retour à l'accueil nouvelle fenêtre vers www.appa.asso.fr Pollution atmosphérique, climat, santé, société

Encarts

Plan Ecophyto II et qualité de l’air

Lionel LAUNOIS, Ludovic WARANGOT et Laurent JACQUIAU

[Version imprimable] [Version PDF]

Texte intégral

1. Surveillance, évaluation et maîtrise des risques et des impacts

Initié en 2008, le plan Ecophyto I s’inscrit dans le cadre de la directive européenne 2009/128 d’utilisation des produits phytopharmaceutiques, compatible avec le développement durable. Ce plan, actualisé en 2015, a ainsi pour objectif la réduction de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques, à hauteur de 25 % en 2020 et de 50 % à l’horizon 2025, et des risques et des impacts qui en découlent, en cohérence avec les impératifs de production en qualité et en quantité, économiques et techniques.

La maîtrise de l’ensemble des risques liés à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques, avec la volonté de réduire les risques sur la santé humaine – en priorité les utilisateurs, les populations riveraines et les populations sensibles –, et les différents compartiments de l’environnement et la biodiversité, sont au cœur du plan Ecophyto II.

Ce plan se base sur une batterie d’outils, comme par exemple : la formation des agriculteurs à une utilisation responsable des pesticides, un réseau de 3 000 fermes pilotes, des appels à projets pour la recherche et l’innovation, les bulletins de santé du végétal qui alertent les producteurs sur l’arrivée des parasites...

2. Produits phytopharmaceutiques et qualité de l’air

Le plan soutient l’organisation des réseaux de surveillance de la qualité de l’air, nécessaire à l’amélioration de la connaissance, en prenant en compte l’avis de l’ANSES saisie sur ce sujet. À ce titre, le plan financera l’élaboration d’un protocole harmonisé de surveillance des produits phytopharmaceutiques dans l’air, qui s’appuiera sur les recommandations de l’agence nationale, ainsi que sur les résultats de la campagne nationale exploratoire prévue dans la feuille de route de la conférence environnementale (action 72).

3. Encourager la recherche et l’innovation

Dans le champ de l’environnement, la stratégie du plan Ecophyto II consiste désormais à aborder le transfert et le devenir de produits entre compartiments (air, sol, eau) à différentes échelles spatiales et temporelles ; leur impact sur les organismes cibles et non-cibles et les écosystèmes, les solutions à base d’infrastructures écologiques pour réduire les transferts et diminuer les impacts. La recherche de solutions intégrées à l’échelle des bassins versants ou des paysages visera à favoriser l’émergence de systèmes résilients par la gestion conjointe de la lutte contre les bio-agresseurs et contre l’ensemble des pollutions agricoles. Des approches globales seront encouragées, en particulier celles abordant le continuum zones traitées – zones de régulation/atténuation – zones impactées, et étudiant la réponse des communautés et réseaux trophiques qui jouent un rôle de régulation.

Dans le champ de la santé, les voies et déterminants des expositions seront abordés pour, d’une part, évaluer les actions de prévention et, d’autre part, accompagner les politiques publiques en matière de réduction des risques. Des travaux approfondis concerneront les effets en population générale, et plus particulièrement les personnes les plus vulnérables. La stratégie intégrera des questions transversales telles que celles des métabolites, des adjuvants et coformulants, et des mélanges de produits (y compris des produits désormais interdits comme la chlordécone).

Les approches multidisciplinaires et la modélisation seront favorisées afin d’intégrer, dans ses dimensions spatiales et temporelles, l’ensemble des maillons de la chaîne « pressions-transfert-exposition-impacts ».

4. Agir aujourd’hui et faire évoluer les pratiques agricoles

Les perspectives affichées par le plan Ecophyto II consistent en la poursuite des efforts en matière de conception des machines et des équipements de protection collective et individuelle, ainsi qu’en l’accompagnement et l’innovation des exploitants agricoles en agroéquipements de précision.

Dans l’objectif de réduire ces risques et ces expositions, des discussions seront engagées au niveau européen afin que les substances les plus dangereuses pour l’Homme et pour l’environnement soient retirées du marché (action 15). Par ailleurs, l’évaluation des risques et des impacts nécessitera de disposer d’indicateurs pertinents et fiables. L’utilisation des indicateurs élaborés dans le cadre du plan Ecophyto I sera poursuivie. Les indicateurs de risque et d’impacts seront finalisés. Ces indicateurs permettront d’orienter l’action publique (évaluation des politiques publiques, priorités de recherche et d’innovation, surveillance des milieux, communication…) de manière à ce qu’elle réponde au mieux aux besoins des professionnels dans leur transition vers l’agro-écologie (action 14).

Enfin, la mise en place d’agroéquipements de nouvelle génération et économes en produits phytosanitaires, la généralisation des aménagements parcellaires, ainsi que l’adaptation des conditions d’application devraient permettre à terme le renforcement des limitations de transferts dans l’air issus des dérives de produits phytopharmaceutiques et, plus généralement, aboutir à une amélioration de la qualité de l’air.

Pour citer ce document

Référence électronique : Lionel LAUNOIS, Ludovic WARANGOT et Laurent JACQUIAU « Plan Ecophyto II et qualité de l’air », Pollution atmosphérique [En ligne], N°229 - 230, mis à jour le : 03/05/2017, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=5649

Auteur(s)

Lionel LAUNOIS

MAAF/DGPE

Ludovic WARANGOT

MAAF/DGAL

Laurent JACQUIAU

MAAF/DGAL