Pollution atmosphérique http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique Depuis 1958, la revue « Pollution atmosphérique, climat, santé, société»a contribué à l'élargissement des connaissances scientifiques sur la qualité de l'air, ses conséquences sur le changement climatique, ses effets sur la santé et sa prise en compte par la société. Numérisée depuis 1992, plus de 1000 articles sont ainsi disponibles en ligne….La revue, classée de rang A par l'AERES, est dotée d'un Comité de rédaction et d'un Conseil scientifique. fr Introduction http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6317 L’Observatoire Régional de Santé (ORS) Ile-de-France participe à la progression de la connaissance des effets sanitaires de la pollution atmosphérique en vue d’accompagner les politiques de lutte contre celle-ci. Au début des années 1990, l’ORS Ile-de-France a même joué un rôle majeur dans la requalification de la pollution atmosphérique en enjeu de santé publique, suite à la publication des premiers résultats du programme Erpurs (Évaluation des risques de la pollution urbaine sur la santé) (Host et Karusisi, 2014). Ce programme s’inscrit dans la durée et reçoit toujours le soutien de ses partenaires, scientifiques et institutionnels1. L’heure n’est plus à la démonstration des effets sur la santé de la pollution de l’air mais à celle de l’efficacité des mesures de lutte. Placé à l’interface entre la connaissance et l’action, l’ORS continue à jouer un rôle majeur dans ce domaine : il développe des méthodes de quantification des bénéfices sanitaires des interventions sur la qualité de l’air et propose une analyse de ses impacts. Pour cela, il travaille en étroite collaboration avec Santé publique France, avec qui il partage et enrichit son expertise régionale de longue date.L’évaluation des mesures de réduction de la pollution de l’air en matière de bénéfices sanitaires est un domaine étayé par une littérature scientifique en développement. Les attentes des décideurs sont fortes. Évaluer l’incidence des mesures sur les niveaux d’exposition n’apporte qu’une réponse partielle à l Mon, 16 Oct 2017 00:00:00 +0200 http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6317 Aide aux décideurs - Évaluation des coûts et des bénéfices sanitaires de politiques de lutte contre la pollution de l’air http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6344 Une chaîne de modèles intégrés a été mise en œuvre à l’INERIS, qui permet d’évaluer des politiques de lutte contre la pollution atmosphérique en termes de coûts des actions, de leurs effets sur la qualité de l’air et des bénéfices sanitaires associés. Elle permet de quantifier puis monétiser ces effets sanitaires, aussi bien des mesures individuelles de réduction des émissions atmosphériques que des scénarios (jeux de mesures complexes) de mise en œuvre de politiques publiques, et de tenir compte de l’impact du changement climatique sur la qualité de l’air.L’article présente brièvement cette chaîne de modèles et illustre ses domaines d’applications sur la base d’exemples d’études récentes d’appui aux pouvoirs publics et de projets de recherche.Les résultats de ces études montrent que beaucoup d’actions pour améliorer la qualité de l’air actuellement envisagées permettent d’obtenir des bénéfices pour la santé, dont la valeur monétaire dépasse largement les coûts des politiques. Ils illustrent aussi les avantages d’une coopération internationale dans la lutte contre la pollution de l’air.An integrated modelling chain capable of evaluating air pollution policies with respect to their costs, their impacts on air quality and associated health effects was implemented at INERIS. It allows quantifying and monetising health effects of both individual emission reduction measures and policy scenarios (complex sets of measures), and also taking into account the air quality impact of climate change.The paper briefly presents this modelling chain and illustrates different application domains based on examples of recent decision support and research projects.The results of these studies show that many policy measures aimed at improving air quality that are currently envisaged will entail health benefits the monetary value of which exceeds the policies’ costs by large. They also illustrate the advantages of international cooperation in combatting air pollution. Fri, 13 Oct 2017 00:00:00 +0200 http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6344 Analyse coûts-bénéfices des zones de circulation restreinte : méthodes et résultats http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6388 Les LEZ (Low Emission Zones) sont des zones urbaines où la circulation des vieux véhicules polluants est limitée ou interdite. Bien qu’un nombre important de LEZ aient déjà été créées dans l’UE, on ne trouve que 3 études d’Analyses Coût-Bénéfice (ACB) à Londres, Anvers et Paris. Ce document résume ces études et identifie des faiblesses importantes. En France, des LEZ ont été proposées pour une dizaine de grandes villes sous le nom de ZAPA (Zones