SaintJacquesInfo

Transcription du manuscrit de Jean de Tournai
Complément au récit de voyage publié aux éditions La Louve, Le Voyage de Jean de Tournai. De Valenciennes à Rome, Jérusalem et Compostelle (1488-1489), ISBN978-2-916488-50-9)

Fanny Blanchet-Broekaert

Résumé

Cette page présente une première partie (folios 1 à 74) de la transcription du manuscrit, réalisée par Fany Blanchet dans le cadre de ses travaux de maîtrise. Les folios suivants seront publiées par la suite.

Table des matières

Texte intégral

Transcription

[fol.2 r.] C’est le papier du Sainct Voiaige de Hiérusalem, lequel Sainct Voiaige entreprint à faire Jehan de Tournay en son tampz marchant de la ville de Vallenciennes et se partyt de sa mayson le lundy XXVe de febvrier an 1487 et quy estoyt le jour de sainct Mahieu apostre, lequel lundy fut le premier lundy de quaresme, dont en cedict an bissexte sallit. Et ledict Jehan, environ douze heures et demye après disner, accompaigné de monseigneur Jehan de Tournay son frère, abbé de l'église de sainct Jehan en Vallenciennes, Jehan le Liepvre, Pierre de Lonnain et aultres s'en vindrent en la ville de Montz. Ossy cedict jour, ledict Jehan envoia ung jeune filz nommé Jennin Honseaulx toujours devant luy jusques en la ville de Coulloigne, et estoit ledict Jennin à pied.

Lendemain mardy XXVIe dudict moys, moy accompaigné dudict seigneur de sainct Jan et aultres vinsmes jusques à ung villaige oultre ladicte ville de Montz que on appelle Casteaux, et là endroit se print le congiet des deux frères et aultres parentz et amys, et allors allay chevaulchant avec Martinet de Laderière fils Jehan et passames parmy la [fol.2 v] ville de Sognies, la ville de Branie, la ville de Nostre-Dame de Hal et coucher en la ville de Brouxelles quy est au pays de Brabant.

Le merqredy XXVIIe dudict moys, partismes dudict Brouxelles, disner à Malines et coucher en la ville d'Anvers. En laquelle ville je fus l'espace de huyt jours paiant ma bien allée aux marchantz dudict Vallenciennes, de Montz et d’Allemagne. Aussy conjois et fort festoiez par Cornille van Bomberg et Loys de Boulloy lequel Loys avoit esté audit Sainct Voiaige, et de Jehan de Rains mon cousin.

Le merqredy enssuivant quy estoit le Ve jour de mars, nous tous enssamble sicomme de la ville dudict Vallenciennes, de Mons, de Lille et aulcuns de la ville d'Anvers allasmes disner en la maison de Langele sur le marchiet, en laquelle taverne les marchantz de ladicte ville de Mons me firent présent d'une ghelde de laict d'amande. Et ledict disner passé environ XII heures, montay sur mon cheval accompaigné de M. Jan d'Oisy, Jacquemin Crestien, Jehan de Laderiere, Henry d'Oultremand, Pierre de Poys, Nicayse son serviteur, Gérard et Jacques Wicart frères, Willaume d'Escravesant, Hubert Herman, Hacquinot Hodellan. De la ville de Mons, Nicolas Seuvin, Jehan de le Croix, Bertrand Rousseaux. De la ville d'Anvers Marc fils de mon hoste, Collart notre sellier, le fils de [fol.3 r.] la taverne de Langele. De Couloigne, Jacob Van Bullen, Henry Dollart de la ville d'Aix et son serviteur et Conrart compaignon audict Henry. Et vindrent tous cesdicts marchantz jusques une lieue oultre ladicte ville d'Anvers et là je prins congiet à tous les susdict de Vallenciennes, de Mons et d'Anvers et m'en allay avec ceulx de Coulloigne et de la ville d'Aix, et passay parmy le villaige de Sainct Lienart et vinsmes coucher au villaige de Hoochstraete quy est oultre ladicte ville d'Anvers de V lieues.

Nous partismes dudict Hoochstraete le jeudy VIe dudict moys et disnames à ung villaige lequel s'appelle Ostrice et vinsmes coucher en la ville de Bos le Duc laquelle ville est fort belle, grande et bien marchande. Et en ladicte ville je fus fort festiez adcause des marchantz dont j'estois en leur compaignie et eusmes les vins de présent de ladicte ville.

Je me partys de ladicte ville le vendredy VIIe du dict moys et quand nous fumes environ à demye lieue près de la ville de Ravestain nous eusmes fort paour et nous fallut chevaulcer en compaignon, c'estoit deux à deux et tous enssamble, et deux devant lesquelz estradioient et vinsmes disner en la ville de Grane. Et avant che que nous venissiemes audict Grane environ à demye lieue près les cevaulx [fol.3 v.] estoient tousjours en l'eaue jusques as ars de devant et est ladicte ville l'entrée du pais et ducé de Gheldre et est ladicte ville très forte.

A l'après disner nous sortismes ladicte ville et passames la riviere de Meuze, laquelle riviere bat parmy les murs de ladicte ville et après que eumes cheminé environ une lieue nous faillit derechef chevaulcer en compaignon et nous costioient tousjours plus de deux lieues de loing environ de X à XII chevaulcheurs et ne scaviemes quelz compaignons c'estoient mais lesdictz de Couloigne avoient fort grand paour pour l'amour de moy que ce ne fuissent serviteurs de la barbe du pays de Liège. Et adonc ledict Henry Dollart envoia son serviteur devant et luy dict que se il percevoit riens de maulvais que il jectasse son chappeau jus de sa teste, et adonc il brocha le cheval et s'en alla devant, et ne percupt riens, mais quand nous vinsmes au destroict nous adviesmes du costé de la main gaulce ainssy que ung petit lac et d'aultre part à environ ung peu plus d'ung ject d'arc lesdictz compaignons avoient mys pied à terre et lié leurs chevaulx à aulcuns arbres, mais aultre choze je ne viz. Et quant nous vinsmes bien prèz de ung moulyn au vent près d'une montaigne de deux ou trois maisons [fol.4 r.]et ung petit bois sur ladicte montaigne. Mais là endroit, nous ne perchumes que bien. Et passames à environ d'une petite lieue près de la ville de Nimèghe dont la enthour il faisoit byen dangereux et passames parmy la ville de Cranebourg de ladicte ducé de Gheldres et vinsmes coucher en la ville et duchet de Clèves laquelle ville set fort embas. En ladicte ville de Clèves en nostre hostel je y vidz ung gansbomme lequel est environ aussy gros que ung oiseau de rivière et dict on que au pays de Hollande y a aulcuns arbres des fueilles desquelz quant elles chéent en la mer devient ung oyseau lequel se nomme gansbomme. Et y estoit pour cedict jour le duc de Clèves et son frère en ladicte ville mais je ne vidz point le duc. Et est la ville fort petite et est bien peu de choze.

Je me partys dudict Clève le sabmedy VIIIe dudict moys et vinsmes à l'entrée d'ung bois et là je vidz Phelipe frère au duc lequel s'en alloit chasser et disoit on en ladicte ville que on luy appointoit touttes ses choses pour aller servir le roy de France et estoit ung fort beau filz et pooit avoir environ de XX à XXII ans. A l'entrée dudict bois est une abbaye de nonnes environ à demye lieues près de ladicte ville et va on tousjours plus de une lieue tousjours en bois, et puis on treuve la malladrie de la ville de Calf et passe on à environ demie lieue près de ladicte ville, et passe la rivière du [fol.4 v.] Rhyn environ ung ject d'arc prèsde ladicte ville. Et puis on passe emprès ung chasteau nommé Tremedembourg et à l'yssue du bois on passe une abbaye de religieux. Et puis nous passames parmy la ville de Sainte et vinsmes disner en la ville de Berghe dont emprès ladicte ville la rivière de Rhyn passe. Et là endroict est ung grand tolle appartenant à l'archevesque de Couloigne. Et est ladicte ville à V lieues prez dudict Couloigne. Après nous passames sur la seignourie du comte de Meuze et aussy emprès la justice de ladicte ville, laquelle ville et justice dicte est sur la bonne main. Sur l'aultre quartier quy est sur la main gaulce à environ une bonne lieue près du grand chemin, là est une ville nommée Renzenbourg laquelle est du devantdict pays de Cleves. En laquelle par cidevant se faisoit la feste que pour le présent est à Francquefort et vinsmes coucher en une petitte ville nommée Huredinghe quy est à trois lieues enssuivant.

Nous partimes le dimence IXe dudict moys dudict Huredinghe et allasmes disner en la ville de Nus et y a deux lieues de chemin. En ladicte ville de Nus repose le corpz de sainct Quirin martir. Et sont en ladicte église comme demoiselles de cloistre ainsy comme sont celles de Mons en Haynault ou de Maubeuge. Les prebstres quy sont chanoines de ladicte église sont à tout leurs surplys et [fol.5 r] ont ung chapperon sur leurs testes ou sur leurs espaules comme sont les guesteurs en notre pais. Et baisay le chief dudict sainct en ladicte église derière le grand autel. Ladicte ville est fort destruite adcause du siège quy fut du tampz dudict Charles de Bourgoigne en l’an 1475.

Et sur le marchiet de ladicte ville y a sur une estacque ung homme de cuivre tout doré en armes lequel représente l'empereur d'Allemaigne. Je ne say pourquoy, en mon hostel me fut dict par mon hostesse, quand elle sceut que je m'en alloys vers Hiérusalem:

- Je boys à vous.

Et me dict que Dieu me feroit grand grâce sy c'estoit chose que je en retournasse.

Je me partys à l'après disner de ladicte ville de Nus et au sortir de la ville y a une abaie en laquelle estoit logé le duc Charles, ung petit oultre estoit logé l'empereur, daultre part ceulx de la ville de Couloigne et d'aultre Messire Guillaume d'Allemarche à tout une partie des Liégeois et puis je vins coucher en la ville et archevesce de Couloigne.

Le lundy Xe dudict moys, je demoray pour tout le jour en ladicte ville et je fuz en l'église que on dict le Dom quy est l'église principalle de la ville où je vidz les [fol.5 v.] trois roix. Les corpz desquelz resposent en unecappelle en allant authour du cœur droict derrière le grand autel et là je vidz les trois chiefz au nud et à tout leurs coronnes sur leurs chiefz. Laquelle église est fort grande. De là, m'en allay avec Jacob van Bulle, Jehan van Bulle leur cousin Adrien van Bulle, leur oncle et aussy leurs femmes à l'église des frères prescheurs, laquelle église est fort belle et là y a sans comparaison d'osselementz. Et de là je fus à l'église des XIm vierges, en laquelle église sont nonnes réformées et touttes gentilfemmes. Et fus en la trésorie laquelle se nomme la gulde camere là où me furent monstré plusieurs reliquaires, entre lesquels je vidz le chief de madame saincte Ursule, le chief du fils du roy d'Engleterre lequel debvait avoir ladicte saincte en mariaige. Le chief d'ung pape lequel laissa le Sainct Siège apostolicque pour demorer en la compaignie de ladicte saincte. Le chief de la fille du roy de Chyppre lequel est encoires aiant ses cheveulx. Pareillement le chief d'une vierge laquelle est encoires toutte ensanglantée tout ainsy que si elle fuist decapitée depuis deux ou trois jours. Et plusieurs jeunes enffants lesquels estoient allectans les mammelles d'aulcunes femmes quy estoient servitresses auxdictes saintes vierges dont les susdictes mères furent pareillement descollées. [fol.6 r.] Aussy en ladicte église sont plusieurs séplutures quy sont touttes plaines de reliquiaires et trois desdictes sépultures auprès du grand huys de ladicte église. Là endroit sont trois desdictes sainctes vierges lesquelles furent données par grande requeste à ung abbé et promit qu'il les feroit mettre en fiertre et sur ceste paction luy firent données. Mais quand il les eult en son église, ledict abbé les mict en oubly et ne fit riens de tout che qu'il avoit promis. Et un peu de tampz après, environ à l'heure de minuict que ledict abbé et ses religieux chantoient leurs matines, lesdictes troys vierges firent la réverence au corpus domini et puis elles vindrent pareillement à l'abbé faire ladicte réverence et puis s'esvanouirent et ne sceut ledict abbé ne ses religieux que lesquelles vierges devindrent et adonc ledict abbé s'en revint à Coulogne et compta à l'abbesse de ladicte église tout ce que luy et sesdictz religieux avoient veu. Et se pria à l'archevesque dudict Couloigne et pareillement à ladicte abbesse que on ouvresisse leur sarcus pour adviser se lesdictes vierges estoient là revenues et lors lesdictes tombes furent ouvertes et trouva on à chescune une desdictes vierges. Adonc ledict abbé pria merchy à Dieu et à madame saincte Ursle et aussy auxdictes trois vierges et cognut sonpechet et [fol.6 v.] pria derechef qu'il les peuist avoir mais pourtant on luy refusa et sont de présent auxdictes trois tombes.

Item en ladicte église asses près desdictz sarcus cercueils y eult ung roy lequel par grand requestes et prières luy fut accordé de faire mettre en terre un sien filz trespassa et y fut ensepvely. Mais lendemain au matyn on trouva ledict enffant à tout le luyssel desssus la terre et fut forcé le mettre en terre en une aultre église. Et en mémoire de che en ladicte place de présent y a quattre petitz pilliers de cuivre et sur lesdictz pilliers une platte pièce dudict cuivre et un petit enffant dessus. Et par ainssy appert que l'on n'y peut personne sépulturer car la terre est en ceste place par trop digne.

Je disnay ce jour en la maison de Jacob Van Bulle et me compaignèrent ledict Adrien, ledict Jehan et aussi leurs femmes et à l'après disner tous ensamble me menèrent sur la maison de ladicte ville, laquelle est fort belle et au descendre en bas la table estoit couverte et me faillit bancqueter avec les susdicts et aultres et ce me fut faict adcause que ledict Jehan Van Bulle estoit eschevin du dict Couloigne pour cest an. Les susdictz me menèrent en plusieurs lieux aval ladicte ville et au soir banqueter en la maison dudict Jacob.

En cedict jour fut [fol.7 r.] publiée la guerre de par ceulx dudict Coulloigne à l'encontre du comte pallatyn. Et fut deffendu à tous marchantz d'aller à la feste de Francquefort.

Lendemain mardi XIe dudict moys adcause de ladicte guerre j'entray dedens un batteau, moy et mon cheval, pour aller depuis ledict Couloigne jusques à la ville de Maience et en paiay sans nulz despens ung florin et demy d'or et partismes dudict Couloigne environ à X heures devant disner et vinsmes coucher en la ville de Bommes qui est IIII lieues oultre ledict Couloigne.

Aussy est à scavoir que lesdict batteaux allant dudict Couloigne jusques à Mayence vont tousjours contremont la rivière du Rhyn laquelle est très fort rade et convient que à force de chevaulx lesdictz batteaux soient tirés amont et par tout aussy long que ladicte rivière dure. Mais quand on vient aval l'eaue on mect lesdictz chevaulx dedens lesdictz batteaux, en après en montant contremont ledit Rhyn là sont plusieurs rigolles lesquelles sont de environ la longueur de ung petit batteau et alors que on perchoipt que on est près desdictes rigolles on faict très fort aller lesdictz chevaulx et allefois courir et adonc ledict batteau est escueillé et par ledict escueil les chevaulx passent tout nageant oultre lesdictes rigolles et le serviteur entre dedens le batteau. Et lesdictz [fol.7 v.] chevaulx quy tirent les batteaux sont fort beaux et valent bien la plupart de XXX à XL florins d'or.

Puis en passant après d'anlciennes petittes églises ou malladrie les gliseurs desdictes églises ou les ladres entrent dedans ung petit batteau et se agrapent au grand batteau et lors on les pourchasse et là y faict son aulmosne quy veult.

Aussy en plusieurs places sur ladicte rivière du Rhyn là sont gresbes pour mettre l'avoine à desjenner lesdictz chevaulx. Et y a aussy plusieurs pescheurs sur le dict Rhyn et achaptent on bien souvent du poisson ausdictz pescheurs et a on assez bon marchiet et plusieurs gens sont le plus du tampz séantz à table passant le tampz en montant à mont ledict Rhyn. Et en tout le pays d'Allemagne quand on vient aux hostelleries on boit et menge tousjours en palles.

Je me partys le merqredy XIIe dudict moys de ladicte ville de Bommes et passasmes au plus près de III montaignes à la main senestre sur lesquelles montaigne yl y a ung chasteau dont l'ung s'apelle Leauburg, Wolgnebourg et Draecquewle et sy ay ouy dire que quand on va à cheval ou à pied qu'il convient passer au plus près et est ung fort dangereux passaige mais je n'y ay point esté. Sur le dict costé desdictes montaignes [fol.8 r.] environ IX lieues oultre ladicte ville de Coulloigne là est la ville de Lint se laquelle fut une foys en l'obéissance du duc Charles. D'aultre part du Rhin à la bonne main là est la ville de Wyttre après une aultre qu'y s'appelle Clymor et a le giste en la ville Dandrenaecque et logay l'hostel au Cigne. Sachiez que depuis ladicte ville de Bommes jusques à ladicte ville Dandrenaecque sont plusieurs chasteaux fortresses et aussy maisons de plaisance dont lesdictz chasteaux sont tousjours au plus hault desdictes montaignes et lesdictes maisons de plaisance et les villaiges sont tout embas au plus près du Rhyn.

Je me partys le jeudy XIIIe dudict moys de ladicte ville et passay emprès d'une tour appartenant à l'évesque de Trieres. Et puis on voit ung chasteau sur la main gaulce appartenant audict évesque lequel chasteau est scitué sur une très haulte montaigne et comme est escript le villaige est embas tout sur le Rhyn et droict allencontre dudict chasteau. D'aultre part le Rhyn, à la main droicte, est la ville de Convalensce laquelle ville est située sur le soleil de midy. La rivière de Meuze bat tout du long contre les murs de ladicte ville et là endroit chet ladicte rivière de Meuze dedans ladicte rivière du Rhyn, et ladicte rivière du Rhyn bat aux murs de la dicte ville sur soleil levant. Aussy là endroit est un pont tout de pierres lequel contient XVII arcures, sur lequel [fol.8 v.] on passe au deseure de ladicte rivière de Meuze pour entrer dedans la ville dudict Convallensce et dient que cestedicte rivière vient de la ville de Metz. Et dudict chasteau on polroit battre tout du long ladicte rivière du Rhyn et aussy de Meuze et aussy dedens ladicte ville et à mon advis dudict chasteau, on polroit tenir la dicte ville en subjection et touttes les deux rivières et fuz ung peu dedens la ville.

Nous partismes à l'après disner de ladicte ville et tantost après nous perchumes la ville de Lans appartenant à l'évesque de Mayence laquelle ville siet sur le dict Rhyn à la main senestre et là passames bien une lieue de notre pays pour gaigner le courant dudict Rhyn et puis nous ravallames et vinsmes arrivés au port de la dicte ville de Lans en laquelle ville il convient que tous basteaux y arrivent et là convient paier le grand tolle du pays. Et incontient que l'on y est arrivez il fault que touttes personnes wident hors du basteau et adonc ceulx quy ont l'administration de ladicte tolle font par tout faire ouverture et regardent par tout adcause de prendre leurdict tolle.

Et quand il y passe quelque basteau on y sonne une trompette ou une clocquette et par tout chasteaux et fortresses dudict pays d'Allemaigne quant on perchoipt les basteaux venir sur les chemins les gens de cheval ou de pied on sonne semblablement une trompette et en aulcuns lieux un cornet. En [fol.9 r.] aultre depuis qu'ilz percoipvent gens venir et tant qu'ilz sont oultre et aussy longuement qu'ilz le pevent percepvoir à l'oeil d'une part et d'aultre ilz ne font que tousjours huer. Et en aulcunes fortresses s'ilz percoipvent que vous soiez tout seul ou deux ou troys à cheval ou à pied ; ils descendront aussy à pied ou à cheval ou autant de gens comme vous serez. Pareillement en aulcunes bonnes villes on sonne une trompette et puis ilz sonnent les clarons pour ressoné foys qu'ilz percoipvent les gens venu la manière du pays est que il va sur les champz compaignons de guerre pour garder les chemins et partent desdictes villes dès le soleil levant et se demeurent embuschez en bois jusques environ de X à XI heures au disner et puis les aultres se partent à ladicte heure et s'en vont tenir les champz. Et adonc les premiers s'en retournent et les aultres du disner demeurent jusques à l'heure de IIII à V heures aprèsdisner.

Pour la doubte desdictz gens de guerre ou aultres rustres on prent en plusieurs lieux saulfconduit c'est ascavoir en aulcun lieu un signé lequel est signé tant sur cyre comme sur papier. Et le plupart se vous estes à cheval vous aurés un homme à cheval et se vous estes à pied, ung à pied et portant comme ung messager une boitte à son chappeau et ira où [fol.9 v.] chevaulchera tousjours devant vous et parmy tout vous y yrez tousjours seurement et trouverez tousjours les chevaulx tous sellés et les hommes tous paretz esdictes maisons soit à pied ou à cheval pour en aller avec vous où l'on vous donra ledict saulfconduyt.

Le  plupart des villes dudict pays sont très ordés. De ladicte ville de Lans, quy y sonneroit une trompette, on l'orroit sonner de IIII seignouries c'est ascavoir audict évesché de Maience, à l'évesche de Trieres, à l'archevesché de Couloigne et au comté pallatyn. En l'an M IIIIc IIIIXX et ladicte ville de Lans fut fort plaine de toutte noblesse ad cause du coronnement du roy des Rommains. Environ une demie lieue dudict pays sur la bonne main, là est le siège où quand on crée ung empereur ou ung roy des Rommains il convient qu'il s'asieche et là endroit il est coronné d'une coronne d'achier et est ladicte place sur la rivière du Rhyn emmy les champz sur trois pilliers lesquelz sont de bricque et pareillement pavés de ladicte bricque. Et là dessus on y porte une chaière où il s'assiet si comme j'oys certiffier. Et vinsmes coucher en la ville de Bombart

Nous partismes de ladicte ville le vendredy XIVe dudict moys et disner à Saint Ewert descendre en la [fol.10 r.] ville de Wezele et coucher en la ville de Bacquera appartenant au comte pallatyn.

Je me partys dudict Bacquera le samedy XVe dudict moys et environ demye lieue oultre ledict Bacquera je passay oultre le Rhyn et chevaulchay environ une lieue et vins à une ville fermée là où je disnay. Après avoir disné, moy et mon cheval je rentray dedans ung aultre batteau pour cause que l'aultre navieur n'avoit osut passer ladicte ville de Wezele adcause dudict comte pallatyn et fus mené sur ledict deuxième navyre jusques à la ville et cité de Mayence, laquelle ville est fort grande en son pays et peuplée. Et l'église cathédralle fort belle et grande et y a tant à l'ung des corrons de ladicte église comme à l'aultre à cescin ung autel et ce samble que ce soient deux cœurs. Et au milieu de ladicte église ung autel lequel est fondé sur sainct Martin. Aussy à mon advis touttes les églises dudict pays tiennent pour patron ledict sainct. La susdicte église se nomme l'église de Nostre Dame et fus logé en la ville Juden Ros, c'est à dire en notre langaige au coursier. Et là trouvay un messagier au roy des Rommains nommé Estienne, natif du pays de Bourgoigne. Je crois que Dieu le m'envoia et touttes les fois qu'il m'en souvient je ne saurois trop loer ne regratier le Seigneur.

