retour à l'accueil nouvelle fenêtre vers www.appa.asso.fr Pollution atmosphérique, climat, santé, société

Articles

Pollution atmosphérique et atopie

Atmospheric pollution and atopie

Denis Charpin

p. 49-58

[Version imprimable] [Version PDF]

Résumé

L'augmentation de la prévalence des maladies allergiques respiratoires pourrait être en relation avec la facilitation de la sensibilisation aux allergènes en présence de polluants atmosphériques. Les pollens recueillis dans des zones polluées ont un contenu protéique et allergénique modifié. Chez l'animal, la pré-exposition à des concentrations élevées de SO2, NOx et polluants diesel facilite la sensibilisation à l'allergène. Chez l'homme, la réponse au test de provocation allergénique est exacerbée après pré-exposition à SO2, NO2 et ozone. Les études épidémiologiques comparant prévalence de l'atopie en milieu urbain et rural mettent en évidence un surcroît d'atopie en milieu urbain. Aucune enquête ne permet toutefois d'attribuer cette différence à la pollution urbaine. Elle est plus probablement en relation avec le mode de vie urbain en général. Les enquêtes réalisées en Allemagne mettent en évidence une prévalence double de l'atopie et des maladies allergiques respiratoires comme le rhume des foins et l'asthme en ex-Allemagne de l'Ouest. Il est possible que le mode de vie occidental, comportant à la fois un défaut de stimulation microbienne dans la petite enfance et un excès de contacts allergéniques, puisse expliquer ces différences.

Abstract

One possible explanation to account for the current increase in prevalence of respiratory allergie diseases lies in the facilitating influence of air pollutants. Pollen grains collected in polluted areas could enclose a higher allergenic content. In vitro exposure of pollen grains to current levels of air pollutants can induce a change in protein and allergenic content. Animal experiments demonstrate that pre-exposure to high levels of SO2 NOx and diesel-exhaust particulates enhances specifie responses to inhaled or intra-peritonaly administered pollutants. In humans, few studies have been performed. They also suggest an increased response to allergenic challenge after pre-exposure to a moderate concentration of SO2, NO2 and Ozone. Epidemiological surveys comparing prevalence of atopy in urban vs rural settings usually demonstrate a higher prevalence in the former. However no survey can attribute this difference to urban pollutants. It is rather due the overall difference in daily living conditions. Comparative studies performed in groups of schoolchildren living in former East and West Germany show a two-fold higher prevalence of atopy and atopic diseases such as hay fever and asthma in former West Germany. It is hypothesized that the western way of life, including a lower rate of recurrent early childhood infections and a higher allergenic exposure could explain those differences

Entrées d'index

Mots-clés : pollution, asthme, atopie, allergie, environnement

Keywords: air pollution, asthma, atopy, allergy, environment

Pour citer ce document

Référence papier : Denis Charpin « Pollution atmosphérique et atopie », Pollution atmosphérique, N°150, 1996, p. 49-58.

Référence électronique : Denis Charpin « Pollution atmosphérique et atopie », Pollution atmosphérique [En ligne], N°150, mis à jour le : 04/04/2014, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=3853, https://doi.org/10.4267/pollution-atmospherique.3853

Auteur(s)

Denis Charpin

Professeur
Service de Pneumologie-Allergologie, Hôpital Nord, Marseille