retour à l'accueil nouvelle fenêtre vers www.appa.asso.fr Pollution atmosphérique, climat, santé, société

Livres lus pour vous

Changement climatique dans l’Ouest - Évaluation, impacts, perceptions ; sous la direction de  Ph. Merot, V. Dubreuil, D. Delahaye et Ph. Desnos


Presses Universitaires de Rennes (2012)
Régis Juvanon du Vachat

[Version imprimable]

Texte intégral

Cet ouvrage aborde le changement climatique dans le Grand Ouest, constitué des quatre régions : Basse-Normandie, Bretagne, Pays de la Loire et Poitou-Charentes. Il contient vingt et un chapitres regroupés en cinq parties dont les thèmes sont les suivants :

- La première partie fait le bilan de l’évolution du climat de 1950 à 2010 : température, précipitations, circulation atmosphérique (« types de temps ») pour esquisser les grands traits du climat futur grâce au rapport du GIEC paru en 2007.

- Les trois parties suivantes portent sur le milieu marin et côtier, l’agriculture, enfin le sol, l’eau et les écosystèmes continentaux aquatiques et terrestres, en présentant à la fois l’évolution observée et les scénarios projetés dans ces domaines.

- Une cinquième partie analyse la perception du changement climatique par des acteurs, engagés dans la gestion de l’eau, l’agriculture, et notamment à travers le programme Climaster. Ce programme de recherche (INRA) analyse les observations et les projections du climat dans le Grand Ouest et ses impacts sur les systèmes agricoles, les ressources naturelles et le développement territorial.

Ajoutons que chaque chapitre de l’ouvrage débute par les « Points saillants », ce qui en facilite la synthèse, et que l’ouvrage comporte de nombreuses cartes et graphiques en couleur qui illustrent les observations, les tendances et les scénarios projetés.

Voici les points importants que j’ai retenus de ces cinq thèmes.

L’évolution du climat, dans la première partie, montre une augmentation significative de la température moyenne depuis 1950 (environ 1 °C) avec des inégalités locales marquées mais pas de signal précis sur les précipitations. On clarifie ainsi la nuance entre variabilité et variation. La variabilité correspond à une fluctuation d’une année sur l’autre autour d’une moyenne trentenaire, tandis que la variation représente une tendance lourde pas forcément perceptible par l’homme, contrairement à la variabilité. C’est cette variation que l’on examine avec le changement climatique, alors que les précipitations montrent une grande variabilité. Les projections régionales du climat, qui ont servi de base au projet Climaster, sont alors présentées. Elles sont issues du modèle Arpège de Météo-France avec le scénario A1B du GIEC. Des vérifications de ces évolutions climatiques sont effectuées à partir des différents points du réseau d’observation.

Deux chapitres (2 et 3) s’intéressent aux types de temps, qui sont des figures vivantes de la circulation atmosphérique, et à leur évolution avec le changement climatique. Ce sujet qui conditionne le climat observé et même le climat urbain (chapitre 4) est rarement abordé dans la communication sur le changement climatique.

   

La deuxième partie, très documentée (75 pages) concerne les effets et impacts sur le milieu marin et côtier, elle se limite à la Bretagne avec ses 2 730 km de côtes (un tiers du littoral national) et son importante économie maritime (pêche, conchyliculture, aquaculture, chantiers navals et tourisme). La protection et la gestion de la mer et de ce littoral fragile ont conduit  à mettre en place des réseaux d’observation des milieux et des espèces qui permettent un suivi dans la durée des effets du changement climatique. Les données de ces réseaux sont présentées et analysées, et des projections dans le futur sont discutées. Elles concernent les thèmes suivants : hausse du niveau de la mer, érosion, submersion, acidité des océans, biodiversité marine et côtière.

La troisième partie aborde le sol, l’eau et les écosystèmes aquatiques et terrestres. Pour l’eau, il s’agit à la fois de bilan hydrologique et hydrique et de qualité de l’eau. Pour le sol, ce sont les matières organiques mais aussi l’érosion qui sont abordées. Enfin, pour les écosystèmes aquatiques et terrestres, l’analyse porte sur les perturbations des habitats et des chaînes trophiques. Les chapitres de cette partie couvrent les thèmes d’études de sept Observatoires de Recherche en Environnement (ORE) qui constituent de véritables bassins expérimentaux.

La quatrième partie traite de l’agriculture dans les domaines suivants : les élevages laitiers, la viticulture en Val de Loire, les grandes cultures végétales en Bretagne, enfin l’organisation du travail dans les exploitations agricoles. Là encore, ces chapitres sont l’aboutissement de divers projets de recherche menés par l’INRA. On note que la thématique de l’adaptation au changement climatique futur et de la perception du changement climatique y sont fortement présentes. Pour les élevages laitiers (enquête dans 56 exploitations agricoles), s’agit-il d’adaptation stratégique (planifiée et anticipative) ou tactique (réactive à un évènement extrême) ? Enfin, le dernier chapitre analyse, avec la même approche, les impacts du changement climatique sur l’organisation du travail dans deux cas d’étude (des exploitations  pratiquant la polyculture et l’élevage laitier en Bretagne et des exploitations viticoles en Pays de la Loire).

La cinquième partie aborde la perception et la prospective du changement climatique dans l’agriculture à travers les résultats du projet Climaster : le thème de la ressource en eau qui est vitale pour l’agriculture, des discussions sur le changement climatique dans un groupe d’agriculteurs et les différents chemins de l’adaptation. Ces deux derniers thèmes mettent en évidence la confiance des agriculteurs dans leurs capacités à trouver les bonnes solutions. Ils pratiquent des groupes d’échange permettant l’innovation et l’expérimentation, tout en adoptant la bonne solution pour leur exploitation particulière. Cependant, ils sont conscients que certaines évolutions ne relèvent pas de leur seule compétence, elles devront être négociées avec le territoire ou la filière. Le projet Climaster a aussi animé un atelier participatif sur le secteur de Pleine-Fougère en lien avec un bassin d’observation. Cet atelier montre le fort engagement du milieu agricole dans le changement climatique.

En conclusion, il s’agit d’un ouvrage de référence sur le changement climatique dans le Grand Ouest et son impact sur l’agriculture. Sa conception est légèrement différente de l’ouvrage analogue sur la région Sud-Ouest (Pollution Atmosphérique, n° 219, « Prévoir pour agir – La région Aquitaine anticipe le changement climatique », Régis Juvanon du Vachat), parce qu’il est surtout le résultat de projets de recherche (il a mobilisé 80 chercheurs environ). Néanmoins, ces projets ont pu associer les acteurs dans le domaine de l’eau et de l’agriculture (et la viticulture). Il représente ainsi un document de base pour préparer l’adaptation au changement climatique futur dans ces domaines.  

Pour citer ce document

Référence électronique : Régis Juvanon du Vachat « Changement climatique dans l’Ouest - Évaluation, impacts, perceptions ; sous la direction de  Ph. Merot, V. Dubreuil, D. Delahaye et Ph. Desnos », Pollution atmosphérique [En ligne], N° 222, mis à jour le : 08/09/2014, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=4471

Auteur(s)

Régis Juvanon du Vachat