Après la messe oye, je me partys de ladicte [fol.10 v.] ville de Mayence le dimanche XVIe dudict moys et avec mondict messager et ung jeune fils de Mylan, nous trois à cheval et Jennin mon valleton quy me suivoit à pied. Et disnay en une petitte villette et vinsmes coucher en la ville et cité de Wourmes. En la susdicte ville de Maience je pris ung saulfconduit de papier sur cyre et me cousta deux wisperminghe et demy et en ladicte ville est la première place où on prend les saulfconduitz.

En ladicte ville de Wourmes je m'en allay oyr chanter le sallut et au retour je trouvay ledict Jennin, lequel m'attendoit et quand il me percupt adonc il me dict :

-Ay my Jehan, nous sommes fort mal logiés.

Et je luy demanday pourquoy et il me répondit :

-Il y a chéeus deux hommes lesquelz ont esté regarder vostre cheval et quel harnois il a et dict que vous estes ung des gentilz hommes à monseigneur le prothonotaire de Chimay et je leur ay répondu que non et que vous estes ung pélerin et voulés aller à Rome et ilz me ont répondu qu'ilz savent bien quelle chose ilz en ont affaire.

Et adonc je m'en vins à mon hoste et luy remontray comment il vouloit loger telz gallans mais il me répondit :

-Quelle chose voulez vous que j'en face je n'en sauroye que faire car [fol.11 r.] sy je ne les voulois loger ils boutteroient le feu dedans mon hostel.

Et lors je luy demanday quelz compagnons c'estoient et il me répondy que c'estoient deux ruttres de messire Guillaume de la Marce que nous disons en notre pays la barbe et que je me gardasse bien car en passant mon chemin pour aller à la basle il y a aulcunes terres appartenantes aux frères dudict seigneur de la Marce et sur ces terres on n'a quelque saulfconduit et sont amis à Dieu et ennemys à tout le monde.

A tant je m'en allay souper et me fict on asseoir emprès ung chevalier et d'aultre part emprès l'ung desdictz larrons mais pour cedict souper je ne mengay ghaires ne mon messagier aussy lequel estoit pareillement assis à ladicte table emprès l'aultre larron. Et en soupant, ung frère chevalier de Rhodes, natif du pays de Liège cognoissant lesdictz ruttres, par pitié qu'il eult de moy lequel estoit loget en ladicte hostellerie descendit de sa chambre et vint faire cognoissance au principal ruttre. Lors ledict ruttre luy fit place et s'assist à table entre luy et moy et tousjours en devise audict chevalier maintenoit que j'estois ung des gentilz hommes du prothonataire de Chimay et ledict chevalier disoit [fol.11 v.] tousjours qu'il n'en estoit  riens et adonc ledict chevalier me dict en latin qu'il me falloit prendre saulfconduit et que parmy tant je yrois seurement, et me dict aussy qu'il n'y avoit gaires que lesdictz deux ruttres luy avoient faict dommaige bien IIc libvres de gros et mieulx. Et tous ces motz ledict chevalier le me dict en latin. Et mondit messagier de l'aultre costé se devisoit tousjours à l'aultre et parfois me faisoit signe que je parlasse peu.

Apres le souper je me devisay audict chevalier et à mon messagier et ledict chevalier me dict qu'ilz se faisoient povres gentilz hommes et de parenté audict messire Guillame lequel estoit mort et s'en alloient pardevers les frères dudict seigneur Guillame pour avoir service et retenance. Mais pour toutte résolution ledict chevalier et mon hoste me dirent que c'estoient II larrons mourdreurs et qu'ilz s'en alloient ainssy par le pays pour espier les bons marchantz et aultres. Et adonc je ne savois que penser mais ledict messagier me dict incontinent :

-Jehan mon amys ne vous esmaies point que quand ilz vous auroient prins et vous voulusses emmener, je demanday tousjours emprès vous.

Et sur ce je m'en [fol.12 r.] allay coucher. Mais certes je ne dormis ghaires car toutte la nuit ne faisoie que pensser comment je polrois escapper et fus en volonté de retourner à pied jusques ladicte ville de Mayence et de habandonner et perdre mon cheval et me mettre en estat de cocquin et de monter sur ung batteau en la ville dudict Mayence et monter contremont la rivière du Rhyn autant hault qu'il euist esté possible de le monter. Et puis de là aller à Venize sans aller à Romme. Néantmoins quand che vint au matin je me levay et me recommanday à Dieu luy priant qu'en touttes mes nécessitez il me voulsist conseiller ainssy qu'il m'estoit profitable tant pour l'âme comme pour le corpz. Adonc je descendis en bas et trouvay Jennin, mon serviteur lequel avoit acoustré mon cheval et ossy mondict messagier lequel tousjours me resjouissoit et donnoit coraige. Et alhors je pris un sy très grand cœur en moy en me fiant en la miséricorde de Dieu qu'il m'estois advis qu'il n'estoit choze qu'il ne peuist mal faire.

Puis j'allay prendre ung saulfconduit, quy me fut baillé par mon hoste, en papier sur cyre et me cousta deux wisipernninghe et demy et je montay à cheval et me partys dudict Wourmes le lundy [fol.12 v.] XVIIe dudict moys et vinsmes coucher en la ville et cité de Spir. Laquelle ville est très belle forte et bien marchande, les damoiselles fort jollyes. L'église cathédralle fort grande et magnificque, les maisons de pierre à la mode de Tournay, les bourgois et marchantz demeurent endictes maisons hault et les gens de mestier demeurent dessoubz. Et est fort beau pays de labour, et mesme toutte la plupart des montaignes dudict pays d'Allemagne sont bonnes à porter fin froment ou bons vins. Et compte on de ladicte ville de Wourmes jusques à Spir, VI lieues. En l'église cathédralle devant le grand autel y a XIIII lampes pendantes. Puis prez de ladicte église ung très beau cloistre auquel y a une cappelle ou respose un très noble reliquaire, pardevant lequel est tousjours une lampe allumée. Audict cloistre en deux places sont II ymaiges devant lesquelz y a tousjours à chescune une lampe ardante. Ossy en tout le pays d'Allemagne il n'y a que beufz quy labourent les terres du pays. Depuis retournant de ladicte église en mon logis je rencontray lesdictz larrons lesquelz derechef vindrent loger en mon hostel. Et estoient montés sur petitz chevaulz ayantz [fol.13 r.] manteaux noirs et portantz bourdons rouges sur lesdictz manteaux en guise de pèlerins. Et quand je les percupz entrer dedens l'hostel là où j'estois logés, certes il ne me vint pas à beau mais néantmoins je n'en montray point de samblant et fiz la meilleure chière que povois. Aussy en tout ledict pays d'Allemagne on y est fort bien servy et couché, aussy les chevaulx pareillement bien traictés.

Je me partys de ladicte cité de Spir le mardy XVIIIe dudict moys et en montant à cheval lesdictz larrons vindrent toucher en ma main et me demandèrent sy je allois par Basle et je leur répondis que ouy car mondict messagier m'en avoit adverty que je desisse ainsy et adonc ilz me respondirent qu'ilz me sievroient et je leur répondy que je m'en allois tousjours tout bellement. Et adonc nous partimes et laissames le chemin dudict Basle à la bonne main environ de une petitte demie lieue de notre pais arrière dudict Spir et en allasmes tout parmy ung marest tout droit et vinsmes à ung bacq et passames oultre ladicte rivière du Rhyn et prinsmes ghellay à l'issir dudict bacq en cyre sur papier comme dessus lequel me cousta deux wissipenninghe et demi. Et entrasmes [fol.13 v.] dedens ung bois et adonc dict mon messagier :

-Loez Dieu et faictes bonne chière car j'ay espoir que les larrons ont pris l'aultre chemyn et pour le présent vous n'avez garde de eux.

Et lors je pris Dieu à loer comme je y estois bien tenu car oncques puis ne les vidz.

Et vinsmes disner en la ville de Brouselle en Zoubane et ladicte ville est bien petitte et très ordé, mais là est la plus belle feste de chevaulx que jamais je veisse et à mon advis il y en avoit plus sans comparaison de chevaulx que jamais j'en vidz en la ville de Gand, car je n'en vis oncques tant pour une foys que en ladicte ville. Et est la feste audict Brouselle le mercredy devant le miquaresme. Nous montasmes à cheval audit jour après disner et vinsmes passer en une ville laquelle s'appelle Bresse et la nous faillit prendre une ghellaye à cheval, lequel nous dura jusques environ deux lieues, et est ung fort périlleux passaige et sy a deux montaignes chergies de très grand bois et entre lesdictes deux montaignes est en la vallée ung villaige sur la main senestre ens auquel est le plus riche cloistre quy soit en tout le pays. Sur lesdictes montaignes je trouvay des [fol.14 r.] rustres et à ce que peus percepvoir je euisse esté desrobé sy je n’euisse eu l'homme à cheval lequel portoit le saulfconduit avec moy.

Ung petit oultre lesdictes deux montaignes il me faillit prendre ung nouveau saulfconduit à cheval en une maison comme vous diriez une grande censse emmy les champz. Et vinsmes coucher en ung villaige lequel s'appelle Lietsinge.

Je me partys le mercredy XIXe dudict moys dudit Liestsingue et passames parmy une petitte ville quy se nomme Fayghe, en laquelle est une petitte rivière venant des montaignes. Et là nous donnasmes argent à nostre homme lequel portoit ledict saulfconduit quy n'est sinon que une boiste où les armes du seigneur à cui la terre appartient sont emmailliés et appertiennent au comte palatyn depuis ledict Rhyn jusques à ladicte ville de Lietsinge et nous cousta à nous deux à chacun VI solz tournoy. Et lors nous prismes ung aultre saulfconduit d'ung homme à pied pour environ l'espasse de troys lieues et paiasmes y comprins la malletotte de nostre cheval parmy deux wissiperminghe que nous donnasmes à nostre piéton chacun IX solz tournoy. Et est ledict saulfconduit soubz la main du comte de Vernembourg et vinsmes disner en la ville de Graminge.

Nous partismes à l'après disner dudict [fol.14 v.] Graminghe et nous faillit reprendre un nouveau saulfconduit d'ung homme à cheval pour IV lieues et vinsmes coucher en la ville Nestelinghe en laquelle ville estoit pour cedict jour le frère du comte de Wermembourg et touts les seigneurs du pays dudict Ywame.

Ladicte ville est la chief ville dudict pays et pour le présent les estatz y estoient assemblez adcause de la prinse du roy des rommains lequel estoit détenu prisonnier en la ville de Bruges au pays de Flandres. Ceste ville est une belle ville forte et assez grande. Et paiasmes pour nostre saulfconduit chacun ung quart de florin d'or pour les susdictes III lieues. Et passasmes et rapassasmes pour cedict jour plus de XX fois parmy une petitte rivièrette.

Je me partys dudict Nestelinghe le jeudy XXe dudict moys et vinsmes disner en la ville de Kempinghe en laquelle nous eusmes pour l'aprèsdisner trois rustres audit comte de Vermenbourg et payasmes pour estre conduictz environ deux lieues de nostre pays chacun V sols tournoy. Là endroit est l'issue de la comté de Vermembourg et après est la terre appartenant à l'évesque d'Ourmes, lequel évesque estoit ennemy dudict comte. Et là endroit lesdictz trois rustres nous conduisirent tout en armes et en ceste [fol.15 r.] place l'ung alloit sur le hault et l'aultre sur le bas et l'aultre nous conduisit de l'oeil. Et environ deux jectz d'arc là nous attendoit ung homme d'armes de leur partye et là endroit y avoit ung petit rieu d'eaue et quand nous eusmes passé ledict rieu nous fusmes sur la terre dudict évesque d'Ourmes et vinsmes coucher en la ville de Kaiselinghe. Et est icelle une petitte ville où nous faillit prendre ung nouveau saulfconduit lequel nous dura jusques en la ville et cité d'Ourmes et nous cousta environ à chacun VI solz tournoy. Et donnasmes auditz rustres deux solz tournoy.

Je me partys dudict Kaiselinghe le vendredy XXIe dudict moys et vinsmes disner en la ville de d'Ourmes en laquelle estoit le duc Christofre de Baviere et son frère à grandz gens pour aller en pays de Flandres. Ladicte ville est fort grande est assez belle et y a université dont les povres clercz allantz à l'escolle à l'heure du disner s'en vont chantans par les rues chantz d'église. Et par ainssy aulcuns y font leurs aulmosnes et telle est la coustume par tout le pays.

L'église cathédralle de ladicte ville est fort triumbphante et magnificque. Les formes d'icelle très belles. Au millieu de ladicte église y a un autel où on dict messe. Du costé à la main dextre sont les fons [fol. 15 v] lesquelz sont très beaux à veoir et de pierre assez de la forme et fachon de la fontaine estant sur le marchiet en la ville de Brouxelles au pays de Brabant. Ladicte ville est fort marchande et y faict on les bonnes fustames de Ourmes. Après disner cedict jour nous partismes de ladicte ville et vinsmes coucher en ung villaige à une lieue près de Meminghe.

Le samedy XXIIe dudict mois je me partys du villaige et vinsmes disner en ladict ville de Meminghe et là je prins ung sergent de ladicte ville pour me mener adcause des gens de guerre quy estoient audict pais car là endroit faillent les saulfconduitz. Aussy mondit messagier du roy des Rommains print congiet à moy et m'en alloy coucher en la ville de Kempringhe et me cousta y comprins les despens dudict sergant pour quattre lieues parmy, le desjuner de lendemain au matyn la somme de demy florin d'or.

Le dimence au matyn XXIIIe du dict mois je me partys dudict Kemprenghe laquelle ville est le pied des montaignes dont la premiere se nomme la montaigne du Vernart. Et tousjours entre deux montaignes et vinsmes disner en ung villaige deux lieues [fol. 16 r.] oultre ladicte ville de Kempinge et vinsmes coucher entre lesdites montaignes à ung villaige quy s'appellle Watrebomme. Et passay pour cedit jour ung très grand bois là ou je vidz des escuireux et chevaulcay pour ce jour VI lieues.

Je me partys le lundy XXIVe dudict mois d'ung villaige quy est encoires dudict Vernart et passay pour ledict jour la montaigne que l'on dict de Nazareth et ainssy que une lieue oultre ledict Watrebomme là endroit pour ceste nuit avoit couché l'empereur lequel venoit aux Pays Bas adcause de son filz le roy des Romains quy comme j'ay dessus escript estoit détenu prisonnier en la ville Bruges au pais de Flandres. Et estoit le empereur dedens ung chariot et le me monstra monseigneur de Vertaing et ung aultre chevalier du pais d'Allemagne et me demendèrent des nouvelles du pais. Et estoit ledict empereur luy deuxiesme dedens le chariot.

Et disnay pour ce jour au villaige dudict Nazareth quy est II lieues oultre Wattrebomme, et vins coucher au villaige de Landekequy est IIII lieues enssuivant. C'est pour che jour VII lieues et estoit fort tard quand je vins au logis.

Je me partys le mardy XXVe dudict mois quy estoit le jour Notre Dame dudict Landeke et vins disner au villaige de Nondze lequel est très bon. Auquel villaige je vidz plusieurs hommes et femmes lesquelz avoient grosses gorges et pour ledict jour [fol. 16 v.] nous montasmes le mont Sainct-Nicolas et environ la moitié dudict mont nous trouvasmes une cappellette constuicte en l'honneur de Dieu et maistre sainct Nicolas. Et demorasmes pour ceste nuict au plus hault dudict mont à une maison emmy les champz au plus hault du villaige de Naulle là où pour ceste nuict nous oysmes très fort hurler les loupz. Et eusmes neges toutte jour à journée sur le dos. Et eusiesmes bien descendu le mont et aviesmes espace assez mais pour cause du tampz et pour choze que sceusse picquer mon cheval des esperons oncques ne veult aller avant.

Je me partys la mercredy XVIe dudict mois dudict villaige et commenca a neiger comme laultre jour, et ne voiemes goutte pour la dicte nege et mil encontre ung que mon compaignon de Mylan ne fut engellé par force de froit sur la montaigne. Et adcause de ladicte neige nous ne scaviesmes fors que à très grand paine tenir chemin. Aussy les glaces estantes sur la montaigne. Mais nostre Seigneur ne nous oublia point et vinsmes disner en ung villaige en bas dudict mont nommé Zenenekercke et compte on dudict mont jusques audict villaige deux lieues et est ledict villaige fort bon. Et fumes plus de trois heures a cheval.

Nous [fol. 17 r.] partismes à l'aprèsdisner dudict Zeneneberghe et vins coucher au villaige de Merande quy est VI lieues enssuivant, ainsy pour cedict jour est VIII lieues.

Je me partys dudict villaige le jeudy XXVIIe dudict mois et vins disner au villaige que on dict Eudes et a le giste en la ville de Trentte. Mais ce fut pour ledict jour par trop grande journée. Ladicte ville est très orde et vieille.

Là est le corpz de sainct Symon le martir et pour ce jour sa mère estoit encore vivante. Et vidz ledict sainct et si j'eusse voulu demorer en ladicte ville par l'espasse de deux heures on me eust monstré sa mère.

Depuis la ville de Couloigne jusques en la ville de Ourmes nous allons tousjours sur le Rhyn entre deux montaignes et depuis Ourmes jusques à la ville de Kempinghe tant les montaignes comme le plat pays c'est tousjours bon pays de labeur et la plupart de bled. Depuis ledict Kempinghe, la montaigne du Vernart, la montaigne de Nazareth et la montaigne de Sainct-Nicolas jusques environ deux lieues oultre Trente, ledict pays appartient au grand seigneur d'Austrice. Aussy depuis la ville d'Anvers jusques au villaige de Zeneneberghe on va tousjours contremont eauve.

Pour moins perdre sur les monnoies il convient avoir tout le pays d'Allemagne tant comme il dure des florins d'or clinquans c'est à dire byen [fol. 17 v.] sonnantz et qu'ilz ne soyent point rongéz.

Depuis ledict Zeneneberghe là nous commenchons à trouver une aultre petite rivièrette laquelle vient desdictes montaignes et s'en va en la ville de Véronne et cheoir en la rivière du Pau laquelle se vient après rendre en la mer en la ville et cité de Kyose. Pareillement est ascavoir que en partant de son pais principallement depuis lesdictes montaignes c'est que pour le moins de despens d'avoir lettres de pas, c'est à dire d'avoir lettres de congiet du seigneur du pais dont on est et parmy tant que on ayt ceste lettre on ne paye riens au passaige des rivières au pais de Lombardye et encoires on porte grand honneur à ceulx lequelz portent lesdictes lettres.

Je me partys le vendredy au matin XXVIIIe dudict mois de ladicte ville de Trente dernière ville des Allemaignes. Et passay par devant deux chasteaux, là on y faisoit fort bon ghet ad cause de la guerre laquelle avoit esté entre le grand duc d'Austrice et les vénitiens en lan mil IIIIc IIIIxx et VII la nuict Sainct Leurent au mois d'aoust en laquelle journée morut byen de ceulx de Venise bien jusques à XXV ou XXX mil hommes, mais des allemans il ny demora plus hault de V a VI mil hommes.

Et passay parmy la place là où ladicte bataille avoit esté faicte [fol. 18 r.] en laquelle estoient encoires plusieurs boloartz et sur la bonne main tousjours la rivière. Et vins disner en la ville de Rauzay première ville appartenant aux seigneurs vénitiens, laquelle estoit toutte destruicte.

En icelle ville le seigneur Robert capitaine desdictz vénitiens s'estoit tenu par grande espasse de tampz en garnison, lequel capitaine morut à ladicte journée et estoit enterré en ladicte ville de Trente en la grande église.

Je me partys à l'après disner et passay par d'empres ung mollyn là où mon cheval entra dedens une eaue jusques 18 ars et vismes coucher au villaige du Bourget.

Je me partys dudict Bourghet le samedy XXIXe dudict mois nuict de pasques flories et vins disner en la ville de Véronne. Depuis la ville de Trente jusques audict Véronne, touttes les villes, villaiges, chasteaux et forteresses y estoient totalement destruictes, néantmoins il y a plusieurs destroitz et saillièrent plusieurs hommes d'armes en la rivière parquoy ils furent noyés et audict jour sur le bort de ladicte rivière, là estoient encoires plusieurs gros engins à pouldre. Cestoit grand pitié d'estre audict pays.

Je me partys audict jour à l'aprèsdisner de ladicte ville de Véronne laquelle est fort belle et grande et là endroit je laissay mon compagnon Gabriel lequel [fol. 18 v.] estoit party de la ville d'Anvers avec moy pour aller en la ville de Myllan et m'en allay tout seul coucher au villaige de Yzeze de Lescalle.

Le dernier jour dudict mois, jour de pasques flories après avoir oy messe, je me partys dudict villaige et me fournoray et vins disner en la ville Danstia en laquelle je demoray par toutte la journée tant adcause du maulvais chemin comme pour les eaues. En ladicte ville la rivière du Pau y passe. Et à mon advis demeurent plus de gens oultre ladicte rivière que par decha. Et est de nécessité là endroit prendre guide pour luy conduire et mener adcause des grandes eaues venant jusques à ung villaige quy se nomme Sainct-Jan-de-Castel.

Je me partys le premier jour d'apvril de ladicte ville accompagné de deux haultz allemans l'ung de la duché de Bavieres, l'aultre serviteur à la royne de Dannemarce. En laquelle ville je passay ladicte rivière du Pau et me cousta adcause que je n'avois point de lettre de pas VI solz et XII deniers tournoy pour le billette. Et là endroit je prend la première billette. Et vinsmes disner au villaige de Lamizadeloa et vinsmes passer sur une dicque de une petitte rivièrette et passasmes au villaige de Sainct-Martin. [fol. 19 r.] Et après je passay ung petit bacq auquel je payay II solz tournoy et coucher au villaige de Bon-Port.

Je me partys le mardy IIe dudict moys dudict Bon-Port et là endroit j'entray dedans ung bacq et me faillit paier VI solz tournoy. Et vins disner à Sainct-Jehan-de-Chastiel et coucher en la ville de Bouloigne Lagrasse.

En tout le pais de Lombardye et Italye on va tousjours par les rues à toit couvert adcause des sallies que ont les maisons par tout le pais et commenchent pour la première en ladicte ville de Merande.

Et aussy audict pais au lieu que on sonne en nostre pais les heures jusques à XII on en sonne XXIV et se commenche en ladicte ville de Reuray. Pareillement audict pais quand le potestat est venu sur la maison de la ville on sonne une trompette comme on sonne la cloche en la ville de Vallenciennes quand le prévost est es halles. Et quant vous demenderez audict pais ung lict paret vous l'aurez principallement en Lombardye.

Depuis ladicte ville de Nestelinghe jusques à Lamiradeloa là tirent la charrue deux beufz et deux chevaulx devant lesdictz beufz. Mais depuis ladicte Lamiradeloa enssus là tirent les beufz seulement et sont lesdictz beufz couvertz de toille sur leur dos pour les mouches comme sont les chevaulx en notre pais. Et est [fol. 19 v.] ladicte toille toutte ouvrée de vermeil drap et [?]. Et se y a ung trou par lequel on lye la queue desdictz beufz et est ledict trou sur le costé à la main gaulce et porte l'ung desdictz beufz une clocqette. Ladicte ville de Bouloigne est fort grande et belle. Et est le marchiet enclos comme une bonne ville de murailles au tour et y sont plusieurs cambges. Sy y a une fort belle église et est la première où je vidz le prebstre chanter la messe ayant le visaige tourné aux gens. Laquelle église est fort riche et les formes pareillement. Et aux cappelles tant sur l'ung des costéz comme sur l'aultre on y monte à IV degrés et sont les degrés tout du long ladicte église.

