appartenant exclusivement à des équipes de recherche du Sud, en l’occurrence africaines. La balance semble quelque peu rétablie dans ce numéro qui présente trois contributions venant d’équipes de recherche du Sud (Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire) et deux d’équipes de recherche du Nord (Saint Etienne et Lyon en France). Dans ce numéro, la problématique des déchets au sens large occupe une part prépondérante des préoccupations de nos collègues du Sud avec des travaux autour des installations de stockage, et les problématiques associées : infrastructures, biogaz et tassement. Les équipes du Nord présentent des travaux en lien direct ou indirect avec l’eau : l’ACV comme méthode d’évaluation pour l’écotoxicité aquatique pour l’une, et pour l’autre l’influence de différents paramètres sur la nature des dépôts de systèmes extensifs de traitement des eaux. Des objets d’étude réels et des problématiques en lien étroit avec les enjeux sociétaux actuels, qui montrent que l’existence de cette revue francophone d’écologie urbaine et industrielle est plus que pertinente. Jeunes et moins jeunes, à vous d’apporter aussi votre petite pierre à l’ouvrage avec vos contributions !

Bonne lecture à tous.

­

Bibliographie

Kaza Silpa, Yao Lisa C., Bhada-Tata Perinaz, Van Woerden Frank(2018) What A Waste 2.0 : A Global Snapshot on Solid Waste Management to 2050. Urban Development, Washington DC : World Bank. http://hdl.handle.net/10986/30317

AFP (2018) Climat : 700 scientifiques français lancent un appel aux dirigeants. Libération, 7 septembre 2018.

Ripple William J., Wolf Christopher, et al. (2017) World Scientists’ Warning to Humanity: A Second Notice. BioScience, 67(12), p. 1026–1028. https://doi.org/10.1093/biosci/bix125

Navarro Alain (1996) Éditorial. Déchets sciences et techniques, 1, p. 1-3.https://doi.org/10.4267/dechets-sciences-techniques.694

Gourdon Rémy (2018) Éditorial. Déchets sciences et techniques, 76, p. 1.https://doi.org/10.4267/dechets-sciences-techniques.3782

Pour citer ce document

Référence électronique : Mathieu Gautier « Éditorial », Déchets sciences et techniques [En ligne], N°77, mis à jour le : 27/09/2018, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/dechets-sciences-techniques/index.php?id=3840, https://doi.org/10.4267/dechets-sciences-techniques.3840

Auteur(s)

Mathieu Gautier

Maître de Conférences, INSA Lyon - DEEP