retour à l'accueil nouvelle fenêtre vers www.appa.asso.fr Pollution atmosphérique, climat, santé, société

Articles

Effets de la pollution atmosphérique d'origine automobile sur la santé des policiers affectés à la circulation à Paris

Effects of air pollution from cars on police health in Paris

Christine Bugajny, Claudine Delaunay, Henri Viellard, Françoise Petit-Coviaux, Cécile Coiron, Fabien Squinazi et Dominique Lecomte

p. 109-122

[Version imprimable] [Version PDF]

Résumé

L'étude a pour objet d'évaluer les effets de la pollution automobile sur la santé des gardiens de la paix de la préfecture de police de Paris, notamment ceux qui au cours de leur service, sont exposés sur la voie publique ; une population témoin de personnels non exposés a été égaiement étudiée à titre de référence. Cette étude a comporté d'une part la mesure de l'exposition individuelle des agents aux principaux indicateurs de ce type de pollution atmosphérique, d'autre part le suivi de certains paramètres biologiques permettant d'évaluer l'action de ces polluants sur la santé. Des mesures biologiques comprenant des dosages sanguins de plomb et de carboxyhémoglobine ont été réalisées sur 204 fonctionnaires. Parmi eux, 38 ont été choisis pour déterminer leur exposition individuelle au monoxyde de carbone et au benzène à l'aide de capteurs individuels. Les valeurs d'exposition au monoxyde de carbone et au benzène et les teneurs en carboxyhémoglobine permettent de distinguer trois classes d'exposition en fonction de l'activité des agents. Les plus exposés sont les motards, les gardiens affectés aux carrefours et les agents des compagnies de sécurité. Les habitudes tabagiques ont une plus forte contribution à l'imprégnation sanguine au monoxyde de carbone que l'exposition aux polluants automobiles, même en cas de forte exposition. Les niveaux d'exposition au monoxyde de carbone sont nettement inférieurs aux valeurs recommandées par l'OMS et a fortiori aux valeurs réglementaires du ministère du Travail (55 mg.m3 sur 8 heures). À défaut de valeur recommandée par l'OMS, les niveaux de benzène sont également nettement inférieurs à ceux admis en milieu professionnel (16 mg.m3 sur 8 heures). Les taux de plombémie sont faibles et toujours inférieurs à la valeur limite considérée comme le début d'une intoxication saturnine chronique. Une étude similaire avait été effectuée par le Laboratoire Central en 1974 et en 1981. Les niveaux moyens d'imprégnation sanguine en CO sont voisins de ceux obtenus en 1981. Ils sont en nette diminution en ce qui concerne la plombémie.

Abstract

The aim of this study was to assess the effects of car pollution on police health in Paris, more particularly for policemen who are working near streets and crossroads. A population of non-exposed policemen has also been studied as a reference. This work included individual exposure measurements to some urban pollution main indicators and biological determinations to estimate the effects of these pollutants on health. Biological measurements in blood, including determinations of carboxyhemoglobin and lead, were realized on 204 men and women employed by the Prefecture de Police. Carbon monoxide and benzene individual exposure had been measured on 38 men among these policemen, by the use of individual analyzers or pump samplings. Three classes of exposure, which depends on police activities, could be characterized according to CO and benzene exposure levels and carboxyhemoglobin concentrations. The most exposed classe includes motorcycle police, police at crossroads, and policemen in security companies. Carboxyhemoglobin mean values before traffic exposure are four to live times more important for smokers (4.5 % HbCO) than for no-smokers (1.0 % HbCO). After work, these mean values are respectively 5.3% and 1.1 % HbCO. We could conclude that no-smokers agents don't reach the WHO value (2.5 % HbCO), which should not been exceeded, white average HbCO percentage for smokers alter work is twice more important than OMS value. So, smoking contributes to higher levels of CO in blood than car exhaust pollutants, even for high air pollutants concentrations. CO exposure levels are lower than the WHO recommendations for ail the durations, and therefore lower than limit values fixed in working places (55 mg.m3 for 8 hours). No level for airborne benzene is recommended by WHO, as this compound is carcinogenic to humans, - WHO indicated that for an air concentration of 1 µg.m3, the estimated lifetime risk of leukaemia is 4.10-6. Individual benzene measurements are lower than limit concentrations for working place (16 mg.m3 for 8 hours). Lead blood levels, which average value is 45 µg/l, are clearly smaller than the WHO value (200 µg/l), considered for the beginning of a chronical lead poisoning. Similar studies had been carried out in 1974 and 1981, for CO and lead, but only fixed measurements had been used for the estimation of police pollutants exposure. Carboxyhemoglobin average levels are practically unchanged since 1974,- even if CO atmospheric concentrations in Paris, measured in car pollution influenced stations, are decreasing since 1991. Average blood lead results are four times lower than in 1981. The use of unleaded gasoline and the increase of diesel cars percentage, had really contributed to lower atmospheric lead levels for a few years.

Entrées d'index

Mots-clés : pollution automobile, monoxyde de carbone, benzène, plomb, exposition, sang, police

Keywords: car pollution, carbon monoxide, benzene, lead, exposure, blood, police

Pour citer ce document

Référence papier : Christine Bugajny, Claudine Delaunay, Henri Viellard, Françoise Petit-Coviaux, Cécile Coiron, Fabien Squinazi et Dominique Lecomte « Effets de la pollution atmosphérique d'origine automobile sur la santé des policiers affectés à la circulation à Paris », Pollution atmosphérique, N°161, 1999, p. 109-122.

Référence électronique : Christine Bugajny, Claudine Delaunay, Henri Viellard, Françoise Petit-Coviaux, Cécile Coiron, Fabien Squinazi et Dominique Lecomte « Effets de la pollution atmosphérique d'origine automobile sur la santé des policiers affectés à la circulation à Paris », Pollution atmosphérique [En ligne], N°161, mis à jour le : 28/03/2014, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=3258, https://doi.org/10.4267/pollution-atmospherique.3258

Auteur(s)

Christine Bugajny

Laboratoire Central de la Préfecture de Police de Paris

Claudine Delaunay

Laboratoire Central de la Préfecture de Police de Paris

Henri Viellard

Laboratoire Central de la Préfecture de Police de Paris

Françoise Petit-Coviaux

Laboratoire d'Hygiène de la Ville de Paris

Cécile Coiron

Laboratoire d'Hygiène de la Ville de Paris

Fabien Squinazi

Laboratoire d'Hygiène de la Ville de Paris

Dominique Lecomte

Directeur du Groupe de Prévention des Risques Sanitaires de la Préfecture de Police de Paris