En ladicte ville quand les heures doibvent sonner il y a aulcune chose laquelle sonne comme feroit une orgue. Au plus près de ladicte église sur ung costé, là sont les tastebaux et les filles et la ruffiermerie dont c'est grand pitié.

Je me partys dudict Bouloigne le mercredy IIIe dudict mois. Et incontinent, moy venu sur la première montaigne adcause des pluies, moy et mon cheval tombasmes en [fol. 20 r.] ung mont et fus fort honny mais je ne me blechay point. Et vins disner sur ladicte montaigne en ung fort povre villaige quy s'appelle a Pianole et coucher sur ladicte montaigne au villaige de Lescalle.

Je me partys jeudy IVe du dict mois de Lescalle et prismes une guide et passames la montaigne de Sainct-Scazgala et disner en la ville de Florencholle. Après passer la montaigne de Scarpzie et coucher en ung villaige quy se nomme Le Pont.

Je me partys dudict Pont le Ve dudict mois quy estoit le jour du bon vendredy. Et vins oyr le service en la ville de Florence. En laquelle ville je vendis mon cheval avant que je allasse en ladicte église ad cause qu'il estoit sy recrant et le donnay pour IV ducatz et demy d'or. Et aussy pource que audict pais les despens de chevaulx y sont fort grandz. Je me logeay à l'hostel de la Coronne et puis m'en allay à la grande église en en laquelle le service estoit ung petit commencé. Et chantoient la passion nostre Seigneur deux prebstres toutz deux ensambles dont l'ung chantoit le contre et l'aultre le dessus et la chantoient en la chayere de prescheur. Par [fol. 20 v.] toutte ladicte ville c'est le coustume de ainssy chanter la passion et mesme tout lesdictz services tout ainssy comme l'office se faict. Il se chante à manière comme vous diriez à trois voix. Et aux lettrins des églises dudict pais il y a tant d'ung costé comme d'aultre comme on diroit et à la fachon d'une chayere de prescheur en laquelle le diacre et soubdiacre chantent l'épistre et l'évangille à la manière comme on chante en notre pais en la sepmaine penege les trois premières lechons touchant à ténèbres. Audict jour, comme à Bouloigne, le prebstre chantoit le visaige aux gens et par tout ledict pais. Et par espetial à tous les grandz autelz des églises. Et estoient les prebstres vestus de robes de fine escarlatte vermeille, et aulcuns de fin violet et mesme les robes et chappes des chanoines sont tant de ladicte escarlatte comme dudict violet. Ossy il y en a des noirs mais c'est bien peu.

A cedict jour là, sont plusieurs bons bourgois et marchantz et aultres, lesquelz sont eux au cloistre de ladicte église et dient que ce sont les escolles en leur langaige comme on diroit en Vallenciennes les [fol. 21 r.] confrairies lesquelz se tiennent audict cloistre jusques à ce que le service est chanté, jusques à le paternostre. Et nont les aulcuns sur leur chemises riens vestu fors que une robe longue jusques au ras de la jambe laquelle est de caudrach chiret [?] et est faicte tout d'une venne, visaige, nez, teste tout jusques au cras de ladicte jambe. Et ont un petit de veue par deux trous faictz allencontre de leurs yeulx et par ung aultre trou devant leur nez pour avoir air. Et quand ledict prebstre commence à chanter le paternostre adonc les confrères allument leurs torses et viennent en ladicte église. Et là sont tant que l'adoration de la croix est toutte chantée. Apres tout che accomply on prent le corpus domini et le porte on en fort grand révérence par dedens ladicte église et porte on par dessus ung palle comme on faict en Vallenciennes le jour du sacrement. Et ce chantent les prebstres en le portant, pange lingua gloriosi et vont par devant toutz ceulx que je vous ay dessus escript, revestus desdictes robes de toille à tout gros signelz d'or en leurs doigtz et lesdictes torses allumées en leur main devant ledict corpus domini à procession. Et incontinent ce faict, cescun s'en reva en son hostel.

Selon la coustume du pais les [fol. 21 v.] hommes portent tout communément manteaux longz de fine escarlate et capperons à fort petitz boureaux. Les femmes sont fort beubencheuses et estoient aulcunes vestues de blanches robes de fort fin drap, à leur colz pasternostre de fin coral, aultre d'argent, aultre de fin or chacun selon son estat. Les cheveulx ung bien petit passant leurs temples. Certes à veoir leurs atours ce samblent mieulx publicques que femmes de bien mais c'est la fachon du pays. Et avoient aussy sur elles de grandes richesses tant d'anneaux en leurs doigtz, pierreries, fermailes et aultres grandes pompes qu'il n'est point à dire.

Je m'en vins disner à ladicte hostellerie et après mon repas prins, je vendis à mon hoste mes houseaux, et puis je prins ma bougette et mondict hoste m'alla quérir ung baston, et lors que je percupz ce baston je me commencay ung peu à ratendrir. Et adonc Jésucrist quy jamais n'oublie ses serviteurs ne me laissa. Et me vint en mémoire quil estoit le jour du vendredy sainct et comment nostre Seigneur en cedict jour avoit pour nous recupt la mort et passion et qu'il estoit grande heure que je fasse pénitence. Et puis je prins cœur et men [fol. 22 r.] allay.

   Et moy venus à la porte, les portiers m'arestèrent ad cause de ma bougette et faillyt monstrer ce qu'il y avoit dedens. Je disais la vérité de ce quy estoit mais ilz ne me volurent oncques croire et y survint un bon bourgois lequel leur dict : « Vous avez tort car il nia riens quy doibve quelque dache », c'est à dire quelque gabelle ou impos. Je leur avois dict qu'il y avoit de la fine toillette pour faire des corporaux laquelle je portois à Sainct-Pierre de Rome mais estoit pour porter en Hierusalem et ne le voulois point dire car je ne scavois point sy j'aurois la grâce de nostre sainct père et aussy je le celoye le plus que je povois. Et incontinent qu'ilz eurent veu tout che qu'il y avoit, ilz me rendirent touttes mes choses et ne paiay riens car je n'avois riens qu'il deusist impos. Et men vins coucher à Sainct Cassan.

Je me partys dudict Sainct Cassan, et estoit la nuict de grand pasques. Et environ une bonne lieue je trouvay ung mulletier auquel je requis que pour argent je peusse monter sur l'une de ses mulles et m'y fis monter environ deux lieues de ce pais car son chemin estoit aultre que le [fol. 22. v.] mien.

Et vins disner à Polbommacy et coucher en la cité de Sennes. Ladicte ville est très belle et grande. Et fus logés à l'hostel à la coronne quy est fort bon logis. Là y à des très belles églises que là où je fus jamais et samble qu'elles soient touttes d'alebastre mais ce sont tous blancz marbres. Et en y a une toutte painte d'azur et estoillettes d'or parmy sur ladicte azur. Ladicte église est toutte parée desdictes blances pierres. Aussy les formes de lasusdicte église sont par dehors du cœur touttes desdictes pierres. Au letrin de ladicte église, là y a faict desdictes pierres à manière de deux chaieres de prescheurs esquelles on chante l'espitre à celle de bonne main et l'évangille à l'aultre et par tout ledict pais tant d'Italy, Lombardye et de Venize. Desseure le grand autel, là sont trois angeles lesquelz environ à l'ofertoire on avalle dont l'ung desdictz porte l'hostye pour célébrer la messe, l'aultre le vin et l'eaue et le tiers la toille pour essuier les mains de l'évesque, lequel chantoit la messe. Puis quand on retire lesdictz angeles, on leur mect à chacun ung chappelet de fleurs sur leurs chiefz quy est chose fort plaisante à veoir. Là y a plusieurs coronnes pendantes ainssy que à Nostre Dame de Cambray. Là y a plusieurs [fol. 23 r.] chirons et est ladicte église fort bien allumée. Et chacune desdictes coronnes à maniere de chappeaux faitz de roses et violettes et herbes alenthour. Et est la nef de ladicte église fort longue. En icelle je me confessay dieu scet comment et me convint confesser en latin car je n'eusse sceu trouver nul prebstre parlant la langue francoise. Mais j'en fis tout du mieulx que je peus. Et là recupz nostre Seigneur. Et quand on accommunye par tout le pais le seigneur d'église quy vous accommunira il tiendra le corpus domini une espace de tampz entre ses mains et vous remonstrera en son langaige comment c'est celluy quy nasquit du ventre virginal le jour du Noël, comment c'est celluy quy a pour nous recupt mort et passion le jour du bon vendredy et au tiers jour resuscita de mort à vie, quy est monté aux cieulx et qu'il viendra juger les mortz et les vivantz au jour du jugement. Laquelle chose est fort noble à veoir et moult dévote à tous crestiens. Devant ladicte église, là y a le plus bel hospital et le plus riche que je vidz oncques et y a de nombre bien près de Vc lictz et sy a tous les jours trois messes fondées, ung cyrurgien, médecyn et les lictz fort bien aérés.

Ladicte ville est une cité fort anchienne. Environ le marchiet y a une place où on descent fort bas et à degrés et est pavée de grandes [fol. 23 v.] pierres. Et quand le soleil est fort chault, on descend en bas et va on pourmener là dessoubz.

Là environ hault sur une colonne y a une louvesse toute dorée de fin or laquelle allaicte deux enffantz c'est à scavoir Rémus et Romulus et cela signifie que c'est terre papalle. Les armes de ladicte ville sont une croix droicte de gueulles, le champ d'azur et sur le tout V croissant d'or.

Ossy les damoyselles de ladicte ville sont fort triomphantes et ont par tout le pais (comme dessus est escript) des forts haultes patoufles, le desseure tout de drap d'or ou de velours cramoisy. Et pource que lesdictes pantouffles sont tant haultes il est nécessité d'avoir deux chambrières pour les tenir par les mains et les mainent comme on faict en nostre pais les petitz enffans, ou tout du moins lesdictes damoiselles sapassent à pas de jaiant. Et est telle la coustume par tout le pais. Aussy lesdictes demoiselles ont leurs cottellettes ouvertes depuis la fachon en amont pour monstrer leurs belles chemises car elles sont laschiés aux anneletz d'argent et aulcuns anneletz d'or. Et ont la fachon de leursdictes cottelettes à court corpz. Et ne tiennent les hommes compte de petittes femmes, selles ne sont fort grandes et puissantes et pource lesdictes femmes ont tousjours haultes pantouffles.

   Pareillement les [fol. 24 r.] hommes dudict pais on tousjours les chauches semelées et long vestus mais la raison est pourche qu'il faict là tousjours beau et qu'il n'y pluet peu ou néant. Et quand il y pleut ce sont faictes les maisons à grandes saillies parquoy on va tousjours en belle voie et ainssy est par tout cedict pais sicomme Ytalie, Lombardie et Venize.

Moy estant en ladicte ville de Sennes, la veille au disner, je m'aprochay de aulcuns hostes lesquelz estoient logés en ladicte hostellerie de la coronne et leur demanday : « Quy est ce seigneur lequel est logés chéens et vers où il tyre? ». Et ung gentil homme me respondit que c'estoit monseigneur le chantre de Bourbon lequel tiroit à Romme et je luy demanday quand il partiroit, et ledict gentil homme me respondit que ledict seigneur partiroit incontinent qu'il auroit disné. Et adonc je lui respondis : « Et comment il est jour de Pasques, ce n'est mye ung jour pour partir! ». Néantmoins je fus tout esmayé quand mon hoste me dict que ledict seigneur estoit party. Et incontinent je paiay mondict hoste et me partys tout seul. Et men vins coucher au villaige et chastelet de Boncouvent à l'hostellerie de Sainct Anthoine en laquelle je trouvay ledict seigneur et toutte sa compaignie. Et moy estant illec, ledict seigneur enquist à aulcuns de mon estat et me fit souper avec luy et à sa table [fol. 24 v.] et veult pource que j'estois seul que je couchasse de sa grâce en sa chambre. En laquelle nuict il me interrogea très fort de mon estat et là où j'allois. Et commanda à trois de ses serviteurs lesquelz alloient à pied, qu'ilz ne me habandonassent point et qu'ilz n'allassent point plus fort que moy.

Je me partys le lundy VIIe d'apvril après Pasques de l'année 1488 dudict Boncouvent. Et lors les dessusdictz trois serviteurs, l'ung print ma robe, l'aultre mon espée et l'aultre ma bougette et les me portèrent tout jusques à Romme. Et leur donnay à eulx toutz ensamble environ demy florin d'or pour eulx boire. Et m'en vins disner à Sainct Clerico, reciner à La Palle et coucher au Pont Consentyn et fus pour cedict jour fort grande journée et maulvais chemin, le pluspart ravains et fis cedict jour XXIX milles.

Je me partys le mardy VIIIe dudict moys dudict Pont Consentyn, desjuner à Kapendente puis à Sainct Laurentio à la ville de Bouchena, reciner à Montflascon, lequel est sur une haulte roche et coucher à Viterbece. Et pour cedict jour XXVI milles. Depuis ladicte ville de Sainct Laurentio y a ung lac quy vient jusques à la ville de Montflascon. En la dicte ville y a du [fol. 25 r.] bon muscadet mais il est périlleux à boyre car c'est toutz les copz pour prendre les fièbvres. Et ne fut que nous cheminasmes et courusmes la pluspart à la vallée dudict Montflascon en venant audict Viterbe, je croidz que nous eussions estés toutz très fort malades. Venant dudict Montflascon à Viterbe, sur la bonne main, y a des baingz chaultz. En ladicte ville de Viterbe gist le corpz de la glorieuse saincte Rose laquelle est en chair et os. En laquelle église sont dames réformées, ausquelles on achapte des chaintures quy Est à scavoir que de plus près que nous [fol. 25 v.] approchons Romme d'autant faict plus périlleux adcause des mourdreurs. Audict Bachan est le logis fort dangereux. Et fus fort mal couchés car ledict seigneur chantre et moy fumes couchés en ung lict auquel nous aviesmes les gambes et les piedz toutz nudz ad cause que le lict estoit tant court et maulvais.

Je me partys dudict Tourbachan le joeudy Xe dudict mois fort matin. Et sont toutz bos jusques à bien près de Romme, cras pays, assez montaignes et vallées quand on est hors du bois. Et pour cedict jour nous fumes fort mouillés. Et vinsmes jusques à le croix de Montmartre de laquelle croix on percoipt la saincte cité de Romme. Et là endroit, je salluay nostre Seigneur Jhésus Christ, la vierge Marie, monseigneur sainct Pierre et sainct Pol et tous les glorieux sainctz et sainctes de paradis. Puis je m'en vins audict Romme et estoit environ XIX heures quy est environ une heure après disner en nostre pais, et cheminay pour cedict jour environ VIII milles, et la reste dudict jour, je eus assez à faire de moy nettoier et mettre à point.

De la ville et Saincte cité de Romme, aussy des églises et indulgences estantz en icelle plainière description.

    [fol. 26 r.] Le vendredy au matin le XIe d'apvril après Pasques, année divine mil IVc IVxx et VIII, je m'en vins en camp de flours à tout plusieurs lettres, entre lesquelles j'en avois deux de grand recommandation : l'une adreschante à Pierrequin Sellenbien au banc des mousquerons, laquelle je présentay audict Pierrequin. Et fus fort bien recupt audict bancq et y fus logés tout autant comme je fus audict Romme.

Cedict jour je présentay l'aultre lettre de recommandation à monseigneur l'évesque de Tournay lequel s'appelloit de surnom Monissart, natif de la ville de Montz en Haynaut et estoit doyen de l'église Nostre Dame de la Salle en Vallenciennes, et avoit esté en son tampz maistre d'hostel de notre sainct père Sixte IVe de ce nom. Et pour cedict jour encoires estoit il de la maison du pappe Innocent VIIIe de ce nom et aussy grand maistre d'hostel dudict pappe. Auquel évesque de ma josnesse j’avois en grande cognaissance et ce adcause que j'avois par plusieurs années chanté à touttes les heures du jour, là où il avoit esté présent. Lequel seigneur, madicte lettre présentée, me recognut très bien et me fit fort grand chière. Et luy dis mon cas comment j'estois déliberé d'aller en Hierusalem sy je povois avoir [fol. 26 v.] le congiet de nostre père sainct. Lequel seigneur me dict après plusieurs devises que je retournasse à lendemain environ l'heure de XII heures quy est en notre pays environ VI heures du matin et que sy luy estoit possible, il me feroit parler à nostre père sainct. Et je luy demanday s'il estoit de nécessité de demander ladicte licence de bouche ou par supplication. Et il me répondy que sy c'estoit pour moy seul pourtant que j'estois présent qu'il n'estoit point de besoing. Et je luy dis que je le voulois avoir pour deux ou pour trois avecq moy et adonc ledict évesque me respondit qu'il estoit nécessité (comme dict est) de le faire par supplication. Et lors je m'en retournay dudict évesque, lequel demoroit au palaix avec ledict pape. Et renvoia avec moy Sire Jan Doucet, prebstre et chanoine de la Salle en Vallenenciennes et luy ordonnay tout et sy longuement que je serois en ladicte Saincte cité de Romme qu'il me tenist compaignie et ne luy demandoit ledict seigneur nul service sinon qu'il fuist tousjours avec moy. Et il me monstrast les sainctz lieux de ladicte cité.

Le sabmedy nuict de Pasques closes, XIIe d'apvril audict an, au matin, je me présentay par devant mondict seigneur l'évesque de [fol. 27 r.] Tournay, lequel me mena jusques assez prèz la chambre de nostre père sainct et là endroit me fit demorer une petitte espace, puis il retourna et me mena dedens la chambre dudict père sainct. Et me trouvay sur un costé jusques à ce que ledict seigneur me fist signe. En ladicte chambre y avoit environ X cardinaulx lesquelz estoient là venus pour aller avec le pappe à la messe. Et vis premiers yssir dehors de ladicte chambre ung fort beau jeune filz portant une double croix d’argent. Et en après, toutz les cardinaulx venoient au pappe lequel estoit tout droit allencontre des piedz de son lict, revestu d'aulbe, ung tunique et par dessus une cappe et sur son chief avoit une mittre blance. La chambre estoit tendue de blanc damas, la glorieuse Magdalayne faicte de brodure au plus près de son lict, laquelle chambre estoit sur le gardyn que on dict du « beau regard ». Aux mains dudict pappe, une paire de blancz gandz. Sur le gand de la mayn droicte fort bien ouvré de brodure d'or et plusieurs anneaux aux doigtz de ladicte main, et lors venoient les cardinaulx et faisoient la révérence au pappe et puis il leur donnoit sadicte main droicte à baisier et à cescun donnoit sa bénédiction. En après [fol. 27 v.] yssoient de ladicte chambre et ainssy chacun l'ung après l'aultre et les regardoye.

Après quand il fut heure que mondict seigneur de Tournay me eult faict signe, je me jectay par III fois à terre et à la tierce fois, je me jectay jusques aux piedz de nostre père sainct et là endroit je luy requis que de sa grâce il me donnast son congiet d'aller moy même en la Terre Saincte et que j'eusse sa puissance pour deux pellerins avec moy, telz que bon me sambleroit quand je serois arrivé à la ville de Venize, c'estoit à dire que à ceste heure j'estois pappe pour eulx. En oultre je luy requis qu'il me restituasse en l'estat d'innocence et qu'il me donnast sa saincte bénédiction. Et adonc je luy présentay de ma main en la sienne ma supplication, laquelle il recupt très bénignement et la regarda puis la donna à garder audict seigneur évesque de Tournay. Lors il me regarda et m'advanca son pied et adonc je le baisay voire le sorlet dont le pied estoit couvert, lequel estoit de velours cramoisy. Et par dessus ledict sorlet, une croix de brodure d'or. Et me donna sa saincte bénédiction et me dict en italyen :

-Je t'accorde ta pétition, et te restitus en l'estat d'innocence à [fol. 28 r.] condition que en l'espace que tu seras en ceste cité tu visiteras une fois les VII églises, et yras à ceste heure en l'église sainct Pierre à confesse.

Et adonc ledict pappe, par le seigneur de Tournay fit appeler ung serviteur auquel ledict père sainct chergea qu'il me menast à ung prebstre et luy nomma M(aistre) Jehan auquel il vouloit que je me confessasse et luy dictes que je luy donne ma puissance et que je vueille qu'il le remect en l'estat d'innocence. Et lors ledict père sainct s'en alla à la messe. Après je le sievy et passay parmy deux grandes salles touttes tendues de tappisseries, l'une de l'histoire de la saincte et très doloreuse passion de Jésus Christ et l'aultre de la conqueste de la saincte croix. Et m'en vins en ladicte église de sainct Pierre avec le serviteur et messire Jehan Douchet, lesquelz incontinent trouvèrent le personnaige que nostre père sainct m'avoit ordonné. Lequel estoit fort excellent et doulx et grand clerc, de bonne vie, et de environ de LIIII à LX ans, auquel je fis ma confession telle que en tel cas appartient voire au mieulx que je peux non point sy très bien que je vouldroie et comme je deusse avoir faict.

Ladicte supplication fut portée en la chancellerie et de là en après comme vous direz[fol. 28 v.] en l'audience et ossy signée tant du pappe, de l'audience comme de la chancellerie et tout me cousta tant seulement que l'escripture de ung gros dont il en y a XVI pour un ducat.

Copie en latyn et comme je la portay en la main de nostre père sainct de mot l'ung apres l'aultre comme il senssuit […] //

    [fol. 29 r.]Senssuit la main de notre pere sainct en fort grosse lettre comme font par deça roys ou princes. Fiat ut petitus. I. Et quis presentis supp… sola figura supplicat. Fiat I .Signe de la chancellerie. Datum Roma apd S. Petrum decimo octavo kalende anno quarto, Signes de laudience. L° IX fo CCLXXVIIII.

Le dimence que on dist de Pasques closes XIIIIe dudict mois, je me levay fort matin accompagné de Pierrechon Sallenbyen et d'ung aultre jeune filz de la ville de Lisle, lesquelz avoient par longue espace demoré en ladicte saincte cité de Rome. Et me menèrent aux VII églises principalles et tout à pied. Et commencasmes premiers à l'église Sainct-Pol. Après à l'église de Sainct-Fabien et Sainct-Sebastien, à Sainct-Jehan de Latran, à l'église de Saincte-Croix, à l'église de Sainct-Laurent, à l'église de Nostre-Dame la maiour, à l'église de Sainct-Pierre. Auxquelles églises dont j'en rendz grâces à Dieu, je fus sans boire ni menger, dont j'estois, selon mon advis, devant IV heures du matin hors de mon logis et estoit près de deux heures après disner quand je revins desdictes VII églises. Cedict jour à l'apres disner, je m'en allay à Sainct-Pancras en laquelle église pour cedict jour, il estoit station et y avoit fort grand peuple.

Je fus en ladicte saincte cité par l'espace de XII jours lesquelz je fus fort festoiez [fol. 29 v.] de plusieurs mes bons amis et aussy adcause des lettres de recommandations que j'avoys porté de pardecha. Entre lesquelz mondict seigneur de Tournay me donna à soupper au pallais. Ung aultre jour je disnay et souppay au bancq de scraeppe, et à la maison Guillame Pietre, et sy me donnèrent à souper monseigneur M. Nycolle Fontenis archidiacre de Anvers et chanoine de Cambray. M. Nicolle Rembert chanoine de ladicte église et M. Nicolle Boulengier ossy chanoine de la susdicte église de Cambray.

S'enssuivent les églises de Rome dont plusieurs en y a entre lesquelles VII principalles sans comparaison de plus grande saincteté et aussy auctorité que les aultres, et parleray aussy des dignités estantes en icelles au mieulx que polray comme il s'enssuit et premiers.

