retour à l'accueil nouvelle fenêtre vers www.appa.asso.fr Pollution atmosphérique, climat, santé, société

III - La ville en mouvement

Au-delà des restrictions de circulation : l’accompagnement et l’information des villes

Beyond traffic restriction: support and information provided by cities

Marie Pouponneau

[Version imprimable]

Note de la rédaction

L’union européenne vient encore de rappeler à l’ordre un certain nombre de grandes villes qui, régulièrement, dépassent les normes que les États membres se sont engagés à respecter. Pour sortir de ce contentieux, les États doivent prouver qu’ils mettent en œuvre des dispositifs efficaces pour améliorer la qualité de l’air. Une des réponses possibles consiste à restreindre la circulation dans les centres-villes. Marie Pouponneau montre dans sa contribution la variété des dispositifs mis en place au sein de l’UE. En France, les réflexions sur ce sujet sont anciennes (L. Charles, 20111), et la mise en œuvre de ce dispositif est complexe, comme le montre l’exemple de Grenoble (Labranche, 20122) qui a abouti à la création d’une zone à circulation restreinte le 1er janvier 2017 ; plus récemment, l’État a encouragé l’adhésion des villes à un réseau de « villes respirables » qui doivent s’engager à mettre en œuvre une zone à circulation restreinte. Le principe adopté et soutenu par la loi de transition énergétique est celui d’une sélection des véhicules autorisés à pénétrer dans le centre-ville en fonction de leur ancienneté et donc de la norme Euro à laquelle ils appartiennent. Quel est le bénéfice escompté de ce dispositif actuellement contraignant ? La raison énoncée est celle de l’amélioration de la santé des habitants en s’appuyant sur les statistiques très générales de Santé publique France, à savoir le chiffre devenu mythique des 48 000 morts par an. Néanmoins le bénéfice sanitaire est toujours difficile à évaluer3 mais, selon différentes études, l’acceptabilité de ce dispositif contraignant est d’autant plus forte que les bénéfices sanitaires sont grands. Or, précisément, dans un article précédent, Marie Pouponneau4 avait montré combien l’évaluation du bénéfice sanitaire de ces zones est difficile à établir. Les études effectuées dans des villes européennes font apparaître que la baisse des émissions et l’amélioration de la qualité de l’air ne sont pas faciles à mettre en évidence ; aussi, le bénéfice sanitaire est-il encore plus complexe à identifier. Il y aurait d’ailleurs beaucoup à dire sur l’évaluation des émissions à partir de la norme euro des voitures pénétrant dans la LEZ. Non seulement les émissions théoriques, quand elles sont respectées, ne correspondent pas à celles que l’on observe lorsque le véhicule, plus ou moins entretenu et conduit, est inséré dans le trafic. La présence d’une LEZ devrait, en théorie, accélérer la transformation du parc automobile et encourager la disparition du moteur thermique mais elle pourrait avoir aussi d’autres conséquences, en augmentant l’adhésion aux modes doux ou bien même la diminution de la fréquentation des centres-villes. En mettant l’accent sur les émissions, les villes renvoient à la responsabilité du constructeur, qui doit respecter les standards imposés, sans pour autant exonérer la responsabilité du conducteur. En dépit du discours, l’amélioration de la qualité de l’air et de la santé des citadins ne seront au rendez-vous qu’avec l’implication de tous les acteurs qui sont concernés par la baisse des émissions. La présence d’une telle zone montre combien les villes sont alors confrontées à la complexité de la pollution atmosphérique urbaine dont la diminution ne peut s’imaginer qu’en envisageant, sur le long terme, l’ensemble de l’urbanisme de la ville et des possibilités de mobilité qu’elle offre. La LEZ, avec la grande flexibilité des formes qu’elle peut prendre, permet à tous les acteurs urbains d’imaginer la ville et la mobilité du futur tout en restant inclusive. Une partie des habitants ont dû trouver un logement en dehors du centre, qui doit rester accessible à des populations et à des activités variées. La LEZ est donc un outil de préfiguration de la ville de demain, qui doit concerner l’ensemble des acteurs de la ville sans attendre que les décisions soient prises en mettant, à l’aide d’une politique de communication développée, les habitants devant le fait accompli.

Résumé

Les zones à faibles émissions, ou Low Emission Zones (LEZ), sont des dispositifs de restriction de la circulation mis en œuvre pour agir contre la pollution de l’air (plus spécifiquement contre les particules fines) liée au trafic routier. Que ce soit en France ou dans d’autres villes européennes, ce dispositif contraignant s’intègre dans un plan plus vaste de réduction de la pollution atmosphérique urbaine qui, le plus souvent, s’appuie sur l’amélioration de l’offre de transports en commun. La population doit adhérer à cette transformation profonde de la ville en étant mieux informée sur les méfaits de la pollution de l’air et sur les modalités de restriction de la circulation proposée. La variété des dispositifs d’accompagnement est à l’image de la diversité des contextes urbains dans lesquels les LEZ sont implantées. La commission européenne finance le site internet (http://www.urbanaccessregulations.eu/) qui recense les différentes restrictions de circulation mises en place en Europe.

Abstract

Low emission zones (LEZ) are traffic restrictions schemes set up in order to reduce air pollution (in particular fine particles) related to road transport. Whether in France or in other European cities, these schemes are part of more important programs aiming at reducing urban air pollution, mostly based on the improvement of public transports offer. The adhesion of urban residents to this city deep transformation is a prerequisite which can be achieved through a better information concerning the wrongdoings of air pollution and the intended traffic reduction measures. The diversity of accompanying schemes matches the diversity of urban contexts in which LEZ have been implemented. The European Commission funds the http://www.urbanaccessregulations.eu/ website which gathers information about the different traffic restrictions schemes set up in Europe.

Entrées d'index

Mots-clés : accompagnement, communication, information, qualité de l’air, restriction de circulation, zone à faibles émissions

Keywords: air quality, communication, information, low emission zone, support, traffic restriction

Ce document sera publié en ligne en texte intégral le 10 avril 2019. Pour vous abonner.

Pour citer ce document

Référence électronique : Marie Pouponneau « Au-delà des restrictions de circulation : l’accompagnement et l’information des villes », Pollution atmosphérique [En ligne], N°237-238, mis à jour le : 10/10/2018, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6621, https://doi.org/10.4267/pollution-atmospherique.6621

Auteur(s)

Marie Pouponneau

ADEME, 27 rue Louis Vicat, 75737 Paris Cedex 15.
marie.pouponneau[at]ademe.fr