d'Actions Prioritaires pour l'Air), aujourd’hui abandonnées au profit des Zones à Circulation Restreinte (ZCR). Les études ACB existantes montrent que deux effets dominent la conclusion : les bénéfices pour la santé de la population et les pertes de valeurs pour les propriétaires des véhicules exclus.Low emission zones (LEZ) limit or prohibit the use of older and more polluting vehicles and offer an important tool in the fight against urban air pollution. Even though a large number of such zones have already been created in many countries of the EU, a search for cost-benefit analyses (CBA) has found only three studies that have tried to compare their costs and benefits, namely for the LEZ proposed for London, Antwerp and Paris. The first part of this paper summarizes these studies and identifies major weaknesses (in the case of Antwerp and Paris). Existing CBA studies show that two effects dominate the conclusion, namely the benefits for the health of the population and the loss of value for the owners of excluded vehicles. Fri, 13 Oct 2017 00:00:00 +0200 http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6388 Amélioration de la qualité de l’air et évolution du risque à court terme sur la mortalité en lien avec l’indice de fumée noire, entre 1992 et 2010, dans l’agglomération parisienne http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6318 Depuis les années 1990, le programme Erpurs fournit régulièrement des estimations du risque sanitaire engendré par les expositions de la population francilienne aux polluants de l’atmosphère urbaine. L’évolution de la nature de la pollution résultant de la modification de l’intensité et de la nature des sources d’émission est susceptible de modifier le risque sanitaire. Or, du fait de la variation de certains paramètres, ces analyses répétées ne permettent pas de documenter l’évolution proprement dite de ce risque au cours des dernières décennies. Ainsi, cette nouvelle étude du programme Erpurs a pour objectif, à partir de modélisations de séries temporelles, de relier le niveau moyen journalier de l’indice de Fumée Noire (FN) aux nombres quotidiens de décès non accidentels survenus sur la période allant de 1992 à 2010, à Paris et en proche couronne, et de tester si cette relation a évolué au cours des années. Des analyses de séries temporelles ont été utilisées. La tendance à long et moyen termes des indicateurs et les facteurs météorologiques ont été pris en compte dans l’analyse en tant que cofacteurs. Quatre modèles ont été testés. Les analyses confirment l’existence d’un lien positif et significatif entre les particules ainsi mesurées et la mortalité totale non accidentelle. Une hausse de 10 µg/m3 des niveaux moyens de l’indice de fumée noire s’accompagne d’une augmentation de l’ordre de 0,4 % du nombre quotidien de décès. En ce qui concerne l’évolution du risque sur la période, les différents modèles mis en œuvre n’ont pas permis de détecter une (éventuelle) modification du risque avec le temps, malgré un changement de la composition de la pollution atmosphérique.Since the 1990’s, air quality considerably improved in Greater Paris. Air pollution sources and level evolution may modify health risk. The aim of the study is to follow the evolution of the short term relationship between daily levels of black smoke (BS) and mortality in Greater Paris throughout the years 1992 to 2010. Time-series analyses were used. The daily numbers of total deaths were adjusted for time trends, seasonal factors, day of the week and weather. Four models were tested. BS levels have decayed since the beginning of the study period, from 34.1 to 10.8 µg/m3. Results confirm a significant risk increase between BS exposure and total non-accidental mortality. A mean increase of 0,4% was estimated for a 10 µg/m3 increase in BS level. No significant risk modification throughout the period was estimated by the models. Wed, 11 Oct 2017 00:00:00 +0200 http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6318 Évaluation a priori et suivi au fil du temps des impacts des politiques locales de réduction des émissions de polluants atmosphériques http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6333 Dans le cadre d’une évaluation a priori ou du suivi a posteriori de l’impact d’un plan de gestion de la qualité de l’air à l’échelle locale, il est nécessaire de disposer de données spécifiques du territoire auquel s’applique ce plan. Le présent article détaille l’apport de données locales pour évaluer les émissions de deux secteurs clés pour l’Ile-de-France du point de vue de la qualité de l’air : le trafic routier et le chauffage résidentiel-tertiaire. Sous réserve de disposer de données précises à intervalle régulier dans le temps, la modélisation des émissions et des concentrations permet le suivi a posteriori de l’efficacité d’un plan. Le suivi de traceurs spécifiques de sources d’émissions, tels que le carbone suie pour le trafic routier ou le chauffage au bois, constitue un élément alternatif de suivi de l’impact de mesures de réduction des