LA PREMIERE EGLISE quy est la principalle non point de Rome tant seulement mais de tout le monde c'est l'église Sainct Jehan de Latran laquelle au tampz passé estoit le pallais des empereurs, dont lempereur Constantin le donna à Dieu, à monseigneur sainct Silvestre à ce jour pappe de Rome, lequel sainct le dédia en l'honneur de sainct Saulveur, de sainct Jehan Baptiste et sainct Jehan l'évangeliste. Et se y a pour chacun jour de pardons en ladicte église donnés tant par ledict sainct Silvestre [fol. 30 r.] comme aussy de monseigneur sainct Grégoire tous deux pappes, la somme de XLVIII ans et autant de XLnes, aussy la rémission de la tierce partie de tous ses pechetz. Aussy lesdictz deux pappes ont donnet à tous ceulx quy dévotement visiteront ladicte église tant de pardons qu'il n'est personne nulle quy scauroit nombrer les pardons estantz dans ladicte église sinon Dieu seul. Et l'aprennne sainct Boniface aussy pappe dudict Rome. Car dict ainssy ledict Boniface: « Sy on scavoit les pardons quy sont en ladicte église il ne seroit nul besoing d'aller en Hiérusalem ne aussy à sainct Jacques ». Et s'il y a aulcuns venant en ladicte église pour confesser en dévotion, en oraison ou en pèlerinaige tous ceulx peuvent estre absolz de tous leurs pechetz. En ladicte église, le jour sainct Salvator quy est hiet le XIe de novembre ou le dimence devant le sainct Martin, cedict jour il y a plainière rémission de toutz pechetz. Là y a tout au fons une fort vieille cappelle, en icelle est l'autel sur lequel monseigneur sainct Jehan Baptiste luy estant au désert faisoit sa prière et oraison. En ladicte cappelle est la table sur quoy nostre seigneur Jésuscrist fit la cène le jour de blanc jeudy avecq ses disciples. Là aussy y a deux tablettes de Moyse là où est escript le viel testament. Là est la [fol. 30 v.] verge dudict Moise et de Aaron et touttes ches choses ont apporté Titus et Vaspasien de la saincte cité de Hiérusalem avec ce IIII colonnes touttes creuses plaines de la terre saincte de ladicte cité, lesquelles sont au plus prèz du grand autel de ladicte église. A l'aultre costé de ladicte cappelle y a une partie de la porte dorée. Sur lesdictes IIII colonnes y a ung autel sur quoy sont reposantz les chief de sainct Pierre et sainct Pol et ung peu devant ce que on les doibt monstrer on sonne une grosse cloche. Et en les montrant on sonne des petittes clochettes et quand l'évesque et ceulx quy les doibvent monstrer sont montez à mont on tire l'eschelle et le pend on en l'air l'espace que on les monstre et aussy tant qu'ilz soient renfermés. Et alors tous ceulx quy sont confez et repentantz et qu'ilz les voient on dict qu'ilz ont plaine rémission de tous leurs pechetz. Et se peut on confesser devant ou après, ou au moins ilz ont autant de pardons que on a quand on monstre le sainct Véronicle. En ladicte église ung peu oultre ainssy comme derrière la thesaurie, là y a ung autel auquel on ne void goutte, on dict que quiconques y faict dire une messe de requiem pour son père ou sa mère ou pour quelconque personne que ce soit en cas que l'âme dicelluy pour quy il le faict dire soit es paines de purgatoire pour autant de messe qu'il faict dire, il peult mettre de âmes dudict [fol. 31 r.] purgatoire en paradis. En ladicte église y a deux ampolles plaines d'eaue et de sang yssus du costé de nostre saulveur. Le sainct suaire, la blance cotte en laquelle Hérode le renvoia à Pilate. Le linceux dequoy il ressua aux aposteles les piedz en faisant la cène. Des V pains d'orge dequoy il refectionna Vm hommes, de la circoncision de Jésuscrist, ung coeuverchief de la vierge Marie, le chief de sainct Zacharie, des cheveulx et du sang sainct Jehan Baptiste, la robe laquelle estoit faicte de poilles de chameaux, de la manne laquelle cheit quand on trouva la sépulture de sainct Jehan l'évangeliste, la robe dudict sainct en laquelle furent affulées deux créatures mortes lesquelles ressussitèrent, le vaisseau auquel il but le venin. Le chief de sainct Pancras. Et tous ces reliquaires et plusieurs aultres, on les monstre par les festes de Pasques sur ung grand hourt à l'apres disner. Pour yssir hors de ladicte église et du mesme pourpris à la main gaulche y a ung huis à III ou IV degrés et puis une salle en laquelle y a ung grand marbre sur IIII colonnes quy sont dudict marbre et samble assez estre ung autel, mais on dict que c'est la haulteur de nostre seigneur Jésuscrist, et va on dessoubz en allant à procession. Et en issant hors de ladicte salle il y a III issues et dict on que nostre seigneur passa parmy l'une des III [fol. 31 v.] et pource que on ne scet par laquelle des III en allant à procession on passe parmy touttes les III. Et ung petit oultre vous trouveres une pierre ronde et onnye de la grandeur de une aulne et y a hault en pourtraicture ung sainct Jacques pour che que on dict que quand sainct Pierre estoit pappe de Romme il alloit en ceste place et de là il voit sainct Jacques chanter la messe en la ville de Compostelle au pais de Gallice. Ung petit oultre sur ladicte main gaulce là y a une chaiere de pierre de porphyre trouée sur laquelle quand on a eslu ung pappe on l'assiet sur ladicte chaiere et le taste on par dessoubz pour savoir s'il est homme ou femme pour ce qu'il y eult une femme quy fut pappesse. Droit devant là y a deux huis et en ceste place quand le pappe est trespassé on y eslit ung nouveau pape. Là tenant l'une d'une part et l'aultre de l'aultre sont deux colonnes lesquelles on dict estre apportées de Hiérusalem. Ung petit oultre vous trouverez la cappelle que on dict sancta sanctorum en laquelle les femmes ne peuvent entrer jamais, en entrant dedans laquelle on acquiert plaine rémission de tout ses péchetz. Et là est l'ymage de Jésus en le aige de XII ans, et est en forme de painture [fol. 32 r.] et le paindit monseigneur sainct Luc. En laquelle cappelle en entrant c'est une longue allée et boute on très fort pour entrer dedens mais quand on est dedens il samble que on ne touche l'ung à l'aultre et n'y chante nul prebstre messe là dedens à grand paine et à fort grand crainte y chante ung pape une messe en toutte sa vie, pour la grande saincteté quy est en celle cappelle. Audehors là y a une petitte place et ung petit autel sur lequel les prebstres chantent la messe et au devant dudict autel au mur de ladicte cappelle, une treille de fer par laquelle ledict prebstre regarde oultre ladicte treille et a le visaige à l'autel dudict sancta sanctorum et par là les femmes regardent en la cappelle faisant leurs oraisons.

Au plus près de cestedicte place sont les degrés lesquelz estoient en Hiérusalem à la maison de Hérode sur lesquelz nostre Seigneur fut sy rudement bouté qu'il chiet dont il respandit son précieux sang comme on le void sur l'ung desdicts degrez et pardessus ledict sang il y a comme vous diriez une candestrepe sans pointe deseure et touche on de son doigt le précieux sang dont ledict degrés en ladicte place est comme ung fosselet mais pourtant le sang ne se mue point. Et quiconque [fol. 32 v.] monte cesdictz degrés en centtes et à genoulx et à chacun degré il dict une paternostre et une Ave Maria, il acquiert pour chacun degré IX ans de pardons et autant de XLnes et rémission de la tierche partie de tous ses péchetz. A l'aultre quartier de ladicte église vers la ville et du mesme pourpris, là y a une bien saincte cappelle, la cappelle de sainct Jan Baptiste a font, en laquelle les femmes ne pevent entrer sur paine d'excommuniement et en cestedicte cappelle y a plaine rémission. Et en issant hors là assez prèz là y a deux pilliers auxquelz quand nostre Seigneur fut condamnés à mort en la maison de Pilate, on mit à chacun ung estandart et les baise on en très grande révérence. Là d'emprès y a une cappelle en laquelle une femme rencontra son mary tenant ung baston en sa main et estoit fort courouchiés à sa femme pource qu'elle donnoit tant pour l'amour de Dieu, lequel homme cuidant frapper dudict baston sa femme, le baston saillit hors de sa main et ne sceut qu'il devint. Et lendemain quand il vint à la messe en ladicte cappelle, il percupt ledict baston lequel est encore en la mesme place où il saillit et lors qu'il appercut le miracle, incontinent il s'en retourna à la maison et pria à sa femme merchy et lui dict qu'elle donnast autant comme elle vouldroit pour l'amour de Dieu. Là tenant au dehors de ladicte cappelle y solloit avoir sur un pillier une croix [fol. 33 r.] laquelle une folle femme par grande dévotion baisa une aultre femme, vint ensuite baiser ladicte croix et avis qu'elle le baisa, pource que l'aultre femme estoit folle, elle le nettoia cuidant estre meilleure et lors la croix s'esvanouye. Et dict on qu'elle saillit dedans les murs de ladicte église. Là tenant et tout du pourpris de ladicte église, là y a une cappelle en laquelle est une grande cuve de porphire là où on debvoit fayre morir plusieurs innocentz et mettre le sang dedens ladicte cuve pour baigner l'empereur Constantin. Et disoient les médicins qu'il debvoit estre regary de sa lèpre. Ledict Constantin inspiré, ne le veult consentir. Et après qu'il eult recupt le sainct baptesme, dict à monseigneur sainct Silvestre pappe:

- Voicy ma maison laquelle j'ay donné à Dieu. Je vous prie et requiers qu'il vous plaise à y faire vostre grâce et votre largesse aussy vostre bénédiction, vous fiant de la miséricorde de Dieu à toutz ceulx quy de ce jour en avant viendront en che sainct lieu.

Respondit sainct Silvestre audict Constantin:

- Je prie à nostre saulveur Jhésus lequel te a regary de ta lèpre en recepvant le sainct baptesme que de sa grande miséricorde il vueil monder et laver de toutz pechetz ceulx et celles lesquelz viendront en ce lieu, en quel jour en quel tampz et en quel [fol. 33 v.] an que ce soit, et nous de l'auctorité de sainct Pierre et sainct Pol et nous de nostre puissance remettons et concédons à tous rLA SECONDE ÉGLISE fondée en Romme est l'église sainct Pierre qu'on dict en la montaigne d'or et là emprès est le pallais de nostre père sainct et pour aller en ladicte église vous monterez par V fois VII degréz et pour chacune fois que vous monteres chacun degré par pèlerinaige ou dévotion, dont il y a tout rassamblé ledict V fois VII degrés XXXV degrés tant aussy au descendre comme au monter, il peult gaigner pour chacun degré, VII ans de pardons. A chacun costé desdictz degrés sur une grande colonne l'ymaige de sainct Pierre et sainct Pol. Enssuivant vous passeres le portal de ladicte église et vous trouveres de plusieurs manières, tant de paternostres véronicles, des pennes de porc espic et plusieurs choses servantes aux pèlerins. Après vous viendres emmy une grande place en laquelle voires la cappe de Nostre Dame la ronde laquelle l'ennemy emporta par despit jusques là. Emmy ladicte place vous salueres une ymaige de la Vierge Marie laquelle est en peinture en un anglet entrant dedens ladicte église à l'enclenquemain devant laquelle ymaige aulcuns cocquins jouantz aux dés le malgreoient [fol. 34 r.] et despitoient et adonc, elle monstrant qu'elle estoit mère de Dieu, elle jecta laict de ses mammelles en ladicte place où on a mis des treilles de fer en chacune place où ledict laict fut respandu. A toutes personnes quy entreront dedens l'église sainct Pierre saluant Dieu, la Vierge Marie et monseigneur sainct Pierre pour chacun jour ilz peuvent acquérir 48 ans de pardons et autant de XLnes de la tierce partie de leur péchetz c'est à dire de leur pénitances enjointes. En ladicte église souloit avoir C et IX autelz lesquelz la plupart sont destruictz et pour chacun autel à les visiter il y a chaque jour XVIIIc ans de pardons. Entre lesquelz il y en a VII principaulx dont pour les cognoistre ilz sont toutz VII enclos comme vous diries de treilles de fer et sont plus grandement privilégiés de grand grâce et d'auctorité que nulz des aultres. C'est assavoir l'autel du sainct Véronicle, le IIe autel de la Vierge Marie mère de Jhésus, le IIIe lautel de sainct Adrien et de sainct Grégoire auquel autel ledict sainct respose, le IVe autel est de sainct Lyon lequel fut pappe dudict Romme, le Ve autel les apostres sainct Simon et sainct Jude, le VIe est l'autel saincte Croix et le VIIe est l'autel saincte Luce, dont a chacun de ses VII [fol. 34 r.] autelz y a VII ans de pardons plus que a nulz des aultres. Quant il est le jour sainct Pierre ou la feste des patrons de quelque autel que ce soit, le jour du Noël ou à Pasques, le jour de tous les sainctz ou à feste que on nomme en l'église double, toutz les pardons sont doublés en ladicte église, depuis le jour de l'annonciation de Nostre-Dame quy est en mars, il y a pour cedict jour avec tous les pardons, mil ans de pardons et à touttes festes jusques au premier jour d'aoust il y a XVc ans de pardons et autant de XVnes, et ossy rémission de la tierce partie de tous ses péchetz. En ladicte église repose dessoubz le grand autel la moitié du corpz sainct Pierre et la moictié du corpz sainct Pol et les deux aultres moictiés à l'église sainct Pol. Aussy reposent les corpz de sainct Symon et sainct Jude apostres. Le corpz de saincte Peronnelle vierge fille dudict sainct Pierre. Le chief de sainct André apostre. Le chief sainct Luc évangéliste. Le chief de sainct Sebastien martir. Le chief de sainct Jacques. Les c[?] de sainct Processe et Martiniani. Aussy plusieurs aultres corpz sainctz avec moult de reliquaires tant de martirs, confes comme aussy vierges. Le sainct Véronicle quand on le monstre pour autant de fois ceulx demorantz audict Romme y pevent acquérir IIIm ans de pardons, ceulx quy sont dentour Romme comme d'Italye, [fol. 35 r.] de Lombardye, pour autant de fois qu'yl les pevent veoir ilz ont VIm ans de pardons. Ceulx quy viennent par les vallées et montaignes, aussy par la mer, ceulx gaignent pour chacune fois qu'il le veoient XIIm ans de pardons et autant de XVnes et rémission de la tierce partie de leur péchetz.

Oraison à sainct Véronique

[…]

Oremus

[…]

[f.36 r.] En ladicte église, à la bonne main y a ung autel à mon advis de pierre de porphyre sur lequel les corpz de sainct Pierre et de sainct Pol furent divisés par nostre seigneur sainct Silvestre en l'an IIIc et XIX quand ceste église fut faicte. D'aultre part le cœur, à la main gaulce, là endroit est la chaiere de sainct Pierre mist en ung tabernacle enfermé, laquelle lui fut faicte quand il tint le siège de pappalité en la cité d'Antioce et ne le met on point dehors sinon le jour de la chaiere sainct Pierre. En ladicte église sont XII colonnes de marbre fort belles, entre lesquelles en y a une qui [fol. 36 v.] est enclose de fer tout à l'enthour de laquelle la vertu est fort grande. C'est la colonne à laquelle nostre saulveur Jhésus s'appoioit de son dos quand luy estant en Hiérusalem, il preschoit au peuple dedens le temple de Salomon. Pour le mieulx cognoistre, il y a par deseure comme vous diries ung chapeau comme on faict aux empereurs à trois coronnes, à laquelle il y a ung huis par lequel on met dedens ceulx et celles quy sont mallades de malladie caducques, c'est à dire hors du sens. Et adonc s'en va revestir ung prebstre et s'en vient conjurer l'ennemy et sera la personne en ung bref tampz morte ou garie. Et y a en l'huis ung petit trou pour le toucher car il la touche plusieurs fois. Mais à la dernière fois, il y avoit ung homme dedens, lequel estoit mallade mais je ne le vidz point co[?]rer pourche qu'il me failloit aller disner dont je m'en suis maintes fois repenti. D'aultre part ledict cœur de ladicte église vous trouveres une allée en laquelle y a plusieurs reucluses, vous passeres oultre, en après vous trouveres la cappelle que on nomme de Nostre-Dame des fiebvres et là emprès est la cappelle du roy de France fort triomphante. Là emprès partant hors de l'église mais c'est tout du pourpris d'icelle là y a ung fort digne cymetière en laquelle y a très grandes fosses, on y met toutz estangers quant ils sont trespassés et par espetial les pèlerins, en [fol. 37 r.] laquelle fosse les corpz sont tout consommés en os en trois jours et s'appelle cedict lieu la cappe saincte c'est à dire la terre saincte. Et ce ia il une telle cimentière et de telle condition audict Rome en l'église de sainct Grégoire. Venant de la croix de Montmartre entrant à la porte de la saincte cité entre la porte et le palais, là estLA TROISIESME ÉGLISE c'est l'église de sainct Pol pour aller à ladicte église vous passerez par d'emprez la montaigne que on dict de toutte terre. Entre ladicte montaigne et la porte pour aller à ladicte église quy s'appelle la porte de cappena, là est la sépulture de Rhomulus, frère audict Rhémus et est la sépulture de telle fachon comme l'aultre. Sur le caulchie à l'enclenquemain, là y a ung grand marbre du camp sur une grande colonne parmy lequel marbre y gectent les pèlerins des cailloux et en y a beaucop. Et dict on que sainct Silvestre venant de béneir l'eglise sainct Pierre, et voeullant béneir en ce mesme jour l'église sainct Pol, là endroit il percupt que le jour luy failloit, adonc ledict sainct fit sa prière à nostre Seigneur luy priant que de sa grâce il luy pleust que ce qu'il avoit commenchiet il le peust parfaire. Et lors nostre Seigneur exaulca sa prière et demora le soleil en son estat jusques à bien près de minuit [fol. 37 v.] et qu'il eult consacré ladicte église de sainct Pol, et en mémoire de ce, ladicte pierre est en ceste place comme on dict. Ung petit oultre sur la bonne main, il y a une grande croix en mémoire de ce que quand on menoit morir les benoistz apostres sainct Pierre et sainct Pol en ce mesme lieu se fit le partement des deux. Sainct Pierre fut mené sur la bonne main tout en hault pour estre pendus et à présent y a en ladicte place une petitte église laquelle s'appelle l'église sainct Pierre, montay on à présent il y a deux ou III cordeliers, et fut pendus ledict sainct Pierre en une croix les deux piedz en hault entre les deux pilliers du grand autel. Et ledict sainct Pol pource qu'il dict qu'il estoit noble homme il fut mené tout droit et oultre ladicte église sainct Pol en la place que on dict à trois fontaines dequoy on parlera cy après auquel lieu il fut descapité. En ladicte église de sainct Pol il y a chacun jour XLVIII ans de pardons autant de XLnes et la tierche partie de ses péchetz. Le jour de la conversion sainct Pol y a C ans de pardons. Le jour des Innocentz dont il y en a plusieurs XLVIII ans de pardons. Le jour de la dédicasse laquelle est es octaves de sainct Martin il y a M ans de pardons et autant de XLnes aussy rémission de la tierche partie de tous ses péchetz. Quy iroit tous les dimences par l'espasse d'ung an ladicte église il y a autant de pardons comme se il faisoit ung voiage à sainct Jacques en Galice. En ladicte église est [fol. 38 r.] le bras de saincte Anne, mère à la vierge Marie, une chaine de laquelle sainct Pol fut lyé et tant d'aultres reliquaires quy seroit long à racompter. Comme dit est, devant à sainct Pierre, audict sainct Pol, est la moitié du corpz de sainct Pierre et sainct Pol lesquelz reposent dessoubz le grand autel. Là repose le corpz de sainct Thimotée disciple de sainct Pol. En la croutte de ladicte église reposent les ossementz de sainct Celsus, Iulianus et Basilissa. Sur la bonne main dedens le cœur, là est ung crucifix qu'il parla a saincte Brigide laquelle estoit recluse en son tampz et demoroit en ladicte église à l'encontre dudict crucifix.

LA QUATRIEME ÉGLISE est à saincte Marie Majour, en laquelle comme aux aultres il y a tous les jours XLVIII ans de pardons, autant de XLnes et la rémission de la tierce partie de ses péchetz. S'enssuivent les reliquaires estantz en ladicte église. Le corpz de sainct Mathieu apostre lequel repose dessoubz le grand autel, le chief dudict sainct Mathieu, le corpz de sainct Hiérome, l'ung des IIII docteurs de la Saincte Église, les corpz des sainctz Rumulde et Rédempte, le couvertoire nostre Seigneur duquel il estoit envelopé, l'estolle sainct Hiérome, le bras sainct Mathieu apostre et évangéliste, le bras sainct Luc évangéliste, le bras sainct Thomas archevesque de Cantorbe et martir, le chief et le bras de saincte Vivienne vierge et martir, la grèbe où nostre saulveur fut mis en Bethléem [fol. 38 v.] pour estre reschauffé du beuf et de l'asne. Et plusieurs aultres reliquaires de sainctz et sainctes lesquelz on monstre le jour de grand pasques à heure de vespres. La nuit de l'ascension, en laquelle église on celèbre la feste de la translation sainct Hiérosme, lequel repose en ladicte église, cedict jour à son autel y a plaine rémission de tous péchetz donné par le pappe Pie IIe de ce nom. En ladicte église à tous les jours de nostre Dame, il y a pour chacun jour M ans de pardons, et depuis le jour de l'assomption de la benoiste vierge Marie jusques au jour de la nativité d'icelle il y a pour chacun jour à ceulx quy la vont visiter XIIm ans de pardons.

LA CINQUIESME ÉGLISE est de sainct Laurent hors des murs dudict Romme en la voye de Tyburtine en laquelle église il ia comme aux aultres pour chacun jour XLVIII ans de pardons, autant de XLnes aussy la rémission de la tierce partie de tous ses péchetz. Droict à l'enclencquemain hault est emmurée au plus près du grand autel la pierre surquoy quand on rotissoit sainct Leurent le gril estoit mis dessus, aussy quand il fut rosti et mort il fut mis sur ladicte pierre. Le jour de sainct Estienne, premier martir, le jour de sainct Leurent dont les deux corpz reposent ensamble dessoubz le grand autel, par les octaves desdictz II sainctz. Aussy aux festes que on [fol. 39 r.] dict les stations en ladicte église il y a pour chacun jour C ans de pardons et autant de XLnes aussy la rémission de la tierce partie de tous ses péchetz donnés a passé plusieurs ans. Le pape Calixte IIIe de ce nom a donné audessus de tous cesdictz pardons à touttes les festes tant des stations comme dudict sainct Leurent sainct Estienne, aussy les octaves dictes à tous filz de saincte église vrays confes et repentantz quy visiteront ladicte église plaine rémission de tous péchetz. Et quiconques va à ladicte église par toutz les merqredy ung an de long il peut mettre une âme de purgatoire en paradis. Ce a faict la requeste que fit sainct Leurent à nostre Seigneur Jhésus. Le pape Pélagius, lequel consacra ladicte église par le jour des quattre tampz donna à tous les quattre tampz et ossy par les octaves à tous ceulx quy visiteront ladicte église pour chacun jour IIIC ans de pardons et autant de XLnes et la rémission de la tierce partie de tous ses péchetz.

