retour à l'accueil nouvelle fenêtre vers www.appa.asso.fr Pollution atmosphérique, climat, santé, société

Détection et mesures

Concentrations atmosphériques urbaines en hydrocarbures monoaromatiques

Monoaromatic hydrocarbons concentrations in urban air

Eric Davy, Annie Cailleux et Pierre Allain

p. 31-35

[Version imprimable] [Version PDF]

Résumé

Les concentrations atmosphériques urbaines en hydrocarbures monoaromatiques risque nt d'augmenter dans les prochaines années en raison de l'utilisation croissante de carburants sans plomb par des véhicules non munis de pots catalytiques. Les concentrations de pollution maximale et de pollution de fond en benzène, toluène, éthylbenzène et xylènes ont été mesurées dans l'air d'Angers au mois de juin 1994. Les prélèvements d'air ont eu lieu à un carrefour lors des pointes de circulation automobile (matin et soir) dans des zones éloignées des axes de circulation (jardin et rue piétonne). Les concentrations mesurées mat in et soir sur chacun des sites sont similaires, montrant qu'il n'y a pas augmentation des polluants. Les concentrations atmosphériques de pollution maximale sont de 34 ± 15 µg/m3 pour le benzène, de 106 ±41 µg /m3pour le toluène, de 22 ±9 µg/m3pour l'éthylbenzène, de 72 ± 7 µg/m3pour le p+m xylène et de 31 ± 11 µg/m3 pour l'o-xylène. Les concentrations de pollution de fond sont pour les mêmes composés de 5 ± 3 µg/m3, 18 ± 9 µg/m3, 5 ± 2 µg/m3, 13 ± 5 µg/m3 et 6 ± 3 µg/m3. Le benzène étant un composé particulièrement toxique, il semble nécessaire de connaître l'évolution de sa concentration atmosphérique dans les zones urbaines.

Abstract

Air pollution by volatile hydrocarbons is mainly due to traffic. The urban atmospheric concentrations of benzene, toluene, ethylbenzene and xylenes will probably increase in the future, owing to an increased use of unleaded gasoline by cars without three way catalyst systems. .In order to evaluate atmospheric concentrations of these compounds in the urban air of Angers (150 000 inhabitants) we have collected air samples an absorption traps packed with tenax. The traps were thermally desorbed and analysed by gas chromatography mass spectrometry. The measurements were carried out in june 1994 at a crossroad during peak hours of traffic (8-9 h am and 5·6 h pm) for the maximal atmospheric concentrations. The background levels were measured in sites about 100 meters from the trafic (a garden and a pedestrian precinct). The maximal pollution levels were 34 ± 15 µg/m3 for benzène, 106 ± 41 µg/m3 for toluene, 22 ±9.ug/m3 for ethylbenzène , 72 ± 7 µg/m3 far p+m xylene and 31 ± 11 µg/m3 for o-xylène. The background levels for the same compounds were respectively 5 ± 3 µg/m3, 18± 9, µg/m3, 5 ± 2 µg/m3, 13± 5 µg/m3, and 6 ± 3 µg/m3. The atmospheric concentrations of pollutants in each site did not fluctuate during the sampling period probably due to the stability of the meteorological conditions. The toxicity of benzene is wellknown and it seems important to follow its concentration urban atmospheric air.

Entrées d'index

Mots-clés : hydrocarbures monoaromatiques, pollution atmosphérique, ville

Keywords: atmospheric conditions, city, monoaromatic hydrocarbons

Pour citer ce document

Référence papier : Eric Davy, Annie Cailleux et Pierre Allain « Concentrations atmosphériques urbaines en hydrocarbures monoaromatiques », Pollution atmosphérique, N°145, 1995, p. 31-35.

Référence électronique : Eric Davy, Annie Cailleux et Pierre Allain « Concentrations atmosphériques urbaines en hydrocarbures monoaromatiques », Pollution atmosphérique [En ligne], N°145, mis à jour le : 31/03/2014, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=3945, https://doi.org/10.4267/pollution-atmospherique.3945

Auteur(s)

Eric Davy

Annie Cailleux

Pierre Allain

Laborataire de Pharmacalagie et Taxicalagie, Centre Haspitalier Universitaire, 4, rue Larrey, 49033 Angers cedex 01, France