émissions relatives à ces secteurs.In the context of an a priori assessment or a posteriori follow-up of the impact of an air quality management plan at the local level, it is necessary to have data specific to the territory to which applies this plan. This article details the contribution of local data to evaluate the emissions of two key sectors for Ile-de-France in terms of air quality: road traffic and residential-tertiary heating. Provided accurate data at regular intervals over time are available, emission and concentration modeling allows for a posteriori monitoring of the effectiveness of a plan. Monitoring specific emission source tracers, such as black carbon for road traffic or wood heating, is an alternative way of monitoring the impact of emission reduction measures in these sectors. Wed, 11 Oct 2017 00:00:00 +0200 http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6333 Retour sur le 30e colloque international de l’Association Internationale de Climatologie (AIC) http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6384 C’est l’université de Sfax (Tunisie) en collaboration avec l’Association Tunisienne de Climatologie, qui a cette année organisé le 30e colloque international de l’Association Internationale de Climatologie (AIC), du 3 au 6 juillet 2017. Ce dernier a réuni près de 110 personnes inscrites, relevant de 19 nationalités différentes.Les colloques de l’AIC, dont la langue est le français, sont annuels et se produisent alternativement en France et dans un autre pays.Cette année, le thème majeur privilégié était : « climat, ville et environnement », avec un certain nombre de sous-thèmes : climatologie urbaine, topoclimatologie et agroclimatologie, variabilités et aléas climatiques, modélisation climatique, géomatique et climat, et climat et ressources en eau.Après les traditionnels discours d’ouverture, le colloque a débuté par deux conférences plénières invitées sur le thème de la climatologie urbaine : la première par Pierre Carrega (université de Nice-Sophia Antipolis) sur « Le climat urbain de Nice, dans un contexte méditerranéen », et la seconde par Valéry Masson (MétéoFrance) sur « Le climat urbain : de l’observation des processus à l’adaptation des villes au changement climatique ».L’après-midi du 3 juillet, ainsi que les journées du 4 et du 5 juillet, ont été consacrées aux sous-thèmes organisés en deux sessions parallèles de près d’une soixantaine de communications. On relevait notamment 23 communications sur le climat urbain, thème devenant d’importance majeure pour le confo Wed, 11 Oct 2017 00:00:00 +0200 http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6384 Les zones à faibles émissions (low emission zones) à travers l’Europe : déploiement, retours d’expérience, évaluation d’impact et efficacité du système http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6325 Les zones à faibles émissions, ou Low Emission Zones (LEZ), sont des dispositifs de restriction de la circulation mis en œuvre dans plusieurs centaines de villes européennes pour agir contre la pollution de l’air liée au trafic routier. Il s’agit d’interdire la circulation des véhicules les plus émetteurs de polluants atmosphériques, c’est-à-dire les plus anciens. Initiées en 1996 par trois villes suédoises, leur généralisation a commencé en Europe en 2007 pour atteindre le nombre de 211 en mars 2015 à travers dix pays. Le tableau 1 montre l’évolution de leur nombre, entre mars 2011 et mars 2015, pour chacun des pays.Tableau 1. Pays européens mettant en œuvre des low emission zones (chiffres indicatifs de mars 2011, mars 2012, mars 2014 et mars 2015 (source : http://urbanaccessregulations.eu/)European countries running low emission zones, in march 2011, march 2012, march 2014 and march 2015.PaysNombre de LEZMars 2011Mars 2012Mars 2014Mars 2015Autriche1124République Tchèque1111Danemark4444Allemagne43566978Italie1099894100Pays-Bas12121212Portugal0111Suède6678Royaume-Uni2231GrèceNon comptabiliséeNon comptabiliséeNon comptabilisée1TOTAL179182193211Note : la première et unique LEZ française, celle de Paris, a été mise en œuvre en septembre 2015 et n’est donc pas listée dans le tableau 1.Les chiffres du tableau 1 sont issus de la mise à jour de 2016 du rapport « Les zones à faibles émissions (Low Emission Zones) à travers l’Europe : déploiement, retours d’expériences, évaluation d’ Tue, 10 Oct 2017 00:00:00 +0200 http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6325 Les approches quasi expérimentales d’une nouvelle génération d’études pour évaluer les effets des politiques de lutte contre la pollution atmosphérique http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6356 L’évaluation des effets d’une politique publique permet de conclure sur le rôle effectif d’une politique publique dans la réduction de polluants atmosphériques et sur les bénéfices sanitaires y étant possiblement associés. Cet article vise à introduire la notion d’inférence causale et le modèle contrefactuel dans le contexte de l’évaluation des politiques de lutte contre la pollution