retour à l'accueil nouvelle fenêtre vers www.appa.asso.fr Pollution atmosphérique, climat, santé, société

N°229 - 230

Editorial

ADEME, APCA et MAAF

[Version imprimable] [Version PDF]

Texte intégral

Améliorer la qualité de l’air constitue un enjeu majeur pour la santé et l’environnement. La pollution de l’air conduit à des conséquences économiques considérables pour la société. Les activités agricoles et sylvicoles sont concernées par la problématique de la qualité de l’air, comme l’illustrent la richesse et la diversité des articles dans ce numéro spécial « Agriculture et qualité de l’air » de la revue Pollution atmosphérique (climat, santé, société).

Les productions agricoles et sylvicoles peuvent être affectées par la pollution de l’air, en particulier l’ozone, et par le changement climatique en lien avec des phénomènes de pollution de l’air. Ce constat est d’autant plus dommageable avec les besoins en biomasse qui augmentent pour l’alimentation humaine et animale, et la substitution des ressources fossiles.

L’agriculture et la sylviculture contribuent à la pollution de l’air comme d’autres activités humaines (transport, secteur résidentiel, industries). Le secteur agricole émet tout particulièrement de l’ammoniac (NH3) avec 98 % des émissions en France en 2014. Dans une moindre mesure, mais de manière significative pour le territoire français, ce secteur est aussi à l’origine d’autres polluants émis directement dans l’air, notamment les oxydes d’azote (NOx), les composés organiques volatils d’origine biogénique (COVb), les poussières (TSP) et les particules fines (PM10, PM2,5). Les retours d’expériences sur des épisodes de pollution particulaire, particulièrement marquants car de grande ampleur et de forte intensité (2014 et 2015), ont en outre confirmé que l’épandage des déjections animales et l’utilisation d’engrais minéraux azotés pouvaient conduire à la formation dans l’air de particules dites secondaires (AOS) riches en nitrate d’ammonium. Enfin, la présence dans l'air de produits phytosanitaires a pu être mise en évidence, à la campagne comme en ville, et l’exposition démontrée pour les populations agricoles et rurales.

Les interactions entre la pollution de l’air et l’agriculture restent néanmoins peu connues du monde agricole du fait de processus physico-chimiques dans l’air complexes et d’échelles spatiales et temporelles différentes. Un réel effort d’information et de sensibilisation à cet enjeu « qualité de l’air » est à réaliser dans le monde agricole pour amener à une prise de conscience et faire évoluer les orientations agricoles dans le cadre d’approches plus intégrées. Les agriculteurs peuvent déjà expérimenter des leviers d’actions pour mieux maîtriser leurs émissions et les intégrer dans leurs pratiques, en lien avec d’autres problématiques environnementales et économiques (maîtriser la perte en azote et la consommation de produits phytosanitaires). Les acteurs du conseil, de la recherche et du développement ont aussi un rôle essentiel à jouer pour accompagner le secteur agricole dans les priorités d’actions.

Enfin, l’enjeu « qualité de l’air » n’est pas à opposer aux nombreux autres défis que l’agriculture moderne doit relever, tels que la sécurité alimentaire et sanitaire, la préservation de la compétitivité des entreprises et des filières, dans un contexte de plus en plus mondialisé, et la prise en compte des autres enjeux environnementaux. Des objectifs ambitieux pour la qualité de l’air pourront être atteints en agriculture et en sylviculture en bénéficiant d’une approche globale cohérente et en anticipant les évolutions nécessaires qui sont à développer par le monde agricole. Cette ambition pourra notamment s’appuyer sur le projet agro-écologique pour la France, inscrit dans la loi n° 2014-1170 du 13 octobre 2014 d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt, qui vise à faire émerger une nouvelle approche de l’agriculture, où la prise en compte de l’environnement et des questions sanitaires ne constitue plus un obstacle à la performance économique mais des opportunités et des orientations stratégiques.

Pour citer ce document

Référence électronique : ADEME, APCA et MAAF « Editorial », Pollution atmosphérique [En ligne], N°229 - 230, mis à jour le : 03/05/2017, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/pollutionatmospherique/index.php?id=5727

Auteur(s)

ADEME

Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’énergie

APCA

Assemblée permanente des Chambres d'agriculture

MAAF

Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt