retour à l'accueil nouvelle fenêtre vers www.appa.asso.fr Pollution atmosphérique, climat, santé, société

IV – Habiter la ville : une qualité de vie

Quand l’écologisation des logements impacte la santé des habitants. Confort domestique et qualité de l’air intérieur en conflit

Marie-Christine Zélem

[Version imprimable]

Résumé

Notre propos vise à montrer en quoi les injonctions de la transition énergétique, qui supposent de développer de façon massive des dispositifs, des équipements et des comportements plus écologiques, peuvent produire des résultats inattendus comme ceux de menacer la santé des habitants. Dans le cadre de la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte, le secteur du bâtiment fait en effet l’objet d’un changement assez radical par la généralisation d’un mode constructif qui impose une diminution de la perméabilité de l’enveloppe des bâtiments. Or, dans les faits, la réglementation thermique peut s’avérer incompatible avec la réglementation sur la qualité de l’air, et les performances énergétiques des logements s’accompagner d’une dégradation de la qualité de l’air intérieur. Les dispositifs sociotechniques peuvent s’imposer aux habitants et engendrer des situations non souhaitées et néfastes au regard des enjeux de sanitarisation de leurs pratiques. Habitudes, croyances, mais aussi normes sociales les conduisent à développer des solutions qui peuvent aggraver la situation. Une approche par les pratiques sociales permet de mieux apprécier l’effet des déterminants qui contribuent à construire socialement les rapports que les occupants d’un logement développent au regard de la qualité de l’air intérieur.

Abstract

The injunctions of the energy transition confront the inertia of lifestyles and social practices. They can result in situations at the opposite of what was expected, for instance becoming a threat for residents. Through two concrete examples, this paper shows how difficult it can be for people to save energy when they are socially distant from ecological transition objectives. Two paradoxes created by the new thermal regulations are exposed. The regulations require behaviors standards that can come up against residents’ aspirations for comfort. The first example concerns the incompatibility of thermal regulation (which requires buildings airtightness) with indoor air quality: the needs and beliefs of residents lead them to solutions that degrade air quality and increase energy consumption. The second example is about tools to reduce fuel poverty in relation to moisture and molds which cause health problems. Public intervention can result in energy consumption situations leaving no choice to residents. The features of public action can generate unwanted situations and poor performance regarding energy transition issues. This comes in contradiction with greening behaviors projects and confronts people with health problems. An approach based on social practices allows a better understanding of the determinants effects which contribute to build the relationships occupants develop concerning indoor air quality.

Entrées d'index

Mots-clés : bâtiment, comportements, énergie, mode de vie, QAI, santé

Keywords: behaviors, building, energy, health, Indoor Air Quality, lifestyle

Ce document sera publié en ligne en texte intégral le 10 avril 2019. Pour vous abonner.

Pour citer ce document

Référence électronique : Marie-Christine Zélem « Quand l’écologisation des logements impacte la santé des habitants. Confort domestique et qualité de l’air intérieur en conflit », Pollution atmosphérique [En ligne], N°237-238, mis à jour le : 10/10/2018, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6714, https://doi.org/10.4267/pollution-atmospherique.6714

Auteur(s)

Marie-Christine Zélem

CERTOP, UMR 5044 du CNRS, université de Toulouse Jean Jaurès, 5 allées Antonio Machado 31058 TOULOUSE cedex.
zelem[at]univ-tlse2.fr