LA SIXSIESME ÉGLISE est de sainct Fabien et sainct Sébastien, toutz deux martirs en laquelle église il y a comme aux aultres pour chacun jour XLVIII ans de pardons et autant de XLnes et [fol. 39 v.] aussy rémission de la tierce partie de tous ses péchetz. Avec che y a pour chacun jour M ans de pardons donnés par le pape Pélagius. En ladicte église y a ung puich auquel les corpz de sainct Pierre et de sainct Pol furent trouvés, auquel lieu y a autant de pardons comme en l'église sainct Pierre et sainct Pol. En icelle église le pape sainct Silvestre, sainct Grégoire, Honorius, Pélagius, Nicolas, Jehan, toutz papes dudict Romme ont donnés chacun M ans de pardons en quelque tampz que ce soit en l'an que on y vienne par dévotion ou en pèlerinage. Illec repose à l'autel embas et y descend on à plusieurs degrés le corpz de sainct Sébastien. Auquel autel on fait dire messe pour les âmes des trespassés, et dict on que celluy quy chante la messe, ou celluy quy la fait chanter à l'intention de quelque personne, sy la personne pour cui il la faict chanter est en purgatoire il le peult mettre en paradis. Et aussy pour autant de fois qu'yl faict dire audict lieu une messe de requiem autant d'âmes dudict purgatoire en paradis peult ledict prebstres et la personne meritter. En ladicte église repose le corpz de sainct Fabien pape et martir, le corpz de sainct Estienne pape et martir, le corpz de saincte Luce vierge et martyre [fol. 40 r.] laquelle sainct Sébastien ensepvelit. Aussy y a XVIII papes lesquelz ont esté martirs et reposent en ladicte église et ont chacun donné tant de pardons que on ne les sauroit nombrer pour la grande multitude. À la cymentière de sainct Calixte, là y a plaine rémission de toutz péchetz et C ans de pardons. En ladicte église y a une fort grande croutte en laquelle sont la pluspart de cesdictz corpz sainctz, et y faict fort dangereux à y aller et n'y peult on aller sans lumière et encoires bien à grant paine car l'air quy est en terre souvent il estainct la chandeille.

LA SEPTIESME ÉGLISE c'est de Saincte Croix que on dict en Hiérusalem, en laquelle il y a tous les jours comme aux aultres églises XLVIII ans de pardons et autant de XLnes et aussy la rémission de la tierche partie de tous ses péchetz. Au grand autel reposent les corpz de sainct Anastase et sainct Césare, dessus ledict grand autel, le tablet quy fut desure la croix de notre seigneur où il y a Jhésus de Nazareth roy des juifz. Audict autel est le corpz du bon larron, des dens de sainct Blase martir, et plusieurs aultres reliquaires et sont chartroux en ladicte église. Là aussy y a une cappelle laquelle s'appelle Hiérusalem laquelle [fol. 40 v.] consacra monseigneur sainct Silvestre pape et la nomma en consacrant Hiérusalem. Dedens l'autel y a deux ampolles, l'une plaine du sang de notre seigneur, l'aultre de ladicte vierge Marie. L'esponge quy fut mise à la bouche de notre saulveur quant il dict en labre de la croix sitio, laquelle estoit plaine de venin, ung des cloux de notre seigneur et une grande partie du vestement sainct Jehan Baptiste. En ladicte cappelle tous les dimences et tous les merqredy de l'an il y a XIIc ans de pardons et toutz les aultres jours IIIc ans de pardons. Aussy y a une grande partie de la croix notre seigneur et deux espines de sa saincte coronne. En ladicte cappelle nulles femmes ny peuvent entré sinon une fois l'an sur paine d'excommuniment c'est la nuit de sainct Benoist au mois de mars. Ce dict jour est le jour de la dédicasse de ladicte cappelle. Ce dict jour le pape Estienne quy repose au dict lieu a donne à touttes personnes rémission de tous péchetz. Depuys le jour du mi-quaresme jusques aux octaves de pasques, il y a tous les jours en la dicte capelle station. On dict que tout che dont susdicte capelle est faicte pierres, savelon, mortier, couverture [fol. 41 r.] et en général tout che qu'il appartient saincte Hélaine et Constantin le firent apporter de Hiérusalem. Ung homme quy auroit promis d'aller audict Hiérusalem et quand il viendroit à Romme et se confesseroit et diroit qu'il auroit promis d'aller en Hiérusalem on dict qu'il poulroit avoir très bien faict son pèlerinaige audict lieu et seroit dispensé en aultre manière comme fut ung jour quy passa ung natif de la ville de Mons en Haynaut. Advint ung jour que ung pape trespassa et fallut eslir ung aultre, et ung homme quy avoit grand désir de le estre et ne scavoit adviser comment ne par quelle fachon il y polroit advenir. Lors le diable s'aparut à luy et luy dict: « Tu désires très fort d'eDemande, dict l'aultre.

Je vueil, dict le diable que tu me prometz que jamais tu ne chanteras messe en Hiérusalem et que tu me donnes lettres quy seront escriptes de ta main et de ton sang. » Celluy luy promis comme dict est et luy en fit lettres, puis qu'il fut pape dedens ung tampz après advint que une pestilence couroit aval Romme, et luy avec ses cardinaulx esmutz de dévotion conclurent de faire une procession et qu'il yroit chanter la messe en l'église [fol. 41 v.] de Saincte Croix et pour plus dévotement faire, chanteroit messe en la cappelle de Hiérusalem. Cela conclud par le pape et aussy tout le clergiet, on fit la procession et ledict pape chanta la messe et après avoir consacré le corpus domini, nostre Seigneur vueillant monstrer ses miracles, advint que plusieurs diables en forme de grandz gros et noirs corbaux cryantz, bruantz et menantz une terrible et merveilleuse huée, ledict pape très fort esmeu demanda à son diacre quelle choze il oioit. Il luy dist que c'estoient les merveilleux corbaux. Adonc ledict pape luy dict:

« Où suys je?

Ledict diacre luy respondit :

-Père sainct, vous esLors ledict pape eult mémoire de che que en tampz passé avoit promis au diable que jamais ne chanteroit messe en Hiérusalem mais il n'entendoit pas que ce fuist la Hiérusalem mais vouloit dire en la saincte cité de Hiérusalem. Néantmoins, c'est Hiérusalem car assez appert par che présent miracle. Et dict ledict pape que après la messe l'on le despeschasse par petitz morseaux sans rien toucher au cœur et tout finist jectez auxdictz corbaux. Et se lesdictz corbaux touchoient à sondict cœur que l'on ne priast jamais pour luy. Cela fut faict à l'issue de ladicte église devant tout le peuple où il confessa son [fol. 42 r.] cas et fut faict comme dict est, les corbaux prindrent toutte la chair et ne touchèrent pas au cœur dudict pape et adonc chacun se mist en oraison et prièrent pour luy. Et pour le présent, la pierre sur quoy il fut despeschet elle est encoires là à la main gaulce en entrant à ladicte église de Saincte Croix.

S'enssuivent les noms des aultres églises estantes audict Romme.

L'ÉGLISE DE NOTRE DAME que on dict passant le Tybre à la fontaine de Lolle en tampz passé, c'estoit à dire que quand l'huille de l'onction viendroit c'estoit le sainct baptesme ou au moins à la nativité de JhésusChrist que tout seroit consommé, ceste église est fort belle, et y a station le IIIe joeudy de quaresme.

L'ÉGLISE DE SAINCT GRISOGONE en laquelle y a le bras de sainct Jacques apostre, la cappe de sainct Adrien apostre, le chief de sainct Preface en laquelle église y a grandz pardons et est siège de cardinal et y a station le lundy après dominica letare que on dict le repas dimence.

L'ÉGLISE DE SAINCTE CÉCILE vierge, passant le Tybre en laquelle église repose le corpz de ladicte saincte, les corpz de sainct Tibure et sainct Valérien et sainct Lucuis pape et sainct Maximin et tous cesdictz corpz sainctz reposent au grand autel avec plusieurs aultres sainctz reliquaires. [fol. 42 v.]

 L'ÉGLISE DE SAINCT BETTRÉMIEU laquelle repose le corpz dudict sainct mais on dict qu'il est aussy au roiaulme de Naples et le maintiennent aussy ceulx du pais on dict qu'il est en ladicte église deseure le grand autel en ung tabernacle. Les corpz de sainct Paulin, sainct Alebert, sainct Marceau, sainct Superant et sy a aussy plusieurs aultres reliquaires, lesquelz on monstre au jour de sainct Bettrémieux et au jour de Pasques flores. Et sont les deux corpz aux seigneurs sainct Paulin et sainct Superant ainsy comme ung sarcus dedens le cœur et à les voir on y gaigne IIc ans de pardons.

L'ÉGLISE DE SAINCT JEHAN que on dict in Jusuta d'aultre part l'église dudict sainct Bettrémieux en laquelle est ung cloittre de femmes, où il y a une belle cappelle de la vierge Marye et est sur le Tybre et s'appelle Nostre Dame les mollins. Et y a une fort belle ymaige devant laquelle y a plusieurs lampes ardantes et dict on que aultresfois l'eaue du Tybre a crut sy hault que l'eaue alloit pardessus les lampes. Mais la lumière estante en icelle ne fut estainte.

L'ÉGLISE DE SAINCT NICOLAS à la prison de Tulliani en la région de Ripe, c'est à dire au rivaige, en laquelle y a che quy s'enssuit. Ung costé de sainct Mathieu apostre et évangéliste, de l'huille de sainct Nicolas, le bras de sainct Alexis, et y a station le sabmedy quy est [fol. 43 r.] la nuit du dimence de la passion en quaresme.

L'ÉGLISE NOSTRE DAME in porticu en Ripe, en ladicte église y a une pierre de saphyr quy est fort précieuse en laquelle est l'ymage de nostre saulveur Jhésus et de la vierge Marie gravée du tampz du pape Jehan premier de che nom et de Justin fils de Justinien empereur.

L'ÉGLISE DE SAINCT GEORGE où sont les reliquaires suivantz, et premiers du laict de la vierge Marie, de ses vestementz, la lance et le chief de sainct George, et plusieurs aultres reliquaires. Et est tiltre de cardinal et y est station tousjours le premier joeudy de quaresme.

L'ÉGLISE DE SAINCT ANASTASE, laquelle est derrière ladicte église dudict sainct George, où y a plusieurs reliquaires. Et est tiltre de cardinal, et y a station le premier mardy  de quaresme quy est le mardy après le bonhourdy.

L'ÉGLISE DE NOSTRE DAME que on dict à l'escolle des grecz, et fut en tampz passé l'escolle de sainct Augustyn et est en la montaigne que l'on nomme Adventino.

L'ÉGLISE DE SAINCTE SABINE, laquelle est fort belle, en ladicte montaigne de Adventino. Aultresfois a esté le lieu où demoroient les papes et s'y tenoit le pape Honoré IIIe de ce nom, lequel estoit de l'ordre des frères prescheurs. En ladicte église sont les corpz de saincte Sabine, sainct Thiery, sainct Alexandre pape et plusieurs aultres reliquaires. [fol. 43 v.] Et y a station le jour des cendres.

L'ÉGLISE DE SAINCT ALEXIS en la mesme montaigne, laquelle estoit auparavant la maison du père dudict sainct, en laquelle église est la place et les degrés où couchoit ledict sainct incognu de son père l'espasse de XVII ans faisant grande pénitence. Dedens le cœur au grand autel repose le corpz de sainct Boniface martir et dudict Alexis confes comme tesmoigne la bulle de Honore IIIe pape de ce nom. Et plusieurs aultres sainctz reliquaires.

L'ÉGLISE DE SAINCTE PRISCE d'aultre part la susdicte église de saincte Sabine en ladicte montaigne de Adventyn et est station en ladicte église le mardy de la bonne sepmaine.

L'ÉGLISE DE SAINCTE SABBE en laquelle y a une fontaine en laquelle boivent ceulx et celles quy sont mallades du flux de ventre et en on esté garis plusieurs de ladicte maladye et tous les jours se garissent et y a en ladicte fontaine une partie de la sépulture dudict sainct Sabbe abbé et confes. Et sont moisnes noirs de l'ordre sainct Benoist. Et en ladicte église en la bonne main contre les formes hors du cœur là sont les corpz de Titus et Vaspasien, dont ledict Vaspasien est le père de Titus et fut ledict Vaspasien ladre et estoit beaucoup plus grand que n'estoit Titus son filz et les ay veu audict lieu et ny fit on fort bonne chère. Et y a autour du sarcus ches vers ou mettres latins quy s'enssuivent.

Conditur hoc tumulux Titus cum Vaspasiano

     Patre felicii sed eminent prospera Titi [fol. 44 r.]

Hierusalem premens domini emulos fremens

Aper de silva ferus singularis in hostes

Expurgat vineam sabaoth spernendo laborem

Reddit et congruam vuidictam populo nequam.

L'ÉGLISE DE SAINCT ATHANAISE que on dict as trois fontaines là est le lieu où sainct Pol fut décolé et quand le chief partit du corps dudict sainct Pol, il fit trois fontaines quy y sont encoires à présent car je y ay esté.

L'ÉGLISE QUE ON DICT SCALA COELI c'est à dire l'eschelle du ciel laquelle fut la deuxiesme fondée en l'honneur de la vierge Marie en tout le monde. Elle est nommée Scala Coeli pour che que sainct Bernard et sainct Grégoire chantantz messe voioient une eschelle laquelle advenoit depuis l'autel jusques au ciel et pour chaque personne qu'ilz avoient en leur memento estantz en purgatoire ils les voioient monter en paradis. On dict que quiconque faict dire une messe de Notre Dame en ladicte cappelle soit pour son père ou sa mère ou quelconque personne que ce soit, se l'âme de ladicte personne est en purgatoire après la messe dicte par les mérites de la vierge Marie elle va tout droit en paradis, et quiconques demande en ceste place à Dieu par l'intercession de la vierge Marie de bon cœur il soit asseurés que sans doubte il laura. Et y a grandz [fol. 44 v.] pardons en ladicte cappelle comme appart en la bulle, en ladicte cappelle dessoubz l'autel sont les os de X mil martirs.

L'ÉGLISE NOSTRE DAME que on dict à l'annonciation le pape Sixte IIIe de ce nom fonda ladicte église en l'honneur de Dieu et de la vierge Marie et posa solenpnnellement plusieurs ossemens de sainctz à l'autel d'icelle. Ung petit oultre ainssy comme à my voie tant de ladicte cappelle comme de sainct Sébastien y a une croix là où sont les chiefz des dix mil martirs.

L'ÉGLISE QUE ON DICT DOMINE QUO VADIS, c'est le lieu auquel quand sainct Pierre fut mis en prison quand l'angele de Dieu le vint délivrer de ladicte prison en ladicte place nostre Seigneur s'aparut audict sainct Pierre, et ledict sainct luy demanda:

« Sire où va tu?

Et nostre Seigneur luy respondit:

-Je m'en vois à Romme pour estre derechef concisié. »

En ladicte église y a les vestemens nostre Seigneur et y a aussy en icelle mil ans de vrais pardons.

L'ÉGLISE DE SAINCT JEHAN PORTE LATINE est le lieu où sainct Jehan l'évangéliste fut mis en huille bouillant, et ne luy fit nul mal. Auquel lieu, ledict jour, sainct Jan quiconques y va en dévotion il peult délivrer une âme de purgatoire car ce fut ce que ledict Jehan demanda à nostre Seigneur. Auquel lyeu y a station le sabmedy nuict de pasques flories.

L'ÉGLISE DE SAINCT SYXTE laquelle est devant la porte [fol. 45 r.]Appian, et est ung cloistre de femmes, auquel y a station le merqredy devant le miqaresme et est siège de cardinal.

L'ÉGLISE DE SAINCTE BALBINE aussy l'appelle on l'église de Sainct Saulveur, laquelle ymage on monstre et est dessus le grand autel. Auquel lieu sont ensepvelys sept corpz sainctz, est assavoir saincte Sabine, sainct Corryn avec deux vierges, saincte Balbine et saincte Sabine ausquelles l'ymage de sainct Salvateur s'aparut. Auquel lieu y a station le mardy IVe de quaresme, cest église consacra sainct Gregoire et y donna VIIc ans de pardons.

L'ÉGLISE DE SAINCT GRÉGOIRE laquelle fut instituée par ledict sainct en l'honneur de Dieu et de sainct Andrieu laquelle est une abbaye. En laquelle ledict sainct pria Dieu en la manière quy s'enssuit:

« Sire S tu as dict à toutz tes apostres et je me tiens l'ung des tiens et à toutte personne que quiconques demandera quelque chose à mon père en mon nom lui sera donné, pourtant je te prie et recquiers que de ta puissance il te playse à tous fidelz crestiens desquelz les corpz giront en la circuite de ceste église où esliront leurs sépultures, il te plaise les mettre en la gloire éternelle.

L'oraison finie, l'angele de Dieu s'apparut à luy et dict :

-Gregoire ta prière est exaulcée, et en signe de verité vela le bras de sainct Gregoire premier pape de ce nom et la croix de sainct Pantaléon que Dieu t'envoie. [fol. 45 v.] En laquelle église y a IIIIc ans de pardons tous les jours.

L'ÉGLISE DE SAINCT JEHAN ET SAINCT POL laquelle est en la montaigne de ciel où reposent les corpz desdictz sainctz Jehan et sainct Pol et sy a station le premier vendredy de quaresme, laquelle église est tiltre de cardinal et y a pour chacun jour mil ans de pardons.

L'ÉGLISE DE SAINCT ESTIENNE en ladicte montaigne où il y a des frères de sainct Pol premier hermite et y a station en ladicte église le vendredy après le dimence que on dict de la passion. Et est tiltre de cardinal.

L'ÉGLISE DE NOSTRE DAME DE LA NAVIRE, laquelle est en ladicte montaigne où il y a une navire plaine de cailloux en signes des miracles quy se font tous les jours en ladicte église où est station le deuxiesme dimenche de quaresme et est tiltre de cardinal.

L'ÉGLISE DE NOSTRE DAME L'EMPERESSE où il y a une ymage de la glorieuse vierge Marie laquelle parla à sainct Celsus pape, disant :

« Pourquoy ne me salue tu, plus tu me soulois saluer. »

Alors il le salua tousjours depuis et luy fit une requeste que tous ceulx et celles quy dévotement diront III paternoster et III ave Maria en bonne intention et dévotion auront XVC ans de pardons.

L'ÉGLISE DE SAINCT PIERRE ET SAINCT MARCELYN fut fondée du pape Alexandre, lequel mit plusieurs reliquaires de sainctz au grand autel de ladicte église. Il y a IIIc ans [fol. 46 r.] de pardons et autant de XLnes le jour de la dédicasse, et se y a station le sabmedy de la deuxiesme sepmaine de quaresme, et est tiltre de cardinal.

L'ÉGLISE DES QUATTRE CORONNÉS, en laquelle dedens le grand autel sainct Lyon pape IVe de che nom a mis les corpz des sainctz martirs Claudii, Nicostrati, Simphoriani et plusieurs aultres sainctz desquelz les noms sont escriptz auprès de l'autel et se y a station le lundy après le miquaresme. Et est tiltre de cardinal.

L'ÉGLISE DE SAINCT CLÉMENT est ung cloistre de frères de sainct Ambroise en laquelle église repose au grand autel le corpz de sainct Clément pape et martir. Et y a tous les jours XL ans de pardons et autant de XLnes. Et tout le tampz de quaresme ilz doublent. Sainct Ignatius martir lequel repose au grand autel de ladicte église a donné et ottroiet à touttes personnes visitant ladicte église la rémission de la tierce partie de tous leurs péchetz. En laquelle y a station le deuxiesme lundy de quaresme et est tiltre et siège de cardinal. Une femme laquelle se mist à nom Jehan le Flameng laquelle comme j'ay ouy dire fut religieuse en ladicte église et estoit le plus grand clerc que jamais on n'avoit vu en son tampz et estoit fort beau et josne et plain de science et tousjours se tenoit en habit d'homme. Dont advint que le pape trespassa [fol. 46 v.] et ceste femme, par sa grande science, pensant que ce fuist ung homme, fut eslute pour estre pape et fut en icelluy estoit pour ung tampz. Advint qu'elle fut enchainte bien peu après et l'angele de Dieu s'apparut à luy et luy demanda qu'elle vouloroit eslire ou estre dampnée à tousjours mais, ou d'enfanter et de morir publiquement et devant tout le monde. Adonc elle pria merchy à Dieu et ayma mieulx d'enfanter et morir à honte que d'estre dampnée. Et lors une procession se fit allant de l'église sainct Pierre à sainct Jehan de Latran et en passant oultre le palais de Colizée oultre ladicte église de sainct Clément, ladicte femme enfanta d'enfant devant tous les gens d'église et devant tout le peuple.

L'ÉGLISE DE NOSTRE DAME LA NOEVE en laquelle y a une ymage de la vierge Marie laquelle sainct Luc paindit de ses propres mains, en ladicte église y a des remanantz quy demorèrent les cincq pains d'orge quand nostre Seigneur Jhésus rasasia les V mil hommes en la montaigne comme tesmoigne l'évangille le jour du miquaresme. Dedens le cœur au grand autel, y a le corpz de sainct Némesius le père de sainct Justin, sainct Simphonien, sainct Olympus, saicnt Exemerius, saincte Lucille et plusieurs aultres [fol. 47 r.]reliquaires lesquelz ont esté amenés de la cymentière sainct Calixt. En ladicte église, assez près du cœur il y a une fort belle sépulture en laquelle gist une noble dame nommée Franchoise et la tiennent pour saincte mais elle n'est pas cannonizié. Ladicte église est tiltre et siège de cardinal et y a pour chaque jour à le visiter IIc ans de vrais pardons.

L'ÉGLISE DE SAINCT COSME ET SAINCT DAMIEN en laquelle reposent au grand autel les corpz desdictz deux sainctz sicome dict Grégoire premier pape de ce nom lequel consacra ledict autel de ladicte église. Il y a tousjours à ceulx quy la visiteront mil ans de pardons donnez par ledict Grégoire.

L'ÉGLISE DE NOSTRE DAME que on dict délivre nous des paines d'enfer, sainct Silvestre pape lequel délivra Constantin de sa malladie de meselerie par la vertu de nostre Seigneur en le baptisant, a consacré ladicte église en l'honneur de la vierge Marie et appella cedict lieu libera nos a poenis inferni, lequel sainct donna à touttes personnes, vrais confes et repentans et quy donront de leurs biens pour chacune fois XI mil ans de pardons. C'est le lieu auquel il avoit ung grand dragon lequel fut par grand espasse là endroit et destruisoit souvent les personnes de la entour, et ledict sainct le vint lier et le conjura que jamais il ne wida hors de la caverne à C et L piedz de l'yssue de ladicte caverne. [fol. 47 v.]

L'ÉGLISE DE SAINCT ADRIEN, laquelle est derrière camp dolle, en laquelle a esté mis par sainct Grégoire pape IXe de ce nom dedens le grand autel les corpz de sainct Marins et saincte Marthe et aussy les reliquaires de sainct Adrien et aultres sainctz plusieurs.

L'ÉGLISE NOSTRE DAME DE GRACE, c'est ung hospital auquel on recoipt tous les jours les povres d'aval Romme pour l'amour de Dieu et de la vierge Marie.

L'ÉGLISE EN LAQUELLE ON MIT EN PRISON SAINCT PIERRE apostre, laquelle est derrière ledict camp dolle, en icelle église à tous confes et repentans et quy y donront de leurs biens visitant ladicte église, il y a pour chacun jour IIc ans de pardons et la tierche partie de la rémission de leurs péchetz. Et tous les jours des festes les pardons sont doublés. En ladicte église sont les fons lesquelz par miracle s'apparurent à sainct Pierre et sainct Pol quand ilz estoient en ladicte prison où furent baptizés par lesdictz apostres sainct Processus et sainct Martinianus martirs quy gardoient en la prison lesdictz apostres et reposent en ladicte église lesdictz deux benoistz sainctz martirs.

