retour à l'accueil nouvelle fenêtre vers www.appa.asso.fr Pollution atmosphérique, climat, santé, société

N°228

Lettre d’hommage au professeur Jean Bignon (avec l’aimable autorisation de J.-C. Pairon)

Bruno Housset, Jean-Claude Pairon et Patrick Brochard

[Version imprimable]

Texte intégral

Au début de ce mois de juillet, la pneumologie a perdu l'un de ses pionniers en la personne de Jean Bignon.

Jean Bignon a été formé dans les années 60 dans le creuset de la pneumologie moderne que constituait à Laennec la chaire de pneumologie dirigée par Georges Brouet. Tous les aspects de la pneumologie le passionnaient, de la morphométrie à la ventilation assistée. Il a dynamisé et modernisé la recherche dans le champ de la physiopathologie pulmonaire, en particulier sur l’emphysème. Sa créativité lui avait valu le surnom affectueux de « Bibi la bricole ».

De 1982 à 1994, Jean Bignon a pris en charge le service de pneumologie de l'hôpital intercommunal de Créteil, menant de front une activité clinique à travers la gestion du service et une intense activité de recherche à la tête du laboratoire de pathologie cellulaire et moléculaire de l'environnement, INSERM U. 139, au C.H.U. Henri Mondor à Créteil. Il a été pionnier dans le champ de l’étude des effets des particules minérales de l’environnement sur l’appareil respiratoire, aboutissant à la création avec Jean Goni d’un laboratoire spécifique (Laboratoire d’Étude des Particules Inhalées de la Ville de Paris) visant à améliorer les connaissances sur les pneumoconioses et la prise en charge des patients. Ses travaux sur la plèvre et notamment sur la cancérogenèse pleurale liée aux fibres d’amiante, utilisant des modèles originaux de culture cellulaire pleurale, de biologie moléculaire mais aussi de microscopie électronique, ont été menés avec Marie-Claude Jaurand et ont fait l'objet de nombreuses publications internationales.

Dès le début de sa carrière, ce personnage hors du commun et plein d'énergie s'est intéressé à la toxicité des polluants industriels sur le poumon et sur la plèvre. Visionnaire, il a créé au sein du service de pneumologie, une unité de pathologie professionnelle initialement consacrée, pour l'essentiel, aux conséquences respiratoires de l'environnement professionnel. Dès le début des années 70, il a publié et diffusé au sein d'instances scientifiques les risques associés à l'exposition à l'amiante. Jean Bignon gardera l'image d'un lanceur d'alerte exemplaire dans sa longue lettre au Premier ministre, Raymond Barre, le 5 avril 1977. Dans cette lettre, il décrivait sans ambiguïté les risques associés à l’exposition à cette fibre1.

Jean Bignon, d'une rare intelligence, était un homme attachant, passionné, enthousiaste, plein d'humour, curieux de tout et tourné vers les autres.

C'est toute la communauté pneumologique qui s'associe aux signataires de cette lettre pour adresser à sa femme Monique ainsi qu'à sa famille, ses très sincères condoléances.

Notes

1  http://www.sante-publique.org/amiante/histoire/lettrebignonbarre1977.html

Pour citer ce document

Référence électronique : Bruno Housset, Jean-Claude Pairon et Patrick Brochard « Lettre d’hommage au professeur Jean Bignon (avec l’aimable autorisation de J.-C. Pairon) », Pollution atmosphérique [En ligne], N°228, mis à jour le : 12/04/2016, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=5539

Auteur(s)

Bruno Housset

Président de la FFP, chef du service de pneumologie, CHI de Créteil

Jean-Claude Pairon

Responsable unité de pathologie professionnelle, CHI de Créteil

Patrick Brochard

Service de médecine du travail et de pathologies professionnelles, CHU de Bordeaux