retour à l'accueil nouvelle fenêtre vers www.appa.asso.fr Pollution atmosphérique, climat, santé, société

Livres lus pour vous

COP21 - Déprogrammer l’apocalypse par Raymond Woessner


Editions Atlande 2015, 320 p.
Régis Juvanon du Vachat

[Version imprimable]

Texte intégral

Cet ouvrage est consacré à l’état de la planète et de son devenir avec le changement climatique. Il rassemble une centaine de contributions d’une page (avec une illustration en regard), rédigées par quarante auteurs, géographes pour la plupart.

Une introduction du géographe R. Woessner (qui a dirigé l’ouvrage) décrit les évolutions sociales et politiques du monde depuis cinquante ans, où il voit un fractionnement du pouvoir en une multitude d’entités, l’apparition de nouvelles problématiques (scientifiques, environnementales) et finalement une incertitude généralisée. Il en résulte une communauté d’intérêts et de destin « involontaire », alors qu’il n’y a pas d’ordre établi malgré de nombreuses instances internationales. Après les trente glorieuses qui ont vu une certaine redistribution des profits, beaucoup de menaces sont apparues à travers les technologies, la perte du tissu social, sans compter les religions avec la barbarie insoutenable ressurgie récemment. Au milieu de tout cela, l’ordre du monde se redéfinit avec le changement climatique, l’émergence de nouvelles puissances : la Chine en passe de devenir la première puissance, l’Inde pays le plus peuplé, l’Afrique continent le plus jeune et le plus pauvre. Ceci permet de définir l’enjeu de la COP21 (21e conférence des parties) dans un milieu où les relations entre un paramètre (physique ou socio-économique) et les impacts sont à considérer de manière systémique et où une gouvernance mondiale associant les différents niveaux (territoires, villes et États) est à inventer. L’ouvrage cherche à donner un éclairage sur ces thèmes, ce qui conduit à des interrogations, sans pouvoir démêler causes, effets et rouages.

L’historique du changement climatique (première partie) revient sur l’évolution du climat depuis la formation de la terre et présente des épisodes météorologiques dans le passé récent. Ainsi, la tempête de 1703 en Angleterre a provoqué un très lourd bilan humain, avec 10 000 hommes disparus en mer ; le brouillard généralisé dû à l’éruption du volcan islandais Laki (1783), du même type que l’éruption d’Eyjafjallajökull en 2010 ; encore l’été sans soleil en 1816 et 1817, avec une terrible famine en Europe, probablement dû à l’éruption du volcan indonésien Tambora en 1815 ; enfin, la nuit de grand vent en Irlande le jour de l’épiphanie en 1839 avec beaucoup de dégâts et qui est interprétée comme la fin des temps dans une Irlande rurale et pauvre. On termine cette première partie avec les deux tempêtes Lothar et Martin de décembre 1999 et le débat toujours actuel sur le lien entre changement climatique et tempêtes.

La seconde partie traite des impacts du changement climatique. Plusieurs articles sont consacrés à la vulnérabilité des Pays-Bas à la fureur des tempêtes en mer du Nord et aux moyens d’y remédier. La terrible marée-tempête de 1953 avec 1 835 victimes, 72 000 sans-abri et 150 000 ha de terre submergée a fortement marqué les esprits et engagé un plan Delta de protection (devenu Delta 2015) avec des digues rehaussées et la construction de barrages mobiles dans les estuaires (du type de ceux de la Tamise). Le réchauffement climatique, avec la hausse du niveau des mers, impose de renforcer ces plans. On trouve aussi des thèmes classiques comme El Nino, les phénomènes climatiques extrêmes dans le Pacifique et le lien du changement climatique avec le nombre et l’intensité des cyclones. On termine avec les émissions de gaz à effet de serre dans le transport des marchandises, qu’il soit maritime ou aérien.

La troisième partie « Quels avenirs écrivons-nous ? » est la plus longue et la plus riche, avec une cinquantaine d’articles. Une introduction porte sur l’adaptation et l’atténuation, puis sur la justice climatique, un thème important des négociations climat. Quelques exemples des thèmes traités : la gouvernance mondiale, les projections du GIEC1, enfin les réactions des villes et des territoires. D’autres sujets bien identifiés comme la hausse du niveau des mers et son impact à Kiribati ou aux Maldives, les migrations climatiques, l’émergence de la dengue, de la maladie de Lyme et des méningites. Viennent alors les transports routiers en Afrique, le retour des autocars, les Superbus en Amérique latine − bus rapides en site propre (moins coûteux que métro ou tramway), enfin la pile à combustible, le moteur à hydrogène. Pour finir des thèmes liés aux territoires : AMAP2, jardins partagés, économie sociale et solidaire, résilience des territoires, mais aussi la viticulture et les AOC3 qui sont bousculés par le changement climatique. Sur tous ces sujets, le livre donne un premier éclairage ou une synthèse de travaux pertinents.

Cet ouvrage donne un panorama  complet et diversifié sur tous ces thèmes liés au changement climatique. Les illustrations et la multiplicité d’auteurs rendent la lecture très agréable. Cet ouvrage pluridisciplinaire contient une mine d’informations, et sa lecture est très enrichissante.

Notes

1  AMAP : Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne

2  AOC : Appellation d’Origine Contrôlée

3  GIEC : Groupe Intergouvernemental d’experts sur l’Évolution du Climat

Pour citer ce document

Référence électronique : Régis Juvanon du Vachat « COP21 - Déprogrammer l’apocalypse par Raymond Woessner », Pollution atmosphérique [En ligne], N°228, mis à jour le : 15/04/2016, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=5405

Auteur(s)

Régis Juvanon du Vachat