retour à l'accueil nouvelle fenêtre vers www.appa.asso.fr Pollution atmosphérique, climat, santé, société

Editorial

Environnement et santé en IIe-de-France

Ruth Ferry et Agnès Lefranc

p. 165-166

[Version imprimable] [Version PDF]

Texte intégral

L'Ile-de-France est une région dans laquelle se pose de façon aiguë la question des effets des pollutions environnementales sur la santé. En effet, la forte densité de population, l'urbanisation importante, la situation de carrefour routier, ferroviaire et aéroportuaire, mais aussi la présence de vastes zones agricoles génèrent de nombreuses pollutions et nuisances : pollution des sols, de l'eau, de l'air, bruit, etc. Afin d'évaluer les éventuels effets de ces pollutions sur la santé, sans les dramatiser ni les sous-estimer, une démarche scientifique doit être mise en œuvre. En Ile-de-France, une telle analyse a d'abord été réalisée pour les effets sur la santé de la pollution atmosphérique urbaine.

Le programme ERPURS (Évaluation des risques de la pollution urbaine sur la santé) a donc été initié en 1990, dans un contexte de préoccupation importante vis-à-vis des effets sanitaires de la qualité de l'air faisant suite aux épisodes de « pics de pollution », intervenus dans la région début 1989. Ce thème est alors inscrit au programme d'études de l'Observatoire régional de santé d'Ile-de-France, à la demande des décideurs de la région qui en vue de définir des politiques de prévention adaptées souhaitaient disposer d'une évaluation des effets sur la santé. À cette époque, des travaux internationaux existaient sur le sujet, mais une telle étude n'avait jamais été réalisée en France. Ce programme innovait donc tant par son objectif que les moyens mis en œuvre : groupes de travail interdisciplinaires, développement de partenariats et travail en réseau. Dès 1994, les premiers résultats ont montré l'existence de liens significatifs entre qualité de l'air et état sanitaire de la population, puis ont été confirmés par l'ensemble des études ultérieures. À la suite de cette démarche initiale, les études « santé et environnement » occupent aujourd'hui à l'Observatoire régional de santé une place tout aussi importante que les autres problèmes sanitaires de la région et traitent, outre de la pollution atmosphérique, de problèmes aussi divers que les effets des produits phytosanitaires, du bruit, de la pollution des sols ou de l'eau. De plus, l'existence de ce programme en Ile-de-France et l'utilité des résultats obtenus, tant pour la population que pour les décideurs, ont certainement concouru au développement de programmes de plus grande ampleur portant sur ce même thème. Ainsi le programme national « Programme de surveillance air et santé - 9 villes » coordonné par l'Institut de veille sanitaire a été initié en 1997, et depuis 1999 fonctionne à l'échelle européenne le dispositif de surveillance Air Pollution and Health : a European Information System (APHEIS). Après les premiers résultats obtenus en Ile-de-France, le vote de la loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie (LAURE) en 1996 a par ailleurs constitué une étape fondamentale dans la reconnaissance des effets sanitaires de la pollution atmosphérique, largement pris en compte par ce texte.

La mise en place et la reconnaissance d'un programme évaluant les effets d'une pollution environnementale sur la santé réclament quelques délais, ainsi qu'un contexte favorable. Il est donc nécessaire d'accompagner l'analyse scientifique proprement dite d'actions d'information et de sensibilisation. Dans le cas de la pollution atmosphérique, ce travail de communication a pu se réaliser notamment au moment de la préparation et de la finalisation du Plan régional pour la qualité de l'air (PRQA) et du futur Plan de protection de l'atmosphère, dispositifs tous deux instaurés par la LAURE. Ainsi, le PRQA comportait un important volet sanitaire, rendant compte de l'effet des différents polluants sur la santé humaine en utilisant entre autres les résultats de l'étude ERPURS. Ce sont de multiples actions de ce type, poursuivies pendant plus de 10 ans, qui ont permis la reconnaissance par un public relativement large de l'existence de liens entre pollution atmosphérique et santé tant en France qu'en Ile-de-France. Il convient aujourd'hui de poursuivre ces efforts de communication et de didactique, ne serait-ce que parce qu'un tel programme a, parmi ses objectifs indirects, la diminution, à terme, des effets qu'il mesure.

Le bruit et la qualité de l'air sont sans doute, en Ile-de-France les grands défis de demain, et la protection de l'environnement dans la région est une priorité indiscutable. Ces éléments sont dorénavant pris en compte par les instances régionales, notamment au travers d'investissements importants pour la lutte contre le bruit des transports et l'amélioration de la qualité de l'air. Enfin, la nécessité de réaliser une étude épidémiologique de grande ampleur concernant les effets du bruit sur la santé a récemment été évoquée par l'exécutif régional, rejoignant en cela les préoccupations des professionnels de santé publique et des Franciliens. L'intérêt pour ces sujets montré aujourd'hui en Ile-de-France, tant par les politiques que par le grand public, est le résultat d'une évolution engagée il y a plus de 10 ans. Ce processus doit être poursuivi et enrichi par la mise en place pour chacune des pollutions environnementales d'un véritable système de surveillance sanitaire dont l'objectif est de permettre une évaluation permanente des risques pour la santé.

Pour citer ce document

Référence papier : Ruth Ferry et Agnès Lefranc « Environnement et santé en IIe-de-France », Pollution atmosphérique, N° 178, 2003, p. 165-166.

Référence électronique : Ruth Ferry et Agnès Lefranc « Environnement et santé en IIe-de-France », Pollution atmosphérique [En ligne], N° 178, mis à jour le : 16/11/2015, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=1954

Auteur(s)

Ruth Ferry

Agnès Lefranc

Observatoire régional de santé d'Ile-de-France