L'ÉGLISE DE SAINCT MARC, en laquelle on met les jours de feste sur l'autel en une cappe les reliquaires dont les noms sont escriptz en une cedrille quy est à l'encontre de ladicte cappe, et y a de grandz pardons.

L'ÉGLISE DES SAINCTZ APOSTRES, en laquelle les corpz de sainct [fol. 48 r.] Philipe et sainct Jacques le mineur apostres sont mis au grand autel de ladicte église à la main droite. Dedens l'autel à la main gaulce reposent les corpz de sainct Euphenne vierge, Sabin martir et sainct Colombus, le pied de sainct Philipe, le bras de sainct Jacques filz de Zébédée, la coste de sainct Leurent, l'espaulle et le bras de sainct Blase. En laquelle y a station le joeudy après le jour de grand Pasques et est tiltre de cardinal, et y a encoires station le premier jour de may.

L'ÉGLISE DE SAINCTE MARIE IMNOLATA, en laquelle estoit l'oratoire de sainct Luc où il paindit quattre ymages de la vierge Marie et principallement l'une à sa dévotion laquelle est encoires à présent en ladicte place, laquelle ymage faict tous les jours de beaux miracles et l'appelle on l'oratoire sainct Pol et sainct Luc.

L'ÉGLISE DE SAINCT MARCHAULT en la région Tregi, en laquelle il y a ung monastère quy s'appelle le fief de la vierge Marie. En ladicte église y a une sépulture où sont les corpz de saincte Digne et saincte Mérite vierges et martirs, le bras de sainct Mathieu apostre et évangéliste, la sépulture de sainct Felicitas avec ses VII filz et y a station le IIIe sabmedy de quaresme et est tiltre de cardinal.

L'ÉGLISE DE SAINCT SILVESTRE en la région de la Collombe, sont les corpz sainctz dont au jour que on les monstre y a [fol. 48 v.] une longue bulle en laquelle on lit quand on les monstre, entre lesquelz le chief de sainct Jehan Baptiste, une relique de sainct Leurent, une pièce de la cappe de sainct Francois et plusieurs aultres reliquaires lesquelz se monstrent  le jour sainct Jehan et le jour de sainct Silvestre et se y a mil ans de pardons.

L'ÉGLISE DE SAINCT LEURENT IN LUCINA en la région du camp en laquelle église il y a deux ampoules plaines de sang et de la crasse dudict sainct, ung suaire de quoy l'angele torcha son corpz, le gril sur quoy il fut rosty, le corpz de sainct Alexandre pape et martir, d'aultre part, sainct Eusèbe, sainct Iventius, sainct Théodolus, sainct Séverin, sainct Pontran, sainct Vinchant le pèlerin, sainct Gordien et plusieurs aultres sainctz reliquaires, et y a station le IVe vendredy de quaresme.

L'ÉGLISE DE SAINCT TRIOMPHE emprès l'église de sainct Augustin. Il y a station et indulgences en quaresme le premier sabmedy dudict quaresme.

L'ÉGLISE DE SAINCT AUGUSTIN en la région du camp de mars, c'est une église nouvellement faicte en laquelle sont ensepvelis saincte Monice et saincte Rufuie. Il y a aussy une ymage de la glorieuse vierge Marie laquelle sainct Luc paindit et est la plus belle de figure [fol. 49 r.] et l'appelle on saincte Marie vierge des vierges et mère de chacun et en latyn sancta maria virgo virgum et mater […] Auquel lieu y a mil ans de pardons.

L'ÉGLISE DE SAINCT APOLMAIRE, en laquelle reposent au grand autel les corpz de sainct Eustace, sainct Nazaré, Engemus, Orestus et Anxentius tous martirs et y a tous les jours aux visiteurs C ans de pardons et station le jeudy après le dimence de la Passion que on dict le repas dimence et siège de cardinal.

L'ÉGLISE DE SANCTA MARIA DE POPULO est assez près de la porte que on dict de la flambe. Assez près de là, il y avoit comme ung jardin fort vaghe et fut au tampz du pape Pascalius auquel jardin y avoit plusieurs arbres mais entre les aultres y en avoit ung lequel estoit beaucoup plus grand que les aultres, dessoubz lequel estoit enterré le corpz de Néron lequel les diables avoient gardé et gardoient en ladicte place, et tous ceulx quy venoient par ladicte porte estoient la pluspart estranglez et devorés desdictz diables, les aulcuns vexés dont ledict pape et le peuple estoient fort esmerveillés et n'osoit plus creature passer par là. Voiant chela, le pape Paschalius fit juner l'espace de trois jours tout le peuple de Romme, et avec ce tout le clergé dudict Romme tant à juner comme de priere Dieu à [fol. 49 v.] telle fin que Dieu et la glorieuse vierge Marie les voulust aider et consoler et faire sa miséricorde sur son peuple. Et adont à la tierce nuictié, la benoiste vierge Marie s'apparut audict pape et luy dict:

« Pascasius lève toy et sy t'en vas envers la porte de le flambe, endessoubz quoy tu trouveras ung arbre plus long et plus hault que nulz des aultres, ledict arbre tu abbateras et meisme touttes les racines tu enracheras, aussy le corpz de Néron tu ostera et fera porter bien loing de là et en ce meisme lieu tu y fera une église en l'honneur de moy. »

Et quand ledict pape fut esveillet incontinent s'en alla avec grand multitude de clergé et de peuple faisant procession audict lieu. Quand il eult percupt ledict arbre il le print à abbatre et à enracher lesdictes rachines et tant fit qu'il n'y demora riens, et mesmes de ses propres mains il fit apporter pierres et mortier et se fit la fondation du grand autel de ladicte église auquel lieu il mit plusieurs reliquaires, et en la consacrant a donné à tous ceulx quy visiteront ladicte église en l'honneur de Dieu et de la vierge Marie et donnant de leurs biens selon leur puissance ou possibilité le jour de la dédicasse et depuis le my quaresme [fol. 50 r.] jusques aux octaves de Pasques, tous les jours mil ans de pardons et autant de XLnes.

L'ÉGLISE DE SAINCTE BIBIANE, lequel en tampz passé estoit ung lieu quy s'appelloit ursipileus et à présent c'est ung monastère. Laquelle église le pape Honore IIIe de ce nom, lequel consacra ladicte église et l'honneur de Dieu et de saincte Bibiane vierge et martir, en laquelle église le vendredy devant le dimence de la passion jusques à VIII jours ensuivantz, il y a tous les jours trois ans et III XLnes de pardons. En cedict lieu il y croist une herbe, laquelle sainct Bibiane planta et sert aux hommes et femmes mallades de malladie caducque dont plusieurs ont esté garis. En ladicte église ont esté ensepvelis Vm martirs que hommes que femmes que enffans dont il y a pour chacun jour IIIIm ans de pardons le jour de tous les sainctz il y a Cm ans de pardons.

L'ÉGLISE DE SAINCT EUSEBE, en laquelle y a chacun jour aux visitans VIIm IIIc et LIIII XLnes de vrais pardons en laquelle y a plusieurs corpz sainctz de martirs et y a station le vendredy après le miquaresme et est siège et tiltre de cardinal.

L'ÉGLISE DE SAINCT MATHIEU laquelle est entre l'église sainct Jehan de Latran et Nostre Dame la Majeur, en ladicte [fol. 50 v.] église y a tous les jours mil ans de pardons autant de XLnes et la septiesme partie rémission de ses péchetz, lesquelz pardons ont donnés trois papes l'ung après l'aultre, assavoir Honoré, Alexandre, Innocent.

L'ÉGLISE DE SAINCT JULYEN, d'aultre part ladicte église de sainct Eusèbe, là emprès on voidt les vielles ydoles quy sont mises dedens l'église dudict sainct Julien. Aussy en icelle église on prend de l'eaue et la jecte on parmy ung reliquaire dudict sainct Julien et sainct Alebert laquelle garist touttes personnes entaschés de fiebvres ou aultres malladies, quy veult ung jour juner et en ce jour dire trois paternoster et trois ave Maria ou dire une messe ou le faire dire en l'honneur de Dieu, de la vierge Marie, de sainct Julien et de sainct Alebert, on faict de laquelle manière que l'on a dévotion et en faict on le feste dudict sainct le VIIe d'aoust, et y a pour chacun jour C ans de pardons.

L'ÉGLISE DE SAINCT VITAL que on dict ad marcellos en laquelle il y a une pierre de marbre emprès du cœur laquelle est faicte de fer entour. Emprès laquelle pierre il y eult jadis Vm corpz martirizés, en laquelle église il y a VIIm ans de pardons et autant de XVnes. Aussy en ladicte église y a une telle grâce par les martirs de sainct Vitus, sainct Modestus et saincte Crescence que s'il y avoit quelque [fol. 51 r.] personne morse d'ung chien rabis ou d'aultre quelque beste maulvaise dont Dieu vueille ung chacun garder, pour avoir remède il ne fault sinon aller en ladicte église de sainct Vital avec du pain et le toucher en l'huille dudict sainct et après manger ledict pain et incontinent le mal sera dehors.

L'ÉGLISE DE SAINCTE PRAXEDE vierge et martir, en laquelle repose dedens le grand autel le corpz de ladicte saincte, laquelle y fut mise par les mains du pape Pascasius. En ladicte église y a une cappelle où il y a une colonne à laquelle Jhésus Christ fut lyé à la Passion et deseure ladicte colonne il y a les corpz des sainctz et martirs sainct Valentin et sainct Zénon. Et droict en la moienne il y a une pierre ronde dessoubz laquelle il y a enspvelis XL martirs, et en ladicte cappelle sur la mayn gaulce, il y a du plomb en la place où ladicte colonne avoit esté par long tampz. Et à présent il y a une grande pierre toutte ronde dessoubz laquelle il y a ensepvely XI papes. Et sy a en ladicte cappelle pour chacun jour XIIm ans de pardons et autant de XLnes, et rémission de la tierce partie de ses péchetz. En ladicte cappelle, nulles femmes ne peuvent entrer sur paine d'excommuniement. En ladicte église [fol. 51 v.] il y a tous les jours IIIc ans de pardons et autant de XLnes et la tierce partie de ses péchetz. En la moienne d'icelle il y a une grande pierre ronde et est ladicte pierre enclose de fer entour et dict on que dessoubz ladicte pierre y a ung puich où le sang des XL martirs est, et le rassambla la saincte vierge Praxédis à tout une ponge. Aussy en ladicte église, y a une cappelle où y a une fenestre de fer, à laquelle cappelle quiconques y dira cincq messes ou fera dire le requiem pour les trespassés à l'intention de celluy pour cuy il les faict dire, il met ladicte personne de purgatoire en paradis et est chela approuvé par le susdict pape Paschasius.

L'ÉGLISE DE SAINCT MARTYN en la montaigne du tampz, en laquelle y a plusieurs reliquaires dudict sainct Martin et de plusieurs aultres sainctz quy sont escriptz en marbre sur la main gaulce dedens le cœur.

L'ÉGLISE DE SAINCT QUIRIN derière terres, c'est une église curieuse, à laquelle y avoit station et indulgence au tampz du pape Sixte IIIIe de ce nom lesquelz sont translatés en ladicte église dont il dient que les corpz de sainct Quirin et sa mère sont dedens le grand autel avec plusieurs aultres martirs et reliquaires dont les noms sont escriptz audict lyeu. [fol. 52 r.]

L'ÉGLISE DE SAINCTE SUSANNE en terre, en laquelle ladicte saincte est ensepvelie et son père, et est ung cloistre de sainct Augustin. Auquel lieu il y a station le sabmedy nuict du miqaresme et est tiltre de cardinal.

L'ÉGLISE DE SAINCTE POTENTIANE en laquelle respose le corpz de ladicte saincte quy estoit sœur à saincte Praxède. Aussy reposent plus de IIIm martirs en la cimentière de ladicte église. Le pape Simplicius a consacré ladicte église et donna à tous ceulx quy visiteront ladicte église, pour chacune fois dévotement, ung an de pardons et ung quaresme et rémission de la tierce partie de leur péchetz. En la première cappelle de ladicte église, vers midy derière le grand autel, célébra sainct Pierre sa première messe. En icelle église, vers midy, en une plus grande cappelle, y a ung puich auquel est le sang de IIIm martirs. Et se nomme la cappelle sainct Pasteur. En laquelle une fois y eut prebstre quy chantoit messe et quand ce vint à consacrer, il doubtoit et ne croioit point que che fuist Dieu, quand ledict prebstre cuida lever le corpus domini, l'hostie luy saillit hors de la main et s'en alla sur une pierre et quand ledict prebstre percupt le miracle incontinent, il le resprist incontinent à ses doigtz et depuis il fut bon et devôt prebstre. Dont à présent sur ladicte pierre il i a [fol. 52 v.] plusieurs reliquaires et sont faictz en ladicte place tous les jours plusieurs beaux miracles. Laquelle église souloit estre siège et tiltre de cardinal.

L'ÉGLISE DE SAINCTE YDOLLE, c'est ung cloistre de femmes en laquelle église y entrent les pèlerins et y a plusieurs indulgences.

L'ÉGLISE DE SAINCT VITAL, laquelle fut remise à point en l'an de jubilé du tampz du pape Sixte IIIIe de che nom, Et y a en caresme station le IIIe vendredy et est ladicte église tiltre de cardinal.

L'ÉGLISE DE SAINCT LEURENT EN PALLIS, où est ung cloistre de femmes, en laquelle le corpz dudict sainct fut rosty et monstre on plusieurs reliquaires, une partie du gril et le bras dudict sainct, en ung cristal des carbons de quoy il fut rosty, aulcuns osseaux dudict sainct et y est station le IIe joeudy de quaresme.

L'ÉGLISE DE SAINCTE EUPHÉMIE est en le moienne de l'église de saincte Potentiane et sainct Pierre ad Vuicula et passe on parmy ladicte église pour aller à saincte Marie Majeur et est ung cloistre de femmes. Et fut ladicte saincte jettée dedens ung puich plains de serpens et de scorpions mais par la grâce de Dieu elle n'eut nul mal.

L'ÉGLISE DE SAINCT LEURENT en la chartre, emprès ladicte église de saincte Euphémie, c'est l'église que on dict sainct Leurent as fons, c'est ung monastère où sainct Leurent baptiza sainct Hypolite et saincte Lucille et [fol. 53 r.] où il leur apparut et endoctrina la foy crétienne.

L'ÉGLISE DE SAINCT PIERRE AD VUICULA en ladicte montaigne c'est tiltre de cardinal, les reliquaires de ladicte église il y en a plain une table que chacun peult bien veoir.

L'ÉGLISE QUE ON DICT ARA COELI près de camp dolle en laquelle on monte C et XX degrés. En icelle du tampz passé estoit le palais d'Octovien, lequel le peuple de Romme vouloit adorer comme Dieu. Mais Sibille luy monstra dedens le soleil l'ymaige de la vierge Marie tenant son enfant et luy dict en prophétisant :

« Vela celluy quy est plus grand maistre que toy ».

En laquelle place il fit fonder un autel et se le nomma Ara Coeli et là endroit il fit son oblation et adora le filz de Dieu filz de la vierge Marie. En ladicte église est la sépulture de saincte Hélaine mère de Constantin, et aussy sont ensepvelis sainct Habmidus, sainct Arthémius, et sainct Habmidantus. En icelle y a ung tablet que sainct Luc paindit de l'ymage de la vierge Marie en la disposition comme elle estoit devant la croix à la Passion de nostre Seigneur Jésus, laquelle faict tous les jours de grandz miracles. Et est l'ymage laquelle sainct Grégoire pape portoit le jour sainct Marc quant la jeusne et la procession furent ordonnés pour la mort subite, dont quand ledict sainct vint au pont [fol. 53 v.] sainct angele pour aller à sainct Pierre il vidt ung angele en l'air tenant une espée en sa main toutte ensanglantée et le torchoit et le mettoit dedens le foureau monstrant que l'yre de nostre Seigneur estoit apaisé et chantoit Regina coeli letare allam, et adonc fit ches motz Ora pro nobis deus allam. Adcause de l'angele que on vidt dessus ledict pont on luy mist à nom le chasteau sainct Angele. Et sont en ladicte église frères mineurs de l'Observance, et n'y a plus d'église en toutte la saincte cité de Romme quy soit franche que ceste. Touttes les maisons de cardinaulx sont franches mais nulles églises sinon ladicte église de Ara coeli. Il y a tous les jours IIIm ans de pardons.

L'ÉGLISE QUE ON DICT AUX SAINCTZ ANGELES en la rue des angeles, en laquelle est ensepvely sainct Simphorien et ses compaignons, il y a plusieurs reliquaires lesquelz on monstre aux jours de feste, et fault que tous les ans une fois les sénateurs de Romme donnent à ladicte église ung calice d'argent.

L'ÉGLISE DE NOSTRE DAME LA MINEURE, en la rue pine, en laquelle sont frères de sainct Dominicque. Où il y a les cheveulx et vestemens de la vierge Marie, les trois prophètes et patriarches, Abraham, Ysaac et Jacob, de Daniel le prophète. En ladicte église on y [fol. 54 r.] faict aulmosnes car les povres y sont recuptz.

L'ÉGLISE DE NOSTRE DAME LA RONDE auquel en tampz passé estoit le temple des ydoles et est consacrée à l'honneur de Dieu, de la vierge Marie et de tous les sainctz de paradis. Au jours de Nostre Dame et de tous les sainctz il y a station. Aussy au grand autel d'icelle sont les corpz de sainctz Rassuis et Anastasius.

L'ÉGLISE DE MARIE MAGDELAINE où on faict pénitance et y a tous les jours C ans de vrais pardons.

L'ÉGLISE DE SAINCT EUSTACE, où il y a de la vraye croix, du sang de Jésus, une espine de la coronne, des vestemenz de Jésus Christ, de la coste de sainct Andrieu, les carbons de sainct Leurent, des reliquaires dudict Eustace, saincte Eutrope femme à son filz et de ses deux filz quy ont estés martirs et y a tous les jours IVm ans de pardons.

L'ÉGLISE DE SAINCT SAULVEUR où i a une imaige de Jhésus Christ fort piteuze et y a plusieurs grandz pardons.

L'ÉGLISE DE NOSTRE DAME DE LA MONTAIGNE DU CIEL en laquelle reposent saincte Nympha vierge et sainct Mancilianus évesque, en icelle y a plusieurs grandz pardons et reliquaires.

L'ÉGLISE DE SAINCT MARTINIEN, y a de la robe incousutible laquelle croissoit après le corpz de Jésus Christ. [fol. 54 v.]

L'ÉGLISE DE SAINCT ANDRIEU laquelle est emmy voyr de la juisserie et du camp de flours où furent trouvés plusieurs reliquaires quy avoient esté plus de II c ans en terre, et aux visitans y a mil ans de pardons.

L'ÉGLISE DE SAINCT BLASE où est l'anneau qu'il portoit adcause de sa dignité épiscopalle, et sy a aultres reliquaires que on monstre par les bons jours et plusieurs pardons.

L'ÉGLISE DE SAINCTE BARBE, où sont les reliquaires quy s'enssuivent: du chief et du coeuvrechief de saincte Barbe, de la robe de la vierge Marie, de sainct Bettrémieu, de saincte Margueritte, de sainct Félix, de sainct Cristofre, sainct Sébastien, sainct Alexis, de saincte Marthe et de plusieurs aultres sainctz et sainctes, et ce y a pour les visitantz ladicte église tous les jours IIIc ans de pardons.

L'ÉGLISE DE SAINCT LAURENT que on dict in damasco corpus camp de flours, en laquelle repose le corpz de sainct Damasus lequel fit fonder ladicte église et est ledict corpz en une fiertre et le mect on sur l'autel aux bons jours. Et là y a une bulle en laquelle sont escriptz la pluspart des reliquaires quy y sont et les pardons estantz en ladicte église. Et se y a ung pont auquel on boit pour estre garis des fiebvres. Et est siège et tiltre de cardinal. Et se y a station [fol. 55 r.] le mardy prochain après le miquaresme.

L'ÉGLISE DE SAINCT BLASE en la moienne de camp de flours et du pont sainct Angele où y a plusieurs grandz pardons.

L'ÉGLISE DE SAINCT CELSUS, où fut buvant et mengeant le père dudict sainct Celsus, lequel avec le corpz sainct Julien et saincte Balissa furent translatés en l'église sainct Pol.

L'ÉGLISE DE NOSTRE DAME passant le pont, où sont les colonnes où furent lyez et battus sainct Pierre et sainct Pol. Lesquelles colonnes une chacune personne peult toucher par dévotion. En l'année de sainct Gregoire VIIIe de ce nom, la rivière du Tybre crut jusques à ung signe lequel est faict d'une croix en l'une des colonnes.

L'ÉGLISE DE SAINCT JACQUES laquelle est entre le chasteau sainct Angele et l'église sainct Pierre, en laquelle église on dict que la pierre, laquelle estoit en Hiérusalem quant nostre Seigneur fut offert au temple sur l'autel quand sainct Syméon le recupt entre ses bras chantant minc dimittis secum tuum duem est à présent en ladicte église.

L'ÉGLISE DE SAINCTE CATHERINE, où est de l'huille précieux de ladicte saincte, pareillement du laict qu'elle jecta au lieu de sang à l'heure qu'elle fut descapitée.

L'HOSPITAL DU SAINCT ESPRIT auquel on y faict des grandes aulmosnes et acomplit on les œuvres de miséricorde, car tous mallades et orphecuns y sont recuptz [fol. 55 v.] aussy les trouvés y sont nourrys. Et le plus prochain dimence devant le jour sainct Anthoine et le dimence devant le jour de le Pentecouste il y a station. Et sy a pour chacun jour à toutz les bienfaicteurs VIIm ans de pardons et la rémission de la IIIIe partie de tous leurs péchetz. Audict hospital touttes personnes nobles peulent acquerre par envoier leurs aulmosnes audict hospital unes lettres quy s'appelle ung perpetimin en laquelle il y a plaine absolution une fois en sa vie et une fois à la mort et nulz aultres s'ilz n'y sont en personne comme bourgois, marchantz et mecanicques il convient estre en personne et donner de leurs biens et sont les pardons bien approuvez. Aussy y a plusieurs trouvés et dict on que nostre père sainct est leur père et quand aulcuns compaignons de pardeca se veulent marier, ils vont audict hospital et se demandent à la matronne d'icelluy laquelle fille est la mieulx complexionné et luy promettent quelque don et la matrone faict information du gallant et selon ce quelle treuve tant de son lignaige comme de son mestier qu'il scet faire, aussy dessus tout de son gouvernement. Et quand elle treuve bonnes [fol. 56 r.] nouvelles dudict gallant, elle s'en va alors pardevant nostre père sainct et luy faict son rapport en disant :

« Père sainct, il m'est venu ung homme de bien pour l'une de voz filles.

Et adonc, selon que on dict que ledict filz est tant de stil comme de meurs », il donne ausdictes filles XXX.XL.L.LX. ou IVXX ducas en or et les prennent les compaignons de pardeca pourche qu'ils ne pevent avoir en mariaige nulles rommaines et aultrement ne se pevent maryer.

