retour à l'accueil nouvelle fenêtre vers www.appa.asso.fr Pollution atmosphérique, climat, santé, société

Articles

Evaluation de la pollution atmosphérique par les fibres d'amiante d'un bâtiment

Assessment of airborne asbestos pollution inside building

Marie-Annick Billon-Galland

p. 45-48

[Version imprimable] [Version PDF]

Résumé

La large utilisation des fibres d'amiante dans les matériaux d'isolation dans les bâtiments peut être une source potentielle de pollution.
De nombreuses mesures ont été conduites dans le monde mais il est souvent difficile de comparer les résultats du fait des divergences dans les méthodes de prélèvements, d'analyse (microscopie optique, microscopie électronique transmission analytique (META), microscopie électronique balayage) et d'interprétation des résultats.
Depuis 1975, notre laboratoire a effectué près de 2000 prélèvements et analyses au META dans les bâtiments avec des matériaux contenant de l'amiante. Jusqu'en 1990, les résultats sont exprimés en concentrations massiques (ng/m3) et après en concentrations numériques (FIL). Les niveaux obtenus depuis 1990 sont comparés aux valeurs de référence, c'est-à-dire aux 5 et 25 fibres de longueur supérieure 5 mm par litre d'air.
Les fibres d'amiante de type Chrysotile sont retrouvées seules dans la majorité des situations (82 %) et les fibres d'amiante Amphiboles (amosite essentiellement) dans 13 % des cas.
Dans 92 % des cas, les concentrations sont inférieures 5 F/l et dans 3 % des cas supérieurs 25 F/l.
La mesure effectuée en microscopie électronique à transmission analytique est considérée comme étant la meilleure méthode pour évaluer la pollution intérieure par les fibres d'amiante et contrôler en association avec une inspection visuelle, l'état de dégradation des matériaux friables contenant de l'amiante, de même que pour évaluer la pollution suite à des travaux sur des matériaux contenant de l'amiante.

Abstract

The widespread use of asbestos fibres as insulation products in buildings can be a potential source of indoor pollution.
Many measurements have been conducted worldwide but comparison are difficult because of discrepancies in methods for sample collection, analysis (optical microscopy, scanning or analytical transmission electron microscopy (ATEM) and interpretation.
Since 1975, our laboratory have performed about 2000 samples and analysis by ATEM inside buildings with asbestos containing materials. Until 1990, the results are expressed in mass concentrations (ng/n3) and after in numerical concentrations (F/L). The levels found in these studies are compared with the threshold values i.e 5 and 25 fibres longer than 5 mm per liter.
Chrysotile asbestos fibres are found alone in the major of situation (82 %) and the Amphibole asbestos fibres (amosite) in 13 % of cases.
The concentrations are below 5 FIL in 92 % of cases and above 25 F/L in 3 % of cases. Concerning the assessment of pollution after a removal of asbestos containing material, 32 % of the samples performed in 1995 were above the threshold level of 5 FIL leading to a clean up again, on 170 samples analysed between 1990 and 1994, a new cleaning up had to be done in 22 % of cases.
The analytical transmission electron microscopy method is the recommended one for the assessment of asbestos indoor pollution and to control in association with a visual inspection the state of damage of friable asbestos containing materials, as to do an evaluation of pollution after operation of maintenance on asbestos containing materials.

Pour citer ce document

Référence papier : Marie-Annick Billon-Galland « Evaluation de la pollution atmosphérique par les fibres d'amiante d'un bâtiment », Pollution atmosphérique, N° 151, 1996, p. 45-48.

Référence électronique : Marie-Annick Billon-Galland « Evaluation de la pollution atmosphérique par les fibres d'amiante d'un bâtiment », Pollution atmosphérique [En ligne], N° 151, mis à jour le : 04/04/2014, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=3877, https://doi.org/10.4267/pollution-atmospherique.3877

Auteur(s)

Marie-Annick Billon-Galland

Laboratoire d'Etude des Particules Inhalées (LEPI), Ville de Paris - DASES - 11, rue George Eastman, 75013 Paris