atmosphérique. Puis nous présentons différentes approches quasi expérimentales qui sont jusqu’à présent très peu utilisées en ce qui concerne les politiques de lutte contre la pollution atmosphérique. Nous détaillons ainsi les approches de variables instrumentales et de régression avec discontinuité avec des exemples, afin d’encourager l’utilisation de ce type d’approche pour qu’une nouvelle génération d’études pour évaluer les effets des politiques de lutte contre la pollution atmosphérique voie le jour. Impact evaluation aims at providing evidence about the potential effectiveness of a public policy that can be applied in the context or air pollution reduction and related health benefits. This article aims at introducing the notion of causal inference and the counterfactual framework in the context of public health policy for outdoor air quality. We introduce the notion of quasi experiment which is rarely used in this context. We thus highlight the use of instrumental variables and regression discontinuity methods in order to encourage further applications of these methods for a new generation of impact evaluation studies in the context of public health policy for outdoor air quality. Tue, 10 Oct 2017 00:00:00 +0200 http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6356 Quantification de l’impact sanitaire des mesures de réduction de la pollution atmosphérique : apport de la littérature scientifique http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6366 Les Évaluations Quantitatives d’Impact Sanitaire (EQIS) peuvent permettre de quantifier les bénéfices sanitaires d’actions de réduction de la pollution atmosphérique. Elles présentent notamment l’intérêt de pouvoir estimer l’impact futur de projets d’action ou d’actions en cours de mise en œuvre. Cet article décrit les résultats de 16 EQIS visant à améliorer la qualité de l’air ambiant, recensées dans la littérature scientifique jusqu’en 2015, et fournit une illustration de nombreux cas d’application de cette approche. L’analyse des éléments méthodologiques qui peuvent différer selon la nature de l’intervention, le contexte de l’évaluation et la disponibilité des données permet d’appuyer la réalisation d’EQIS d’intervention qui ont pour vocation d’accompagner les décisions. Les résultats de ces études, pour la plupart encourageants, confortent et encouragent les mesures mises en œuvre ou à mettre en œuvre.Health impact assessments (HIA) may help to quantify the benefits of air quality improvement measures. HIAs especially allow us to predict future impacts of measures in place or to be implemented. We reviewed scientific literature up to 2015 and found 16 HIAs of outdoor air pollution policies. This article gives an overview of assessment strategies which may differ according to the nature of the measures, the context of the assessment and the availability of data. This article aims at supporting implementation of such assessments. HIAs are decision making tools. They show mostly positive results which encourage implementation of measures. Tue, 10 Oct 2017 00:00:00 +0200 http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6366 Considérations, dans les politiques publiques, de l’équité et des inégalités sociales de santé en lien avec l’exposition à la pollution atmosphérique http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6375 Les effets sanitaires de la pollution atmosphérique ne sont pas distribués de manière homogène au sein des différents sous-groupes d’une population. De plus, il existe de forts contrastes vis-à-vis de l’exposition aux différents polluants atmosphériques. Cet article vise, dans un premier temps, à introduire la question des inégalités environnementales en lien avec la pollution atmosphérique. En parallèle, de nombreuses politiques publiques existent pour réduire les émissions de polluants atmosphériques. Dans un second temps, cet article vise à introduire la notion d’équité dans la distribution des effets d’une politique. Enfin, nous proposons une explication des mécanismes possibles sur l’effet d’une politique publique vis-à-vis de l’augmentation ou de la réduction des inégalités de santé, en utilisant un exemple lié à la réduction des émissions liées au trafic. The health impacts of atmospheric air pollution are not randomly distributed across different population subgroups. In addition, some disparities may exist in relation to the levels of exposure to different air pollutants. First, this article aims at introducing the notion of environmental inequality in the context of air pollution exposure. In addition, many public policies have been implemented to reduce the ambient levels of air pollution. Second, this article aims at introducing the notion of equity in relation to the distribution of public policy benefits. Finally, we provide an example that illustrates the mechanisms through which a policy that targets road traffic emissions can increase or not health inequalities. Tue, 10 Oct 2017 00:00:00 +0200 http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=6375