L'ÉGLISE DE SAINCT PANCRAS hors de la porte dorée, oultre la rivière de Tybre et hors les murs de ladicte cité de Romme, en laquelle yl y a au lettrin plusieurs fort belles pierres de porphyre et quand vous regarderes lesdictes pierres vous voires les personnes parderière vous venir d'ung traict d'arc d'arbalestre voire encoires de beaucop plus loing soit à pied ou à cheval en quelque estat qu'ilz soient comme se vous regardiez en ung miroir. Et en ladicte église au grand autel, il y a le corpz de sainct Pancras évesque et martir, le corpz de sainct Pancras chevalier et martir, lequel est en une cappelle au plus hault à la dextre partie de l'église repose le corpz de sainct Victor martir. À l'autel lequel est à la moienne de ladicte église reposent [fol. 56 v.] les corpz de Malcius et sainct Madianus martirs, le corpz de saincte Gotheris vierge, en ladicte église y a une fort noble cimentière nommée Calepodii prebstre et martir en laquelle est la sépulture de sainct Calixte pape et martir lequel sainct est translaté à l'église Nostre Dame passant le Tybre, et se y a pour chacun jour en ladicte église C ans de pardons. Sy fait à noter à toutte personne soit religieux prebstre ou aultre quelconque que ce soit, qu'ilz ne soient sy hardys de s'advancer de raporter quelque ossementz de sainct ou saincte sans licence de pape car quy aultrement feroit il seroit excommunié du Sainct Siège apostolicque et ne polroit personne absouldre sinon le pappe.

S'enssuivent les stations de Rome

En tampz de quaresme

Et premiers le jour des cendres à l'église saincte Sabine, le jeudy à l'église de sainct George, le vendredy à sainct Jan et sainct Pol, sabmedy à l'église sainct Triumphe.

Le premier dimence que on dict du behourdy, à l'église de sainct Jehan du Latran et à sainct Pierre, le lundy à sainct Pierre ad vuicula, le mardy à sainct Anasthaise, le merqredy à saincte Marie Majeur, le jeudy à sainct Leurent en pallisparve, le vendredy à l'église des [fol. 57 r.] saintz Apostres. Sabmedy a leglise sainct Pierre.

Le 2e dimence à l'église Nostre Dame de la navire, lundy à sainct Clément, mardy à saincte Balbine, merqredy à saincte Cécille, jeudy à l'église Nostre Dame passant le Tybre à la fontaine de Lolle, vendredy à sainct Vital, sabmedy à l'église sainct Marcheault.

Le 3e dimence à sainct Leurent hors les murs, lundy à sainct Marc, mardy à saincte Potentiane, merqredy à sainct Sixte, jeudy à sainct Cosme et sainct Damien, vendredy à sainct Leurent in lucina, sabmedy à saincte Suzanne.

Le 4e dimence à l'église saincte Croix que on dict en Hiérusalem où sont chartreux. Lundy à 4 coronnez, mardy à sainct Leurent in Damasio, merqredy à sainct Pol, jeudy à sainct Silvestre, vendredy à sainct Eusèbe, sabmedy à sainct Nicolas que on dict à la prison Tulliani.

Le 5e dimence à l'église de sainct Pierre, lundy à sainct Grisogone, mardy à sainct Quiryn, merqredy à sainct Marcheault, joeudy à sainct Apollinaire, vendredy à sainct Estienne en la montaigne du ciel, sabmedy à sainct Jehan que on dist porte latyn.

Le 6e dimence que on dict de Pasques flories à l'église de sainct Jehan de Latran, lundy à saincte Praxède, mardy à saincte Prisce, merqredy à Nostre Dame la Majour, jeudy à sainct Jehan de Latran, vendredy [fol. 57 v.] à l'église saincte Croix en Hiérusalem, sabmedy audict sainct Jehan de Latran.

Le 7e dimence quy est le jour de grand Pasques, à l'église Nostre Dame la Majour, lundy à sainct Pierre, mardy à sainct Pol, merqredy à sainct Leurent hors les murs, joeudy à l'église des sainctz Apostres, vendredy à l'église Nostre Dame la Ronde, sabmedy à sainct Jehan de Latran, le 8e dimence que on dict de Pasques closes, à l'église de sainct Pancras.

Depuis le jour de miquaresme jusques au jour de Pasques closes il y a station tant en l'église Sancta Maria de populo comme en l'église saincte Croix que on dict en Hiérusalem il y a tous les jours station c'est à dire plaine rémission. Aussy est assavoir à toutte personne qu'il n'est nul besoing d'attendre l'an de jubilé pour aller à pardons à la saincte cité dudict Romme car tout le tampz de quaresme et plusieurs aultres jours en l'an il y a plaine rémission en ladicte saincte cité, sicomme dict est tous les jours depuis le jour des cendres jusques au myquaresme et depuis le miquaresme tous les jours plains pardons en 3 églises jusques au jour de Pasque cloze.

Les stations lesquelles sont après Pasques.

[fol. 58 r.] Le jour sainct Marc à l'église dudict sainct station et cedict jour on faict une procession dudict sainct Marc à l'église sainct Pierre et porte on cedict jour une partie des reliquaires dudict Romme. Le lundy des croix station à l'église sainct Pierre. Le mardy à l'église sainct Jehan de Latran. Le merqredy à l'église saincte Marie la Majour. Le jour de l'Ascension station à l'église sainct Pierre et cedict jour ordinairement on monstre le sainct Véronicle. Le jour de le Pentecouste station à sainct Pierre. Le lundy à l'église sainct Pierre ad vuicula. Le mardy à sainct Anastaise. Le merqredy quy est le merqredy des Quattre tampz, à Nostre Dame la Majour et à sainct Pierre. Le jeudy à sainct Laurent. Le vendredy aux sainctz Apostres. Le sabmedy à sainct Pierre. Le jour du merqredy des Quattre Tampz en septembre station à l'église saincte Marie la Majour. Le vendredy à l'église des sainctz Apostres. Le sabmedy à sainct Pierre.

Les stations dudict Romme au tampz de l'Advent.

Le premier dimence à l'église saincte Marie Majeur. Le 2e dimence à l'église de saincte Croix en Hiérusalem. Le 3e dimence à l'église de sainct Pierre

   [fol. 58 v.] Le mercredy des Quattre Tampz dudict Advent y a station à l'église sainct Marie Maiour.

Le vendredy à l'église des sainctz Apostres.

Le sabmedy dudict Advent à l'église sainct Pierre.

Le 4e dimence à l'église des sainctz Apostres.

La nuict du Noël, station en l'église saincte Marie Majour. Le jour du Noël à la messe de minuit en l'église saincte Marie la Majour en la cappelle où la grebe de nostre Seigneur est. Et en ladicte cappelle nulles femmes ne pevent entrer sur paine d'excommuniement.

Ledict jour à la messe du jour, station du matin à l'église de sainct Anastaise.

Cedict jour à la grand messe à l'éeglise saincte Marie Majour

Le jour sainct Estienne audict sainct en la montaigne du ciel.

Le jour sainct Jehan station en l'église saincte Marie la Majour. Cedict jour, station à sainct Jehan du Latran et à sainct Silvestre, et cedict jour on monstre le chief de monseigneur sainct Jehan Baptiste.

Le jour des Innocentz, station en l'église sainct Pol

Le jour de la circoncision que nous disons le jour de l'an, station à l'église Nostre Dame à le fontaine de Lolle.

Le jour des rois, station à l'église sainct Pierre

Le dimence de septuagesme, station à l'église sainct Pol.

    [fol. 59 r.] Le dimence de sexagesme à sainct Laurent hors les murs. Le dimence de quinquagesme à l'église sainct Pierre.

Sy sachies que le tampz de quaresme, les pardons des églises dudict Romme doublent partout.

Et aussy y a en ladicte cité cincq sainctes cappelles ou les femmes ne pevent jamais entrer, sinon une, c'est la cappelle de Hiérusalem en laquelle les femmes pevent entrer en la nuict sainct Benoist quy est le XXe jour de mars et point en aultre jour pour toutte l'année. Pour la IIe, c'est la cappelle sainct Jan Baptiste au pourpris de l'église sainct Jan de Latran venant de l'hospital dudict sainct Jan. Pour la IIIe, c'est la cappelle de sancta sanctorum. Pour la IVe, c'est à saincte Praxède. Et la Ve, c'est en l'église saincte Marie Majour en la cappelle où la grebe en laquelle nostre saulveur Jhésus Christ fut mis devant le beuf et l'asne en Bethléem pour estre reschauffés. Audict Romme il y a quattre principalles cappelles où on faict prière pour les trespassés et comme il est escript par cidevant, à l'intention de celluy pour cuy on le faict dire, se l'âme est en purgatoire on le met en paradis. La première est à l'église Nostre Dame que on dict Scala Coeli et là on y faict dire une messe de Nostre Dame. La IIe est à sainct Sébastien à l'autel dudict sainct là où on faict [fol. 59 v.] dire une messe de requiem. Le 3e c'est à sainct Jan de Latran à ung autel derière la trésorie, là on ne void goute audict autel et dit on une messe de requiem. La 4e en l'église de saincte Praxède en laquelle il fault dire V messes de requiem. Et n'est mye de nécessité dire ou faire dire en chacun place mais il suffit dire une seulle messe à chacune des places dictes reservée que en l'église saincte Praxède il fault dire V messes.

Devant les degrés de l'église sainct Jehan de Latran il y a ung homme à cheval et pour mémoire, en tampz passé Rome fut assiegié et furent par sy très fort oppressés qu'il estoit force de eulx rendre. Lesdictz rommains tindrent ung conseil, cedict homme quy estoit porchier ou au moins gardoit les bestes s'en vint au conseil et dict on, fit dire que se on luy vouloit donner ung don quy ne seroit gaires grand et le mettre sur ung cheval et armé à son désir, qu'il se feroit fort de les délivrer de ceste guerre. On luy dict qu'il demandast et que s'il estoit possible on luy ottroieroit. Adonc il demanda:

« C'est que pour mémoire de moy, en cas que je vous délivre de ceste guerre vous feres faire ung homme armé de toutes pièces sur ung cheval en telle forme et [fol. 60 r.] manière que je seray quand je me partiray de vous. »

Sa requeste luy fut accordée. Il se partit ung petit après et s'en alla, et faisant le lourd le roy quy avoit assiegé ladicte cité s'en alloit à l'estat craindant personne et aussy cuidant que ce fuist l'ung de ses serviteurs et quand il percupt son advantaige luy quy estoit grand gros et puissant s'en vint courant sur son cheval et s'abaissa et print ledict roy entre ses bras et le rua par devant luy sur son cheval et acourut vers Romme. Alors les gens d'armes coururent après luy la voie où alloit ledict homme quy estoient tout croullys, et luy ad cause qu'il avoit tousjours gardé les bestes scavoit fort bien le chemin et s'en vint en despit d'eux audict Romme et les ungz s'encrouloient l'ung deçà l'aultre delà adcause de che qu'ilz ne scavoient point le chemin. Et pour la vaillance qu'il fit il est mis en mémoire perpétuelle. De ladicte place pour revenir en Rome là est le palais Colizée auquel lieu en tempz passé il y avoit de tous ostieux de tout stil et quand les enffantz de Romme estoient en point d'aprendre ung mestier on les metoit demorer la dedens, et à l'ostieu auquel il s'applicquoit le plus on luy faisoit [fol. 60 v.] apprendre le mestier. Assez près de là y avoit ung fort beau palais pour lequel ung empereur fit assambler les sages de Romme en demandant combien de tampz ce palais dureroit. Et on luy respondit qu'il dureroit tant et sy longuement que une vierge auroit porté hoir. Alors l'empereur respondit qu'il dureroit à perpétuité. Et à la nativité de Jhésus Christ, cedict palais fondit et tous les ans, la nuict de Noël à minuit, on dict qu'il en chet tous les ans des pierres.

Assez près de là on void la fenestre où on dict que Virgille fut pendu par une femme en une mande. Puis ung peu plus oultre de ladicte place est le lieu où ceulx dudict Rome et aussy de VII lieues là entour venoient bouter la chandeille au derière de ladicte femme quy avoit pendu Virgile en une mande. Et sy ne pooit on allumer milles chandeilles l'ung à l'aultre et estoit forcé que chacune personne pour avoir du feu vint audict Romme et bouta la chandeille au derière de ladicte femme. Audict Romme en campdola, c'est le lieu ou on fait justice et quand on faict quelque personne morir, là est le pallais où il y a une fenestre à laquelle le potestat dudict Romme, c'est comme vous diriez en ceste ville le prévost, est à ladicte fenestre tant et sy longuement [fol. 61 r.] que la personne est morte, et ne se peult bouger aultrement dudict lieu.

En cestedicte place, l'an 1487, fut apporté sur ung hourt le corpz d'une josne fille laquelle avoit esté trouvée en Romme en ung sarcus aorné de perles et piereries et estoit aussy blance qu'il estoit possible, les cheveulx blancz et longz, et ne scavoit on aultre choze que ce ne fut une saincte. Et audict sarcus y avoit fort grande escripture mais personne ne le scavoit lire. Et adonc on assambla toutz les grecz et les juidz dudict Romme et trouva on que bien IIIIc ans devant l'incarnation de Jésus Christ elle avoit esté mise audict sarcus et que c'estoit la fille d'ung empereur de Rome, et fut endedens le disner toutte noire et che adcause d'avoir sentu l'air.

L'an 1488, pionniers ouvrantz en ung viel palaix entre eulx huict trouvèrent XV lingos d'or et ne scavoient quelle chose c'estoit sinon cuivre et se prindrent à débattre l'ung contre l'aultre, l'ung en vouloit avoir deux lingos et l'aultre en vouloit avoir deux aussy, et n'en avoit que XV et estoit forcé à partir à le pièce que l'ung n'en eust que ung. Alors l'ung desdictz, percepvant que c'estoit or print l'ung desdictz lingos, se tent tout quoy et s'en alla son chemin, ung aultre desdictz pionniers s'en vint à plainte au potestat et dict comment ilz avoient eulx ensamble trouvé XV pièces de cuivre et lors ledict [fol. 61 v.] potestat fit prendre les VII pionniers et print les XIIII lingos et cognut assez tost que c'estoit or et leur fit donner à chacun III ou IV strapas de cordes comme vous dires en ce pais cy jehnier, et leur fut tout osté et confisqué. Et fit on crier aval la ville dudict Romme que sy on pooit trouver l'aultre pionnier que on le prenist et que celluy quy le prendroit auroit XXX ducatz d'or mais il fut fort sage car jamais depuis il n'en fut nouvelle. Par tout le pais de Lombardie, le pais d'Ytalie et la saincte cité de Romme, se vous portes une javeline il vous fault mettre une asselete à le pointe, en passant parmy les bonnes villes, et se vous portes une espée il le vous fault lier d'une lanière ou d'aultre chose parmy la croisure de ladicte espée tellement que vous ne la puissiez tirer. Aussy en passant parmy lesdictes bonnes villes où on vous metteroit en prison et sy vous donroit on deux ou trois strapars de cordes.

En la susdicte ville, il vous fault renfrumer de bonne heure et point aller de nuict tant pour les maulvais garchons comme pour le baroisel, lequel a avec luy touttes les nuictz, bien de C a VIXX compaignons lesquelz sont bien armés et sont les ruffiens dudict Romme et comment lesdictz ruffiens aller à tour par nuict bien armés [fol. 62 r.] et embastonnés avec ledict barisste et mame ossy avec luy en ladicte compaignie ung prebstre et le pendeur. Et quand il trenne par nuict quelque maulvais garchon il le faict confesser et sy quelque personne a laissé sa fenestre ouverte en ladicte rue où ledict malfaiteur est prins on le pend à ladicte fenestre et se mect on son tiltre par escript pourquoy il est pendult le laisse on pendant à ladicte fenestre jusques à lendemain environ X à XI heures au disner, et s'il n'ia nulles fenestres ouvertes on plante deux fourches et se mect on ung baston pardessus emmy les rues et quant les gens se lèvent au matin ilz treuvent ung homme pendu à leur fenestre et emmy la rue et cela advient fort souvent. Et quand les compaigons se couroucent audict Romme l'ung contre l'aultre, il advient que le plus du tampz en veulent faire l'apointement ou la paix. Et quand on ne peult riens faire et ne se veulent contenter, c'est le coustume que comme ung camp ilz mettent journée l'ung à l'aultre en quelque lieu à Romme comme en campdolle ou aultre part et à l'heure quy est dicte, ilz s'y treuvent le plus du tampz et là les gens dudict Romme les vont veoir et souvent tuent l'ung l'aultre car on les regarde et ne va on pas [fol. 62 v.] entre deux. Et se les laisse on faire tant que l'ung ou l'aultre est mort, ou qu'il se rend car telle est la coustume.

Depuis camp de flours jusques à une petitte placette devant le pont sainct Angele, se sont les banquiers, cambges et marchantz vendantz fort de grosse manchandise. En l'anghelet sur la main gaulce venant de ladicte rue pour aller audict pont sainct Angele, c'est la monnoie dudict Romme. En l'an 1488 fut envoié par le roy d'Espaigne au pape Innocent VIIIe de ce nom en présent, par ambassade, C sarrazins toutz vestus d'une parure, la moitié de leurs robes rouge et l'aultre moitié jaulne. Et estoient enchainés tous l'ung à l'aultre par le col, et tous ensamble d'une route, et sont mis pour mémoire en painture contre la maison des cambgeurs. Vous venantz audict pont sainct Angelle, premier il y a deux costés dudict pont widant de Romme pour aller au palais, c'est à scavoir que quand vous avez passé ledict pont sainct Angele vous estes en la seigneurie du palaix car quy ne peult à Romme quand il est oultre ledict pont il est à saulvete et ne le peult prendre celuy quy a la seigneurie dudict Romme, et pour venir à mon propos audict pont à l'entrée, il y a à chacun costé une tourelle à la manière de Turquye et puis [fol. 63 r.] vous passez le chasteau sainct Angele et va le Tybre très fort courant par dessoubz ledict pont. Cestedicte rivière du Tybre, quand on en prent ou que on en mect dedens ung pot ou aultre choze, jamais ne s'emputit car elle se garde comme eauve de fons adcause des glorieux martirz quy par cidevant y on estés noiéz pour la foy de Jhésus Christ.

Audict chasteau il y a tousjours guet et grande garde de gens d'armes lesquelz sont tousjours en armes, et sy a des ménestreurs depuis le matin jusques au soir et sont assez hault et à chacune fois qu'ilz percoipvent venir quelque cardinal d'aussy long qu'ilz percoipvent venir quelque personne à cheval et que ce soit l'estat de cardinal car ilz le cognoissent bien pource que celluy quy vient devant porte sur son cheval devant luy ung grand tapis pour quand le cardinal est en la chambre dudict pape pour s'apoier ou pour marcher dessus ledict tapis. Et aussy quand ilz percoipvent le serviteur avec ledict tapis soit allant audict palais ou retournant, lesdictz ménestreurs jouent de leurs haultz bois tant et sy longuement que ledict cardinal et tout son estat soit passé et aussy pour chacun cardinal. Au palais du pape, lequel est à sainct Pierre, là y a grand guet et des compaignons fort bien armés. Et comme dict est, soit allant ou retournant quelque cardinal que ce soit d'aussy [fol. 63 v.] long qu'ilz voient venir, lesdictz gens d'armes commenchent à sonner ung gros tambour et se le sonnent tant et sy longuement que ledict cardinal est passé oultre la porte dudict pallais. Est à savoir que chacun cardinal a du moins d'estat de L à LX chevaulx tout le moindre estat, et ont devant eulx, comme on diroit, deux sergantz portantz deux marches d'argent. Plusieurs desdictz cardinaulx ont bien de C à VIXX chevaulx d'estat et aulcuns IIc. Et quand on est à Romme, on les voidt tous les jours aller audict palais par devers le pape en tel estat. Quand nostre père sainct va aval ladicte ville de Romme, on le porte en hault, et entour de luy y a des gens d'armes à tout grand longz bastons, comme vous diries des demy lances et sont comme on diroit en ce pais, arciers de corpz et sont enthour ledict pape et ne laissent passer nulluy car ce cela n'estoit ordonné de le ainsy garder on l'estaindroit, et encoires il en passe assez mais ilz ont souvent ung grand cop de baston sur leur dos ou sur leur teste ou on lez peult asserver, et luy va on baiser les pieds et en passant parmy les rues on crie « miséricorde » et ne ot on goute quand il passe, par force du cry du peuple. Et se mettent à deux genoulx par terre et ledict pape faict sa bénédiction et puis on s'en va confesser. [fol. 64 r.] Et dict on que on a plaine rémission de tous ses péchetz et les maintiennent ainsy. La pluspart des rommains dient qu'ilz pevent bien faire tous les maulx car ilz maintiennent d'avoir Dieu avec eulx.

Audict Rome il y a beaucoup de maulvais garchons et pour plusieurs raisons car allefois ilz viennent fort bien à point car quand il trespasse ung pape c'est ung pitié pour gens de bien, pour gens marchantz, pour cardinaulx lesquelz il deusse avoir nommé devant et par espetial pour touttes personnes quy sont riches. Car à ceste heure là, en Romme, il n'ia point de justice tant et sy longuement qu'il y ait nouveau pape eslu et adonc tout cesse car les maulvais garchons ont à ce jour grâce de desrober et aussy de mal faire car on ne leur en demandera riens, car à cedict jour ilz pevent aller rober en la maison tant dudict pape mort ou nouvel crée comme os hostelz des cardinaulx, bancqiers marchantz ou aultres car à ceste heure quy en peult avoir s'en ait car tout est d'advantaige. Et poutant je conclud que les maulvais garchons viennent là bien à point à ceste heure, et pour ceste cause et pour plusieurs aultres ont entretenement aux maisons de cardinaulx. Et fort souvent es maisons des banquiers et des marchantz ilz ont à disner et à [fol. 64 v.] souper. À le fois la malvisée au desjuner selon ce qu'ilz se scevent avoir et aussy qu'ilz sont honestes. Et quand ce vient à ceste heure, il y a tousjours beaucop d'armures tant les maisons des cardinaulx comme des bancquiers et marchantz et adonc chacun va pour garder la maison de ses amis, et prennent à l'armoire tout ce qu'il leur vient à point et aussy le baston de quoy se scavent mieulx aider.

Le tiltre de Romme ce sont quattre lettres. La premiere c'est une S. qui signifie senatus, la 2e ung P. quy signifie populus, la 3e une Q. quy dénote que, et la 4e une R. quy est à dire romanus. Et les gallans de pardecha pour contrepeter lesdictz rommains à leur tiltre ilz interprètent aultrement lesdictes 4 lettres: Sanglant, Paillard, Quoquin, Romain. Les gallans de pardeca dient aussy que les martirs de Romme sont les asnes de Romme car les povres bestes font tant de paine que c'est ung grand pitié, ilz sont batus et toutz desciretz, dessus leurs bas ilz portent cailloux, boys pommes d'orenge et touttes aultres choses. Et ossy ilz dient qu'il n'i est triumphe que de putains.

Les cardinaulx tiennent des chevaulx sur l'estable pour triumphe lesquelz s'appellent barbaresque, lesquelz on amane du pais de Barbarie quy coustent de [fol. 65 r.] IVXX à C ducatz d'or. Et les tiennent seullement pour courir au palle. Ce sont trois pris pour les trois paiges quy viennent premiers courantz et attaindent premiers la pièce quy est dicte, et à che, on voidt les plus rades chevaulx, dont le premier pris c'est ung drap d'or de X aulnes de long et avec ce XX ducas en or, le 2e pris c'est X aulnes de cramoisy et avec ce X ducas en or, le 3e pris X aulnes de drap de vermeil escarlate et V ducatz en or, cescune partie d'argent est ordonnée pour faire la feste mais ceulx quy ont cesdictz pris gaignés soit cardinal, noble, marchant ou aultre ilz en despendent bien encoires autant avec, car lesdictz chevaulx ne servent sinon pour triompher. Et sont cesdictz chevaulx vestus d'ung drap comme sont les chevaulx quy portent les roy des archiers ou arbalestriers de ceste ville quand ilz vont pour tirer au papegay. C'est en ce pais là assez quand ilz pevent avoir honneur car ilz ont or et argent assez. Et le cheval lequel a gaigné le pris après che qu'il luy est ordonné que de l'avoir on le va parer et mettre les armes du cardinal, du seigneur ou de celuy à cui ledict cheval est et aussy le paige pareillement [fol.65 v.] dessus ledict cheval et se le maine on par toutte la ville accompaigné de héraultz et ménestreurs en criant et donnant loz, et aussy est ce partout ledict pays d'Ytalye.

Le chemin dudict Rome à saincte Marie de Lorette et dudict Lorrette à Venize tant par mer comme par terre ainssy que ledit Jehan de Tournay le fit.

Je me partis dudit Romme le mardy XXIIe d'apvril après Pasques 1488. Après avoir oy la messe en l'église de Sancta Maria de populo, accompaigné d'ung homme d'église de d'emprès Romme quy s'appelloit sire Guilame et de ung aultre homme d'emprès Tournay nommé Hoteyn qui aultres fois avoit esté en Hiérusalem lequel y raloit encoires une fois et y alloit pour argent. Et ung nommé Hugues, orfèbvre de la ville d'Amiens, lequel demoroit à Venize, et depuis cedit Hughet fut nostre cuisinier. Lesquelz trois furent au Saint Voiaige avec moy mais point de ma compaignie car je ne volz oncques promettre à personne compaignie tant que je serois à Venize et ossy je voulois raviser avec quelz gens et quelles personnes je m'acompagnerois. On m'en hérioit asses mais [f.66 r.] je ne les refusoie aussy je ne le promectoie. Car je disois que j'attendois compaignie de nostre pais et aussy s'en alloit le tampz avec ceulx devantditz. Il y avoit ung nommé maistre Martin, hault allemant, lequel jouoit du luc et ung bonnetier de Tournay lesquelz demoroient à Venize. Et aussy après avoir prins congiet au bancq des mousquerons, là où je avois logié par l'espace que j'avois esté audit Romme et s'en vint avec moy pour moy conduire Pierrequin Sallenbien lequel oit ladicte messe avec moy en la susdicte église de Sancta Maria de populo et widay par la porte au plus près de ladicte église et se m'en vins desjuner au Pont a Malle et là je paiay ma bien allée audict Pierrequin Sallenbien. Et adonc il s'en retourna audict Romme et je m'en allay à la garde de Dieu. Et se m'en vins disner au Bourghet, reciner à Prime Port et passer emprès Chastelnone et coucher aux faulbourgz de la ville de Regnant. C'est pour ce jour XVIII milles.

Je me partis dudict Regnant le merqredy XXIIIe dudict mois et vismes desjuner a C…[?] Castelant. Item le bourg Sainct Esprit, la ville de Lattringe en laquelle l'an 1465 le pape Pie lequel avoit faict une croise pour aller en personne sur les turcz passsant par là à la requeste des seigneurs et bourgois de ladicte ville que de sa croice il caissasse [fol.66 v.] porter en icelle laquelle requeste ledict pape leur acorda et fut par eux porté depuis une fontaine environ de demie lieue de nostre pais jusques en ladicte ville, dont à présent ilz s'en tiennent encoires plus gros et plus orguilleux dont je recinay en ladicte ville et vinsmes coucher en ladicte ville de Nargue. C'est pour cedict jour XXIIII milles. Faict à notes que par delà la ville de Lottringe on passe la rivière du Tybre et est fort petite. Et paie on ung marquet laquelle rivière est par delà ladicte ville de Lottringe de environ une bonne lieue de notre pais.

Je me partis le joeudy XXIIIIe dudict mois, lequel jour estoit le nuict de sainct Marc, et passames parmy une fort belle prairie et vinsmes desjuner en la ville de Tergne, dont dudict Nargue jusques audict Tergue il y a VII milles. Et puis nous passames entre deux montaignes où monseigneur Sainct Silvestre demora par long tampz faisant sa pénitance. Laquelle montaigne est fort haulte mais on ne monte point dessus, et dict on que les fées sy tiennent. En tampz passé le pape y souloit mettre des gardes pourche que plusieurs personnes vouloient aller veoir lesdictes fées et dont plusieurs ont esté perdus dont c'est grand pitié, laquelle s'apelle le val d'Estretoure et est en une vallée. Et puis nous montasmes une fort grande montaigne et vinsmes coucher [fol. 67 r.] en la ville de Spoulette. C'est pour ledict jour XXm. En ladicte ville de Spoulette, en l'église des frères parsheurs, repose le corpz de saincte Christine laquelle fut sainctye environ l'an 1458, laquelle saincte est en char et en os et là on y prent à cuy il plaist des chaintures comme on fait à Viterbe à l'église de saincte Roze.

Je me partis le vendredy XXVe dudict mois quy estoit le jour de sainct Marc dudict Spoulette, desjuner au villaige de Fousse au Pas de saincte ville, le villaige de Lespuige le val de Conlonge, là ou nous couchasmes. Ce fut pour cedict jour XXII milles.

Le sabmedy XXVIe dudict mois partismes dudict val fort matin devant le jour car nous cheminasmes à la lune et vinsmes desjuner à Maghan, passer à Vergan, passer à la pieté de Digne, reciner en la ville de Toulentyn, en laquelle repose le corpz de sainct Nicolas lequel fut de l'ordre de sainct Augustin et vinsmes coucher en la ville et cité de Massera et estoit bien de IX à X heures au soir car il estoit nuict. Et dieu que je fus pour cedict jour fort traveillés et lassés car le plus part du pais ce sont touttes montaignes et vallées. Ce fut merveilles que de paine du matin messire Guillaume prebstre de d'emprès Ronan ne mourut. Et fusmes ceste nuict mal couchés et tres mal traictez. et fusmes pour [fol. 67 v.] cedict jour XXX milles.

Le dimence au matin, qui estoit le jour de la dédicasse de l'église sainct Gery mon patron de ma paroisse audict Valenciennes, et vins desjuner en la ville de Recagnate quy est la première ville de la terre de la marche d'Ancomne et vinsmes environ à deux heures après disner au villaige de Saincte Marye de Lorette. Et pour cedict jour nous fismes XIII milles.

Or oez comment l'église de ladicte Saincte Marie de Lorette toutte enthière toutte de pierre aussy grande ou environ comme la capelle de Nostre-Dame de Hal en Vallenciennes fut apportée de Nazareth quy estoit la terre de promission jusques en Lorette en terre de pape en la marche de Ancomne. Sy notez que ladicte église fut jadis la chambre de la saincte maison de la vierge Marie, laquelle maison estoit expatriés de Hiérusalem et de Judée en une cité de Galilée nommé Nazareth. Et en ladicte chambre fut la vierge Marie née et eslevée et en après de l'angele Gabriel saluée depuis en ladicte chambre nourit ladicte vierge son filz Jhésus jusques à l'eaige de XII ans. Et après l'ascention de nostre Seigneur, demora la vierge en terre avec les apostles et aultres disciples lesquelz voiantz plusieurs haults mystères [fol. 68 r.] avoir estez faictz en ladicte chambre décrétèrent d'ung commun accord et consentement de eulx tous de ladicte chambre faire une église à l'honneur et mémoire de la benoiste vierge mère de Jhésus. Et ainssy fut faict car les apostles et disciples ladicte chambre en l'église consacrèrent y célébrant les divins mystères. Et monseigneur Sainct Luc évangéliste de ses propres mains y fit une imaige à la samblance de la saincte vierge laquelle est droict là jusques au jour d'huy. Et fut ladicte église habitée et honorée en grande dévotion dont révérence du peuple crestien quy estoit en ches parties. Et seutrement après ladicte église jusques à ce que icelluy peuple laisse la foy crestienne et recupt la loy de Machomet car alhors les angeles de Dieu ostèrent la pardicte église et la portèrent expatriés d'Esclannonie et le scituèrent en ung chasteau apellé le Fleve, là où très petitement estoit honorée selon qu'il appartenoit. Parquoy de ce lieu derecief les angeles le ostèrent et portèrent sur la mer au territoire d'Ancomne et le mirent en une forest appartenant à une noble dame de ladicte cité d'Ancomne laquelle s'appelleoit Lorette et adonc prist nom ceste église à la dame de ceste forest et s'appella saincte Marie de Lorette. Durant le tampz que ceste église fut en [fol. 68 v.] icelle forest pour le grande affluence de gens venant en icelle plusieurs larchins et maulx immunérables s'y commettoient et pourtant de la maison des angeles fut encoires reprinse et portée sur ung mont que on dict des deux frères. Et la situèrent dont pour les grandz deniers et aultres prouffitz ilz en vindrent les frères dudict lieu eulrent discention et débat ensamble, à laquelle ocasion les angeles le ostèrent dudict lieu et le portèrent en la voie commune et le situèrent là où elle est encoires à présent. Et ainssy par grandes et admirables grâces et miracles fut en celle voie ceste digne église colloquié adont tout le peuple d'Anchomne alla veoir ladite église laquelle estoit sur terre sans ancuns fondemens parquoy ledict peuple considèrent ce tant grand miracle et doubtant que ladicte église ne vint arrivé furent enthour d'icelle haultz murs et très bons fondemens comme on les voidt aujourdhuy manifestement, toutesvoies nul ne scavoit dout ceste église proctdoit originallement ne dont elle estoit ainssy venue. Et notes que touttes ces chozes dictes furent sceues et cognues en l'an de nostre Seigneur 1260, car la vierge s'aparut à ung sainct homme auquel elle révela tout le faict et cil le divulga tantost aux bonnes personnes de la province, lesquelz incontinent [fol. 69 r.] se déliberèrent d'en scavoir la réalle vérité sy que en leur conseil décrétèrent qu'ilz seroient XVI hommes des plus nobles et bons lesquelz ensamble iroient au sainct Sépulcre et aussy expatriés de Hiérusalem et de Judée et en la cité de Nazareth pour enquester des chozes susdictes. Et ainssy fut faict car ilz portèrent avec eulx la mesure et la grandeur de ladicte église et trouvèrent là les signes de la fondation et situation et la mesure justement esgalle à ceste et en ung paroit escript au mur comment jadis là avoit esté ceste église et comment en avoit esté séparée et transportée. Et quant lesdictz XVI hommes furent retournés en leur province ilz notifièrent les chozes devant dictes avoir trouvez totallement véritabes. Et de là fut sceu et cognu que ceste église avoit esté la chambre de la vierge Marie mère de Jhésus parquoy le peuple eult très grand dévotion à icelle souverainement pourche que par son moien Dieu y a faict et faict tous les jours miracles infinis comme par expérience se demonstre. Faict à noter que le pappe Sixte IIIIe de ce nom y fit commender une très noble église et le pape Innocent VIIIe de ce nom la faict par…[?] mais on ne sceut oncques lier les nouveaux murs à ladicte [fol. 69 v.] saincte cappelle car vous bouttereres vostre palme entre lesdictz nouveaux murs et la cappelle et dient les gens de là entour que une journée Dieu dira qu'ilz le parderont. Et c'est ladicte église assise sur une montaigne haulte asses et sur la dique de la mer et tout le villaige pareillement et y put très fort adcause de ladicte marine.

Audict jour que je fus en ceste église c'estoient prebstres séculiers et se y avoit hault au clochiés des gens d'armes faisantz loquet lesquelz y estoient commis par nostre sainct père Innocent VIIIe. On m'a dit que à présent c'est ung monastère des frères de Nostre Dame des carmes dont je en fuis fort joieulx et dont Dieu en soit loé et béneit. Je touchay à ladicte ymaige toutte mes baghettes et paternostres que j'avois.

Je me commanday à Dieu et à la vierge Marie dudict Lorette et y ois messe le lundy au matin XXVIIIe dudict mois. Et puis après avoir desjuner, je me partis et vins en la ville d'Anchomne par ledict jour XIII milles. Ladicte ville est une très belle ville assez marchande et y a ung assez beau port de mer. La maison de la ville est située tout sur la mer et là on void en la grand mer sur soleil levant séant à table on ne percoipt que tousjours eaue et du costé vers Venize on n'y voidt aussy séant à ladicte table riens que montaignes et [fol. 70 r.] toutte eaue. En icelle je fus fort bien traictés et par cognoissance d'ung de nostre compaignie, il y avoit ung homme de par deçà fort vieulx en ladicte ville lequel avoit la pluspart de son tampz demoré en la ville de Naples serviteur au roy Ferrant lequel servoit de jour d'une harpe quand ledict roy buvoit ou qu'il mangeoit aussy pour faire les damoiselles dansser et soupasmes en son hostel et pour l'amour du pais de par deçà il jouoit la pluspart du souper tant d'une harpe comme d'ung clavier cymbolon dont il en jouoit fort bien et m'y récréay très fort.

Le mardy au matin XXIXe dudict mois, après avoir oy la messe, nous alasmes marchander pour nous mener dedens une barque audict Anchomne en la ville de Venize et marchandasmes chacun par IIII grossons dont on en a XVI pour ung ducat d'or. Et fimes provision tant de pain, de vin comme d'aultre chose. En ladicte ville le pape Pius lequel avoit faict une croisie pour aller sur les turcz trespassa et est enterré en l'église sur une fort grande montaigne sur la main gaulce au plus près du port dont j'entray en ladicte barque et ledict voyaige fut fardés et perdus dont ce fut une très grand pitié car plusieurs personnes vendirent tous leurs biens et en furent povres [fol.70 v.] car j'en ay bonne mémoire.

Après avoir facit très bonne chère en la maison dudict homme, nous entrasmes en ladicte barque ledict jour, environ de IX à X heures du matin et me recommenday à la garde de Dieu. Et nous fumes gaires loing quand tous mes compaignons allèrent à bort donner à menger aux poissons et furent tous sy malades que c'estoit à les veoir grande pitié. Moy je me mis en la moienne de ladicte barque à telle fin que faire comme les aultres. Je avois menger des aulx mais ne de la mer ne des aulx il ne m'en fut riens. Néantmoins la mer estoit asses tempestueuse et fort grand vent, et aussy quant il feroit aussy doulx qu'il fit jamais se faict il tous les jours asses maulvais dudict Ancomne à Venize car se sont fort petitz bateaux et sont sur le costé de la main gaulce montaignes où le vent s'engoulle tousjours et fort à grand paine se sceuent les maronniers souvent conduire, car il y faict fort périlleux et les gens y vont pource qu'il leur faut autant d'argent pour paier aux passaiges qu'il leur couste à aller ausdictz bateaux. Nous allasmes en la garde de Dieu et passames devant la ville de Senegatte laquelle apartient au Signegal dudict Rome. Nous passames emprès la ville de Fan et vinsmes [fol.71 r.] coucher en la ville de Bezere ce fut pour che jour XLV milles.

Je me partis le merqredy XXXe d'apvril quy estoit la nuict de may dudict Pezere et quand nous fumes esquipés tous mes compaignons derechief furent tous mallades sy jectèrent aux poissons tant que ne leur demora riens au corpz mais Dieu en soit loé, il ne m'en fut riens mais je croidz bien pourquoy ce fut jamais en environ l'espace de X jours ung flux de ventre et tant de jour comme de nuict qu'il n'estoit forcé d'aller esbatre bien de XV à XVI fois entre jour et nuict et cuide que cela fut cause que je ne donnay pas à menger aux poissons. Nous vinsmes reciner en la ville de Ryme et au port de ladicte ville il y a une église et son religieux de sainct Bernard agachés comme à Cambron, en laquelle ilz disent avoir la main droicte de sainct Nicolas du Bar et l'ai veue et baisié et est à la main droicte de toute entière et sont les ongles des doigtz aussy blances comme il estoit possible et ia trois anneaux. Et vinsmes coucher à un villaige quy s'apelle Porte Sezenay. Ce fut pour ledict jour XL milles.

Nous partimes le premier jour de may dudict Segenay et quand nous fumes en la mer il alla faire une merveilleuse tempeste, et ne voioit on goute en la mer et se faisoit calme mais vous eussiés ouy bruire la mer de deux grosses lieues loing. [fol.71 v.] Et dient les maronniers que quant il faict tel tampz qu'il est sirop en mer. Et nous fut forcé de nous rembarrer à villaige de Cezne, c'est le premier villaige de la seigneurie de Venize. Et nous fut forcé de là demorer pour la tempeste de la mer. Pour cedict jour nous fimes V milles. Environ trois heures après disner, toutz bateaux acouroient à port environ III heures cedict jour vindrent acourantz ceulx quy avoient tué le comte Hiéronime dedens son chasteau, lequel avoit espousé la sœur bastarde du duc de Mylan parquoy ilz ne pouoient au pais de Lombardie. Aussy ilz ne pooient en Rome ne en Italye, car c'estoit le nepveu du pape Sixte IIIIe de ce nom. Et vindrent audict villaige Cezne pour avoir la franchize de la seigneurie dudict Venize dont leur fut repondut qu'ilz s'en allassent car les vénitiens ne vouloient pas estre en la malle grâce tant dudict pape Innocent comme du duc de Mylan et estoient entre eulx XXVIII et toutz à cheval et ne scavoient où aller pour eulx saulver.

Lendemain quy estoit vendredy IIe dudict mois de may, quand nous vismes que ladicte tempeste n'estoit cessé mais elle estoit aussy grande ou plus, nous habandonnasmes notredicte barque et touttes nos victuailles car les maronniers [fol.72 r.] c'est leur droict de l'avoir au présentement et vinsmes à pied desjuner en l'église de sainct Apolinaire martir, en laquelle église on nous donna à boire et à menger pour néant car ilz sont fondés à ainsy faire. Je voulais paier et deux compaignons de ma compaignie mais pour riens ilz n'euissent riens prins. Après, nous entrasmes dedens l'église, là où on nous monstra une crois laquelle est dessus le grand autel laquelle croix l'angele l'y apporta. En icelle église repose le corpz de sainct Marc, là y a ung corpz sainct lequel fut eslut pour estre abbé de ladicte église par la voie du sainct Esprit. Là est empraint le pied de sainct Grégoire pape et docteur de saincte église.

Disner en la ville et cité de Ravennes, en laquelle est l'ung des potz esquelz nostre Seigneur mua l'eaue en vin. Après vous passeres une yave quy s'appelle la rivière de Saye et au passer il fault paier ung marchel pour homme. Depuis encoires une aultre rivière quy s'appelle Pammare et là endroit nous y couchasmes et paiasmes pour chacun hommes deux marchel, dont il n'en y a que XI et ung marquet par ung ducat d'or ce fut pour ledict jour 33 milles.

Nous partismes le jour Saincte Croix quy estoit sabmedy de ladicte hostellerie et rivière de Premere et vinsmes desjuner au villaige Regenwace, là nous passames ung fleuve. A Vélonne derechief [fol.72 v.] encoires ung fleuve. Et vinsmes coucher au villaige de Ghorre. Et pour venir audict Ghorre nous passames une yaue. C'est pour ce jour XLV milles. Et à savoir que depuis ledict villaige de Regenwace c'est toutte terre appartenant au marquis de Ferrare. Et sont partout les armes dudict marquis. Mais les vénitiens tiennent tous les portz par force. En cedict pais, en la ville que on dict Assis, là est le corpz de sainct Franchois mais je n'y ay pas esté.

Je me partis le dimence au matin dudict villaige de Ghorre VIIe dudict mois de may et vinsmes desjuner au villaige de Fourvaze, et là nous passames une rivière. Après je passay la rivière de Fosson quy est ung villaige, la rivière et villaige de Broudre et vins coucher en la ville et cité de Kyoze. C'est pour cedict jour 37 milles. Dudict Kioze jusque audict Venize, nul ne peult approcher de plus près sinon en bateaux car c'est toutte eaue dont tous mes compaignons me habandonnèrent et entrèrent dans une barque et s'en allèrent par nuict restruet Sire Wilame lequel ne veult point entrer en ladicte barque adcause qu'il estoit nuict, dont quand nous les trouvasmes audict Venize ilz nous dirent qu'ilz avoient prez esté noiés. Je me partis messire Guillaume et moy au matin au beau cler du jour dudict Kiose en une [fol.73 r.] barque et vinsmes disner en la ville de Venize. Ce fut pour cedict devant disner par eaue XXV milles.

Moy venu audict Venize, j'arrivay en la place sainct Marc. Je demanday après le Lyon blanc et on m'y adrescha. Moy venu à l'hostel, mon hoste s'appelloit Jacop et estoit natif de la ville de Gand au pais de Flandres et sa femme pareillement, lesquelz me recuprent bien gratieusement. Aussy me vint faire fort grand feste Jossequin Pourchin quy estoit mon cousin et avoit esté au quaresme paravant en ladicte ville d'Anvers et luy avois donné deux florins à telle fin que quand je viendrois par delà il m'adresceroit. Après me vint bien veigner Jean Machecher, natif de Tournay, adcause des lettres que j'avois raporté de Romme car il estoit de la compaignie des mousquerons. Le serviteur de Cornille Van Bomberg demorant en la ville d'Anvers lequel s'appelloit Guillaume Mol, me vint bienveigner et me dit que ma chambre estoit appointé et que son maistre Cornille luy avoit rescript qu'il me fist ottel comme à sa propre personne et que je ne paierois riens de nulz despens car son maistre luy avoit commendé par lettres qu'il luy avoit rescript. Néantmoins je m'excusay et ossy je le remerciay et demoray à ladicte hostellerie du Lion blanc.

Je fus audict Venize par l'espace [fol.73 v.] de IIII jours et au IIIIe quy estoit vendredy IXe dudict mois de may, je me partis de Venize pour aller en la ville de Pade. Cedict jour j'entray en une barque en la ville de Venize et environ V milles oultre, vous y trouves ung villaige auquel il convient par ung molineau tirer les barques par deseure ung part de bois et audict pont est comme une escluse car la mer ne passe point oultre et par delà ledict pont c'est eaue doulce et pour taindre et pour faire ce que on ne peult faire d'eaue salée on le vient quérir dudict Venize là endroit et se prent on ladicte eaue doulce par selles et les jette on par dedens lesdictz batteaux sans les mettre en tonneaux, maine on dedens lesdictes barques jusques en la ville de Venize. Après que nostredicte barque partant de Venize fut oultre le pont, vous rentrer dedens et est vostre barque en une rivière plus grande que l'Escault à Vallenciennes et sy a ung cheval ou deux quy tirent ladicte barque car on va contremont l'eaue, et environ XII milles oultre ledict pont, vous trouveres ung chasteau, et laissames la grande eaue à la bonne main et entrasmes au plus près dudict chasteau, là où il faict assez périlleux, en une petite eaue comme vous diriez en ceste ville la rivière descorvez sur la main gaulce. Sur laquelle rivière nous allasmes jusques à la ville et cité de Pade. [fol.74 r.] Depuis ledict chasteau jusques à ladicte cité, il y a IX milles. Ce fut pour ledict jour XXVI milles et nous cousta à chacun VIII marquetz.

Pour citer ce document

Fanny Blanchet-Broekaert
«Transcription du manuscrit de Jean de Tournai », SaintJacquesInfo [En ligne], Témoignages et récits, Textes, mis à jour le : 15/06/2012,
URL : http://lodel.irevues.inist.fr/saintjacquesinfo/index.php?id=1394